LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Définition du terme: COURONNEMENT, substanti ... Définition du terme: COURRE2, substantif mas ... >>


Partager

Définition du terme: COURONNER, verbe transitif.

Dictionnaire

Aperçu du corrigé : Définition du terme: COURONNER, verbe transitif.



Publié le : 27/11/2015 -Format: Document en format HTML protégé

Définition du terme:

COURONNER, verbe transitif.
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Définition du terme: COURONNER, verbe transitif.




Définition du terme:

COURONNER, verbe transitif.
I.— Emploi transitif.
A.— [Le complément désigne une personne] Ceindre la tête de quelqu'un d'une couronne.
1. Ceindre la tête de quelqu'un d'une couronne de fleurs, de feuillages entrelacés en hommage aux dieux, en signe de joie, comme simple parure, etc.
— Spécialement. THÉOLOGIE. [Le sujet désigne Dieu, le complément désigne un saint, un martyr, un mérite religieux ou une qualité] Le pieux Guillaume sera un des premiers élus, et Dieu le couronnera d'une double, d'une triple gloire (MADAME COTTIN, Mathilde, tome 1, 1805, page 327 ). Le Père des humains, qui vient de punir le crime, songe à couronner l'innocence (FRANÇOIS-RENÉ DE CHATEAUBRIAND, Les Martyrs ou le Triomphe de la religion chrétienne, tome 3, 1810, page 203 ).
2. Ceindre la tête de quelqu'un d'une couronne de fleurs, de feuillages entrelacés ou de matière précieuse, à titre de distinction militaire ou civile, en signe d'autorité, de mérite.
a) HISTOIRE. vieux :
Ø 1. Ainsi, vous êtes gentilhomme?
Vraiment j'en suis bien aise... Hélène avec chagrin
Eût de sa noble main
Posé le vert laurier sur le front d'un vilain.
(À Hélène).
Couronnez-le, madame.
Il lui remet la couronne.
HÉLÈNE, avec élan, allant à Pâris,
Ah! de toute mon âme.
Elle le couronne.
LE CHOEUR, pendant le couronnement.
Gloire à Pâris victorieux!
HENRI MEILHAC, LUDOVIC HALÉVY, La Belle Hélène, 1865, I, 11, page 211.
b) Récompenser les lauréats des concours académiques, les premiers élèves d'une classe au cours de la distribution des prix, ou une personne de grand mérite intellectuel, moral, en leur ceignant la tête d'une couronne, en la leur remettant ou en leur décernant un prix quelconque. Couronner un académicien, une rosière. Dans ce premier concours, l'Académie n'a cru devoir couronner l'éloquence d'aucun des concurrens (ALFRED DE MUSSET, dans la Revue des Deux-Mondes, 1833, page 491 ). « Regrettant d'avoir assez vécu pour voir surgir un nouvel art et la renommée couronner de nouveaux artistes » (ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, L'Île des pingouins, 1908, page 151 ).
— En particulier. Couronner d'oranger. Ceindre la tête de la mariée d'une couronne de fleurs d'oranger en signe de virginité. Un acte juridique de mariage qu'elle signa, tandis que les mains du cardinal, gantées de rouge, la couronnaient d'oranger naturel (MARCEL JOUHANDEAU, Monsieur Godeau intime, 1926, page 23 ).
— Par extension. [Le complément désigne un produit de l'activité humaine] Décerner un prix à tel ouvrage, telle découverte, etc. On couronnait les plus gros lapins et les plus beaux boeufs qui avaient peau (JULES BARBEY D'AUREVILLY, 3e. Memorandum, 1856, introduction, page 27 ). La Convention couronna officiellement l'invention de Claude Chappe (PIERRE ROUSSEAU, Histoire des techniques et des inventions, 1967, page 275) :
Ø 2.... quel attrait peuvent avoir pour un auteur délicat des récompenses distribuées par des juges ignorants, incapables le plus souvent d'entendre les ouvrages qu'ils couronnent? Je ne te dirai rien des généreux sacrifices d'une société hollandaise, qui proposait gravement un prix de 30 ducats à quiconque établirait une manufacture d'acier qui rivalisât avec celles d'Angleterre,...
JEAN-PAUL MARA, DIT MARAT, Les Pamphlets, Les Charlatans modernes, 1791, page 274.
— Au figuré. Récompenser, honorer, glorifier. Qui défend le droit inquiète la justice. Vous êtes condamné. De telles condamnations couronnent (VICTOR HUGO, Correspondance, 1869, page 214 ). La victoire viendrait couronner nos efforts et récompenserait les immenses sacrifices supportés (MARÉCHAL JOSEPH JOFFRE, Mémoires, tome 1, 1931, page 469 ).
3. Ceindre solennellement la tête des rois, des empereurs avec la couronne — symbole de royauté, de puissance; conférer, transmettre le titre de roi, reine... S'affranchir des prétentions que formaient les papes au droit de destituer ou de couronner les rois (GERMAINE NECKER, BARONNE DE STAËL, Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, tome 2, 1817, page 162 ). Le pape (...) venu à Paris, me couronner, (...) consentait à ne pas me poser la couronne (...) me dispensait de communier en public avant la cérémonie (EMMANUEL DIEUDONNÉ, COMTE DE LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, tome 1, 1823, page 1043) :
Ø 3.... pour la première fois, il fut salué du cri de « Vive le Roi! » puis il se rendit à Poitiers, où, avec une plus grande pompe, il se fit couronner. Dès lors, et bien qu'il ne fût pas encore sacré, il fut, pour tous les bons Français, le roi Charles VII.
PROSPER DE BARANTE, Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois, tome 4, 1824, page 382.
Remarque : On rencontre dans la documentation couronnomanie, substantif féminin Manie de couronner. En 1808, par les changements qu'un orgueil non contrarié depuis 8 ans et la couronnomanie avaient produits dans le génie de Napoléon, il arriva, que de ses douze ministres, huit au moins étaient des gens médiocres (Henri Beyle, dit Stendhal, Napoléon, tome 1, 1842, page 173).
— Spécialement. RELIGION. [L'objet désigne le Christ] Couronner d'épines. Ceindre, par ironie, la tête du " roi " des Juifs avec des épines disposées en couronne. La foule des Prêtres et du peuple qui insulta le Fils de l'homme, le flagella, le couronna d'épine (FRANÇOIS-RENÉ DE CHATEAUBRIAND,Mémoires d'Outre-Tombe, tome 4, 1848, page 389 ).
— Par extension. Donner le pouvoir. La Révolution française (...) couronna le peuple (VICTOR HUGO, Les Misérables, tome 2, 1862, page 207 ).
· Au figuré. Pousser au premier rang, donner la prééminence à... (Quasi-)antonyme : discréditer. Les gens du monde (...) couronnent ou détrônent, au gré de leurs sympathies ou de leurs brouilles, ceux dont la situation paraissait la plus solide et la mieux fixée (MARCEL PROUST, Le Côté de Guermantes 2, 1921, page 565 ).

Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Définition du terme: COURONNER, verbe transitif." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit