NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Définition: ÉVEIL, substantif masculin. Définition: ÉVEILLER, verbe transitif. >>


Partager

Définition: ÉVEILLÉ, -ÉE, participe passé et adjectif.

Dictionnaire

Aperçu du corrigé : Définition: ÉVEILLÉ, -ÉE, participe passé et adjectif.



Publié le : 3/2/2016 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Définition:


ÉVEILLÉ, -ÉE, participe passé et adjectif.
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Définition: ÉVEILLÉ, -ÉE, participe passé et adjectif.




Définition:


ÉVEILLÉ, -ÉE, participe passé et adjectif.
I.— Participe passé de éveiller*
II.— Emploi adjectival.
A.— Qui ne dort pas. Cette fois l'illusion ou plutôt la réalité dépassait tout ce que Valentine avait éprouvé jusque-là; elle commença à se croire bien éveillée et bien vivante (ALEXANDRE DUMAS PÈRE, Le Comte de Monte-Christo, tome 2, 1846, page 557 ). Il fut bien forcé de s'avouer qu'il ne rêvait pas, qu'il était, au contraire, très éveillé, et que rien n'était plus réel que tout ce qui lui advenait avec la rapidité d'un coup de foudre (PIERRE-ALEXIS, VICOMTE PONSON DU TERRAIL, Rocambole, les drames de Paris, tome 1, 1859, page 270 ). J'ai une invitation ce soir, j'aurais besoin d'être éveillé, dispos, gai : et (...) je sens mes paupières tomber, mes genoux las, je bâille et voudrais m'aller coucher (HENRI-FRÉDÉRIC AMIEL, Journal, 1866, page 121 ).
B.— Par extension. Que l'on a, que l'on vit en état d'éveil. Songe éveillé. La vie d'un homme organisé poétiquement se divise en deux séries de sensations (...) l'une qui résulte des illusions de la vie éveillée, l'autre qui se forme des illusions du sommeil (CHARLES NODIER, Smarra ou Les Démons de la nuit, 1821, page 12 ). D'ailleurs, à côté de ces souvenirs normalement endormis, il en est d'éveillés et d'agissants (HENRI BERGSON, L'Évolution créatrice, 1907, page 120) :
Ø 1. Je pris en dégoût les cérémonies, j'adorai les foules; j'en ai vu de toute sorte mais je n'ai retrouvé cette nudité, cette présence sans recul de chacun à tous, ce rêve éveillé, cette conscience obscure du danger d'être homme qu'en 1940, dans le stalag XII D
JEAN-PAUL SARTRE, Les Mots, 1964, page 99.
C.— Plein de vie, de vivacité. (Quasi-)synonyme : alerte.
1. [En parlant d'une personne] C'était un garçon bruyant, blême, leste, éveillé, goguenard, à l'air vivace et maladif (VICTOR HUGO, Les Misérables, tome 1, 1862, page 709 ). Un jeune homme pauvre, très éveillé et de jolie figure (HENRI, ALBAN FOURNIER, DIT ALAIN-FOURNIER, Correspondance [avec Jacques Rivière] , 1906, page 304) :
Ø 2. Confortablement installée dans mon rôle d'aînée, je ne me targuais d'aucune autre supériorité que celle que me donnait mon âge; je jugeais Poupette très éveillée pour le sien; je la tenais pour ce qu'elle était : une semblable un peu plus jeune que moi...
SIMONE DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, page 45.
— [En parlant d'un ensemble de personne] :
Ø 3. Son métier, en l'obligeant à parler plusieurs heures par jour devant un auditoire très éveillé, le maintenait dans un entraînement qui a pris fin d'un coup.
LOUIS FARIGOULE, DIT JULES ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, 1932, page 109.
— Avoir l'air, la mine éveillé(e). Mme. Ligneul avait l'air éveillé et pourtant naïf (PIERRE DRIEU LA ROCHELLE, Rêveuse bourgeoisie, 1939, page 71 ). Voir dessalé, ée exemple.
— Éveillé à.. Ouvert à :
Ø 4.... la grande fille, éveillée peu à peu à la raison, n'osait encore intervenir dans ces conversations entre son père et mademoiselle Mazeline...
ÉMILE ZOLA, Les Romanciers naturalistes, Vérité, 1902, page 11.
2. En particulier.
a) [En parlant des facultés, de traits de caractère d'une personne] En éveil. Être d'une intelligence éveillée. [La nuit] c'est là que, seule et éveillée, la pensée plane à l'aise entre la terre et le ciel (GUSTAVE FLAUBERT, Correspondance, 1846, page 361 ). Un grand nombre de ces êtres donnaient l'impression d'avoir un esprit éveillé, et comme intelligent (HENRI DE MONTHERLANT, Les Célibataires, 1934, page 837) :
Ø 5. Il était sur ce point facile à influencer, et sa méfiance naturelle, qui était grande et toujours éveillée, ne désarmait qu'à l'endroit des sinistres sornettes dont les uns avec conviction, les autres pour se jouer de lui, l'entretenaient.
PAUL VALÉRY, Variété II, 1929, page 219.
b) [En parlant du corps, d'une partie du corps, du regard] Qui donne l'impression d'être plein de vivacité. Un regard, un visage éveillé. Un joli groom à l'oeil éveillé et mutin, au visage rose et frais (PIERRE-ALEXIS, VICOMTE PONSON DU TERRAIL, Rocambole, les drames de Paris, tome 3, 1859, page 394 ). C'était une frêle petite bretonne, au visage éveillé et un peu garçonnier, sous des cheveux coupés très court (SIMONE DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, page 260) :
Ø 6. Il était à demi couché, le front sur ses bras pliés; je l'aime toujours mieux, quand il cache son visage. Non qu'il soit laid, mais au-dessus du corps précis, éveillé, expressif, les traits du visage somnolent un peu.
GABRIELLE COLLETTE, DITE COLETTE, La Naissance du jour, 1928, page 30.
3. Par extension. Actif. En dehors des volailles et produits laitiers, dont les arrivages ont été faibles, le marché était fort éveillé (L'Œuvre. 15 juillet 1941 :
Ø 7. Est-ce qu'on n'arriverait pas à pourvoir à la défense (...) sans considérer la mort des exécutants comme un prix fait pour le résultat? Je conçois quelquefois une défensive éveillée, clairvoyante, industrielle en quelque sorte, et qui userait froidement la fureur offensive.
ÉMILE-AUGUSTE CHARTIER, DIT ALAIN, Propos, 1935, page 1256.
Remarque : On rencontre dans la documentation l'emploi substantival féminin éveillée. Éveil. Que d'illusions alors, que de croyances! Quel joyeux ramage dans les feuilles, sur sa tête; en elle, quelle éveillée de sensations tendres et nouvelles! (Alphonse Daudet, Numa Roumestan, 1881, page 287). La turbulente éveillée d'un pensionnat (Georges Courteline, Train 8 h 47, 1888, 2e. partie, 7, page 171). " Je me suis endormi (...) À l'ombre sous un thym, ...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Définition: ÉVEILLÉ, -ÉE, participe passé et adjectif." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit