LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Définition: FAIRE3, verbe auxiliaire. Définition: FAINÉANTISE, substantif féminin ... >>


Partager

Définition: FAIRE2 (SE), verbe pronominal.

Dictionnaire

Aperçu du corrigé : Définition: FAIRE2 (SE), verbe pronominal.



Publié le : 9/2/2016 -Format: Document en format HTML protégé

Définition:


FAIRE2 (SE), verbe pronominal.
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Définition: FAIRE2 (SE), verbe pronominal.




Définition:


FAIRE2 (SE), verbe pronominal.
[Emplois pronominaux spécifiques de faire; pour les emplois courants confer faire1 et faire3]
I.— Emploi réfléchi indirect. [Le sujet désigne une personne]
A.— [L'objet direct désigne généralement un inanimé abstrait] Se former (à son avantage ou à son détriment).
1. Se faire un(e)/du/de la + substantif. Se faire une idée*, des idées*, des illusions*.
— Se faire du souci, du mauvais sang, de la bile, du mouron (familier), du tintoin (populaire), etc. Se tracasser, s'inquiéter vivement. Tu les as guettés, tu t'es fait de la bile. Il ne répondait pas, il avait l'air d'une bête abattue (ÉMILE ZOLA, Nana, 1880, page 1284 ). C'était plus fort qu'elle, elle se faisait des cheveux sans raison (JEAN-PAUL SARTRE, L'Âge de raison, 1945, page 29 ).
2. Se faire un(e) + substantif + de. Se faire une idée* de, un devoir* de, un plaisir* de. Elle devait se faire une idée assez savoureuse de notre situation (FRANÇOISE SAGAN, Bonjour tristesse, 1954, page 115) :
Ø 1. SOEUR CONSTANCE. — Pourquoi pas? Que voulez-vous, Soeur Blanche, chacun se fait de Dieu l'image qu'il peut, à quoi bon discuter là-dessus? Il y a même des gens qui ont le malheur de ne pas croire en Lui, je les plains de tout mon coeur, mais... J'ose à peine vous dire...
GEORGES BERNANOS, Dialogues des carmélites, 1948, 3e. tableau, 1, page 1612.
3. Locution verbale. Se faire fort de, illusion sur, ne pas se faire faute de, etc. Dans la vue de lui aplanir cette étude réputée si ardue, et se faisant fort de la lui apprendre en quatre ou cinq jours (CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE, Port-Royal, tome 2, 1842, page 420 ). Se faisant illusion sur lui-même, comme tous les phthisiques (AURORE DUPIN, BARONNE DUDEVANT, DITE GEORGE SAND, Histoire de ma vie, tome 4, 1855, page 219 ).
B.— [L'objet direct désigne une personne ou un inanimé]
1. Se ménager, se créer. Se faire des amis, des relations; se faire un nom, une situation. Il faut, en outre, se faire un nom dans le monde, se créer une position (ÉMILE ZOLA, Contes à Ninon, 1864, page 195 ). Il avait eu une jeunesse difficile et avait dû traîner ses grolles un peu partout pour apprendre son métier et se faire une situation (BLAISE CENDRARS, Bourlinguer, 1948, page 276 ).
2. Spécialement, vulgaire. Posséder sexuellement. Se faire un homme, une femme; se la faire. Synonymes : s'envoyer, se payer, se taper. Est-ce que, du moment où deux femmes se trouvaient ensemble avec leurs amants, la première idée n'était pas de se les faire? (ÉMILE ZOLA, Nana, 1880, page 1186 ).
C.— Locution verbale spécialement au figuré.
1. Se faire + substantif désignant une partie du corps.
· Se faire la main. S'exercer, s'entraîner.
· Se faire les poings, les griffes, les ongles. Elle est (...) orgueil et force, avec (...) quelque chose de public qui la jette parmi la foule pour se faire les poings (HERVÉ BAZIN, Vipère au poing, 1948, page 275 ).
· Se faire les yeux (à/sur). Les accommoder* :
Ø 2. Des observations qui précèdent il résulte immédiatement que, pour bien apercevoir l'Arbre de la Vie, il faut commencer « par se faire les yeux » sur cette portion de sa ramure où ne se soit exercée que modérément l'action corrosive du Temps.
PIERRE TEILHARD DE CHARDIN, Le Phénomène humain, 1955, page 132.
2. Familier. (Il) faut se le/la faire! Il faut supporter cette personne! Synonyme populaire : se le farcir, se la farcir.
3. Ne pas s'en faire.
— Ne pas s'inquiéter, être sans crainte. Ne vous en faites pas. T'en fais pas pour si peu (familier). Tu n'as pas besoin de t'en faire : nous, nous allons à gauche, toujours à gauche : sur Bar-Le-Duc et Châlons (JEAN-PAUL SARTRE, La Mort dans l'âme, 1949, page 281 ). Faut pas s'en faire pourvu qu'on ait la santé, le boire et le manger (JEAN-PAUL SARTRE, La Mort dans l'âme, 1949 page 69 ). Ne t'en fais donc pas pour Nadine (...) en tout cas, elle se consolera vite (SIMONE DE BEAUVOIR, Les Mandarins, 1954, page 65 ).
— Par extension. Se montrer sans-gêne ou insouciant, négligent. Il ne s'en fait pas, celui-là! Vous n'avez pas l'air de vous en faire, madame, lui dis-je un jour. Que lisez-vous là? (BLAISE CENDRARS, Bourlinguer, 1948, page 388 ). On ne s'en fait pas! (par ironie). Il ne faut pas vous gêner! Eh bien mon vieux! on ne s'en fait pas (RAYMOND QUENEAU, Loin d...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Définition: FAIRE2 (SE), verbe pronominal." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit