NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Définition: ÉTENDRE, verbe transitif. Définition: ÉTENDUE, substantif féminin. >>


Partager

Définition: ÉTENDU, -UE, participe passé et adjectif.

Dictionnaire

Aperçu du corrigé : Définition: ÉTENDU, -UE, participe passé et adjectif.



Publié le : 3/2/2016 -Format: Document en format HTML protégé

Définition:


ÉTENDU, -UE, participe passé et adjectif.
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Définition: ÉTENDU, -UE, participe passé et adjectif.




Définition:


ÉTENDU, -UE, participe passé et adjectif.
I.— Participe passé de étendre*
II.— Emploi adjectival.
A.— [Correspond à étendre I A] En position allongée.
1. [En parlant d'une partie du corps] Déplié, tendu. Si (...), le bras étendu et horizontal, vous (...) souteniez [un poids de 15 ou 20 livres] (...), vous y trouverez assez de facilité (JEAN-BAPTISTE LAMARCK, Philosophie zoologique, tome 2, 1809, page 315 ).
2. [Correspond à étendre I C; en parlant d'une personne] Couché, allongé :
Ø 1. Sans discerner ses traits, je l'avais reconnue [Greta Garbo] . Sans doute aurais-je dû me lever, accueillir avec honneur cette beauté fameuse... non : je demeurai étendu et silencieux. Il m'aurait paru fou de tenter le moindre geste...
FRANÇOIS MAURIAC, Journal, 1934, page 29.
— En particulier. [En parlant de personnes ou de corps immobiles, inanimés] Que voit-on? Sur sa chaise, pâmé, Le pontife étendu, muet, inanimé (AUGUSTE BARBIER, Satires, 1865, page 82 ). Gilbert (...) était étendu, immobile, la tête pendante hors du lit, à peu près sans conscience (MARCEL ARLAND, L'Ordre, 1929, page 520) :
Ø 2. Seulement, comme elle repoussait la porte d'une ruade discrète, de sa grosse pantoufle fourrée, elle vit à droite, étendu, immobile, le corps de l'abbé Chevance, la face tournée contre le mur. — Sûr qu'il est mort, misère!...
GEORGES BERNANOS, L'Imposture, 1927, page 501.
B.— [Avec l'idée dominante de quelque chose de mesurable]
1. Qui couvre une surface d'assez grandes dimensions.
a) [Correspond à étendre III A; en parlant d'un paysage] Étalé, vaste. Un paysage étendu et tranquille. Fleuve doux, large, étendu, mais les peupliers donnent quelque chose de grêle au paysage (GUSTAVE FLAUBERT, Par les champs et par les grèves, 1848, page 188 ). Et quelque chose comme un sentiment poétique soulevait son coeur en face du grand Paris étendu devant lui (GUY DE MAUPASSANT, Contes et nouvelles, tome 1, L'Héritage, 1884, page 479 ). Au sortir de la forêt, il trouva devant lui une nappe d'eau si étendue qu'on ne distinguait pas l'autre rive (JEAN THARAUD, JÉRÔME THARAUD, La Randonnée de Samba Diouf, 1922, page 51 ).
b) Par analogie, spécialement. MUSIQUE. [Correspond à étendre II B] Dont le registre est important Instrument moins aigre et plus étendu que le clavecin de Nohant (AURORE DUPIN, BARONNE DUDEVANT, DITE GEORGE SAND, Histoire de ma vie, tome 2, 1855, page 382 ). Il avoit alors la voix si étendue qu'on assure que jamais on n'en a ouï de pareille (LIONEL DE LA LAURENCIE, L'École française de violon, 1922, page 261 ).
2. PHILOSOPHIE.
a) [Correspond à étendre I] Qui a les propriétés de l'étendue (voir corporel B). Vous laissez alors de côté les forces elles-mêmes (...) pour n'en considérer que les effets mesurables et étendus (HENRI BERGSON, Essai sur les données immédiates de la conscience, 1889, page 173 ). L'homme est; il est matière, c'est-à-dire étendu, tangible, doué de propriétés physiques; il est esprit, c'est-à-dire pensant, sentant, adorant (ERNEST RENAN, L'Avenir de la science, 1890, page 478) :
Ø 3.... les mots (...) arrêtent et paralysent la pensée au lieu d'en permettre (...) le développement. Et par développement j'entends de véritables qualités concrètes, étendues, quand nous sommes dans un monde concret et étendu. Ce langage vise donc à (...) utiliser l'étendue, c'est-à-dire l'espace...
ANTONIN ARTAUD, Le Théâtre et son double, 1938, page 132.
b) Emploi comme substantif masculin. Ce qui est étendu. Traduction illégitime de l'inétendu en étendu (HENRI BERGSON, Essai sur les données immédiates de la conscience, 1889, page 13 ). Leibnitz avait déjà identifié le composé avec l'étendu, le simple avec l'inétendu, et d'autre part le nombrable avec le composé (OCTAVE HAMELIN, Essai sur les éléments principaux de la représentation, 1907, page 48 ).
3. Par analogie et au figuré. [En parlant d'un ensemble de personne ou de ce qui le représente] Considérable par le nombre, par la taille. Les familles sont très étendues à Brescia. On y compte sept ou huit grandes maisons Martinengo, trois ou quatre Gambara (HENRI BEYLE, DIT STENDHAL, Journal, 1801-05, page 28) :
Ø 4. Le désir de scandaliser s'y révélait trop visiblement. (...) c'est à peine si l'on y voyait trace d'événements de premier plan. Les articles les plus solides, ceux du professeur Johnson, étaient trop métaphysiques pour intéresser un public étendu.
MARCEL ARLAND, L'Ordre, 1929, page 171.
— Commun, répandu :
Ø 5. Un homme a presque toujours la même manière de s'enrhumer, de tomber malade, (...) il est naturel que, quand il devient amoureux, ce soit à propos d'un certain genre de femmes, genre d'ailleurs très étendu.
MARCEL PROUST, La Fugitive, 1922, page 502.
C.— Au figuré.
1. Considérable par son ampleur. Devoirs impératifs et étendus. L'homme simple (...) se fait souvent un système des choses bien plus complet et plus étendu que l'homme qui n'a reçu qu'une instruction (...) conventionnelle (ERNEST RENAN, L'Avenir de la science, 1890, page 21 ). Comme aucune force, même révolutionnaire, ne prévaut contre l'opinion de l'ensemble du pays, la classe ouvrière subirait un désastre très étendu (JEAN JAURÈS, Études socialistes, 1901, page 102) :
Ø 6. Cette considération prend un poids supplémentaire quand l'économie doit réduire un déficit extérieur étendu et durable de sa balance des paiements (...) la nation en vient à subir les conséquences d'une perversion de la notion même de salaire.
FRANÇOIS PERROUX, L'Économie du XXe. siècle. 1964, page 529.
— En particulier.
a) [En parlant d'un sentiment] Violent, grand. Je ne l'eusse jamais crue si étendue, si ancrée, si interne, si consubstantielle [la haine du second pour le Patron] (ALEXANDRE ARNOUX, Les Crimes innocents. 1952, page 127 ).
b) [Correspond à étendre II C a et à extension] Dans le sens le plus étendu (du terme). Dans l'acception la plus large (du terme). Avec l'homme totalement dénué d'esprit métaphysique dans le sens le plus étendu du terme, il arrive toujours un moment où il n'y a rien à faire (CHARLES DU BOS, Journal, 1922, page 106) :
Ø 7. À quoi ne s'oppose point la distinction connue entre les arts en mouvement et les arts en repos, les premiers n'existant que dans le temps et par l'action du corps vivant, les autres laissant des traces durables ou monuments, dans le sens le plus étendu.
ÉMILE-AUGUSTE CHARTIER, DIT ALAIN, Système des beaux-arts, 1920, page 44.
c) [Correspond à étendre II C 1] Esprit étendu. Esprit qui embrasse, qui s'applique à de vastes domaines.
· [En parlant d'une faculté intellectuelle] Mirabeau, doué de l'esprit le plus énergique et le plus étendu (GERMAINE NECKER, BARONNE DE STAËL, Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, tome 1, 1817, page 204 ). Plus l'esprit est grand, rapide, étendu, moins il peut s'arrêter sur des détails réguliers et minutieux (EMMANUEL DIEUDONNÉ, COMTE DE LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, tome 1, 1823, page 326) :
Ø 8. Je réunis en un seul ministère celui des finances et celui de l'économie. Pleven en reçoit la charge. Compagnon d'un esprit brillant et étendu qui s'applique à être modeste, (...) il s'acquitte de ses fonctions sans que notre misère lui permette de spectaculaires succès...
CHARLES DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1959, page 122.
L'oncle, qui a un discernement naturel, et plus étendu qu'on ne croit (GABRIEL SÉNAC DE MEILHAN, L'Émigré, 1797, page 1637 ). Je regrette que notre père, d'un bon sens si noble et si étendu, n'ait pas reconnu cette loi de notre personnalité (MAURICE DE GUÉRIN, Correspondance, 1837, page 255 ). Voir amplexion exemple 3.
· Par métonymie. [En parlant d'une personne] Dubois (...) est un esprit assez ferme, peu étendu, mais dans une bonne direction (BENJAMIN HENRI CONSTANT DE REBECQUE, Journaux intimes, 1804, page 175 ). Esprit moins dilaté, moins étendu, mais plus solide et plus assis (EDMOND DE GONCOURT, JULES DE GONCOURT, Journal, 1855, page 214) :
Ø 9.... il le loue d'avoir été « un très bel esprit, lumineux, juste, exact, étendu, d'une lecture infinie, qui n'oubliait rien, qui connaissait les généalogies, leurs chimères et leurs réalités ».
MARCEL PROUST, Le Temps retrouvé, 1922, page 961.
2. Considérable par sa portée, son influence. Les méthodes nouvelles d'étudier la médecine chimique et de combiner les observations, annoncent des progrès plus réels et plus étendus (ANTOINE MARQUIS DE CONDORCET, Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain, 1794, page 186 ). En voyant (...) un pouvoir royal si étendu et si puissant, on pourrait croire que l'esprit d'indépendance avait disparu avec les libertés publiques (ALEXIS DE TOCQUEVILLE, L'Ancien Régime et la Révolution. 1856, page 191) :
Ø 10. Alors, s'ouvrira le chemin des grandes victoires, de celles qui, par leurs effets profonds et rapidement étendus, provoquent chez l'ennemi un ébranlement général, comme la rupture d'un pilier fait, quelquefois, crouler la cathédrale...
CHARLES DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1954, page 9.
STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 4 204. Fréquence relative littéraire : XIXe. siècle : a) 7 649, b) 4 961; XXe. siècle : a) 5 385, b) 5 454.

Forme dérivée du verbe "étendre"
étendre
ÉTENDRE, verbe transitif.
I.— [Avec l'idée dominante d'une modification de position ou de place]
A.— Mettre (un organe articulé, un objet de forme allongée) en position horizontale. (Quasi-)synonymes : allonger, tendre; antonymes : plier, replier.
1. [Le sujet désigne une personne]
a) [Le complément désigne un organe articulé, une partie du corps] Étendre le(s) bras. — Oui, reprit Baugé, qui étendait la main devant le soleil (ÉMILE ZOLA, Au Bonheur des dames, 1883, page 525 ). Il se tait un instant et étend avec soin les jambes, pour ménager, aux genoux, son pantalon minable (GABRIELLE COLLETTE, DITE COLETTE, L'Envers du music-hall, 1913, page 63) :
Ø 1.... elle avait les bras collés au corps, elle ne pouvait remuer; et quand Christophe posait la main sur sa menotte, pour rectifier la position des doigts et les étendre sur les touches, elle se sentait défaillir. Elle tremblait de jouer mal devant lui...
ROMAIN ROLLAND, Jean-Christophe, La Foire sur la Place, 1908, page 785.
— Au participe passé. La jambe, la main étendue. De son bras droit, long étendu, on ne voyait que l'extrémité des doigts hors du bâti grossier de la manche (GEORGES MOINAUX, DIT GEORGES COURTELINE, Messieurs les Ronds-de-cuir, 1893, 5e. tableau, III, page 186) :
Ø 2. Par instants Jaurès se tourne vers eux la main en l'air, achevant de rythmer sa phrase. Le bras demi-étendu, courbé, étendu devant lui, le doigt détaché de la main demi-close.
MAURICE BARRÈS, Mes cahiers, tome 5, 1906, page 27.
Remarque : 1. On rencontre dans la documentation l'emploi au sens de « faire étendre ». Vous vous rappelez une jeune fille (...) qui gardait les doigts fléchis sans qu'il fût possible de les lui étendre (TROUSSEAU, Hôtel-Dieu, 1895, page 223). 2. Étendu, dans cette valeur d'emploi, se rattache au concept de position, tendu, à celui de direction : le bras étendu en l'air, le bras tendu vers l'horizon.
— Au figuré. [Avec une valeur symbolique de protection] Étendre le bras sur quelqu'un. Le protéger. Voici miss Anna Damby (...) Étendez le bras sur cette jeune fille, et sauvez-la (ALEXANDRE DUMAS PÈRE, Kean, 1836, III, 12, page 155 ).
b) [Le complément désigne un objet tenu dans la main] Ne suis-je pas Prospero le magicien? (...) ne puis-je pas, en étendant ma baguette, faire le calme ou la tempête (ALEXANDRE DUMAS PÈRE, Kean, 1836 IV, 2, page 161 ).
2. Au figuré et par analogie. [Le sujet désigne un arbre, une fleur] Étendre ses racines, ses pétales. J'entrai jusque dans le grand salon sans rencontrer personne, et l...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Définition: ÉTENDU, -UE, participe passé et adjectif." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit