NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Dictionnaire en ligne: ÉCAILLE, substantif ... Dictionnaire en ligne: ÉCAILLER1, verbe tra ... >>


Partager

Dictionnaire en ligne: ÉCAILLÉ, -ÉE, participe passé et adjectif.

Dictionnaire

Aperçu du corrigé : Dictionnaire en ligne: ÉCAILLÉ, -ÉE, participe passé et adjectif.



Publié le : 23/1/2016 -Format: Document en format HTML protégé

Dictionnaire en ligne:


ÉCAILLÉ, -ÉE, participe passé et adjectif.
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Dictionnaire en ligne: ÉCAILLÉ, -ÉE, participe passé et adjectif.



Dictionnaire en ligne:


ÉCAILLÉ, -ÉE, participe passé et adjectif.
I.— Participe passé de écailler1*
II.— Emploi adjectival.
A.— [Correspond à écailler1 A] Qui se détache en petites plaques minces et légères. Plaque de peinture écaillée; vernis écaillé; écaillé par place. Un lit de fer à la peinture écaillée (LOUIS ARAGON, Les Beaux quartiers, 1936, page 147 ). Les restes écaillés d'un enduit couleur d'ivoire (ALBERT T'SERSTEVENS, L'Itinéraire espagnol, 1963, page 233 ).
B.— [Correspond à écailler1 B] . Vieux. Couvert d'écailles. Dragon écaillé. Synonyme : écailleux. De malheureuses sirènes dont la queue écaillée s'écrase affreusement entre les pierres de refend (VICTOR HUGO, Le Rhin, 1842, page 253 ). Fort de sa peau écaillée, le boa, sourd aux cris, monte à l'assaut (JULES MICHELET, L'Oiseau, 1856, page 224 ). Mélusine sort vraiment de sa queue écaillée et pierreuse (GASTON BACHELARD, La Poétique de l'espace, 1957, page 108 ).
STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 88.

Forme dérivée du verbe "écailler"
écailler
ÉCAILLER1, verbe transitif.
A.— [Avec valeur privative]
1. [Correspond à écaille A]
a) Enlever les écailles de. Poil de Carotte est en train d'écailler ses poissons, des goujons, des ablettes (JULES RENARD, Poil de carotte, 1894, page 243 ). Tu écailleras et tu videras le poisson (HENRI QUEFFÉLEC, Un Recteur de l'île de Sein, 1944, page 129 ). Des soles ou des turbots attendaient d'être écaillés (GEORGES SIMENON, Les Vacances de Maigret, 1948, page 17 ).
b) Par analogie.
— Emploi factitif. Faire se détacher (une surface) en petites plaques. Les croûtes et les escarres de la lèpre ont écaillé ma peau (ISODORE DUCASSE, DIT COMTE DE LAUTRÉAMONT, Les Chants de Maldoror, 1869, page 264 ). Nous nous assîmes côte à côte sur une de ces vieilles bombardes de fer que la pluie et l'embrun écaillent depuis cinq siècles (ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, Balthasar, Œuf rouge, 1889, page 129 ).
· Par métaphore. Elle commença à parler. Elle serrait les mots les uns contre les autres (...) pour qu'on ne puisse pas écailler, desceller ou démolir le grand édifice de ses mots (JEAN GIONO, L'Eau vive, 1943, page 325 ).
— Emploi pronominal. Se détacher et tomber, par petites plaques minces et légères. S'écailler par endroits, par plaques; le vernis s'écaille; se rayer et s'écailler. La peinture des boiseries s'écaillait au long des fentes (PAUL ADAM, L'Enfant d'Austerlitz, 1902, page 104 ). La boue, séchant sur nos genoux, s'écaillait comme une peau qui tombe (HENRI DE MONTHERLANT, Les Olympiques, 1924, page 378 ). L'humidité, les variations hygrométriques peuvent provoquer une grave maladie qui fait se soulever et s'écailler la peinture (Les Musées en France (LA DOCUMENTATION FRANÇAISE, 1950) 1950, page 14 ).
· Au figuré. Je lui dévisagerais la frimousse, moi! Tu verrais bien si son honnêteté ne s'écaillerait pas (GEORGES-CHARLES, DIT JORIS-KARL HUYSMANS, Marthe, histoire d'une fille, 1876, page 115 ). Ce style se démode rapidement, on le voit s'écailler à vue d'oeil (ALBERT THIBAUDET, Réflexions sur la littérature, 1936, page 31 ).
2. [Correspond à écaille B] Écailler des huîtres. Les ouvrir.
B.— [Avec une valeur intensive non privative] Couvrir, garnir d'ornements en forme d'écailles.
— Généralement au participe passé. Un méchant beffroi écaillé d'ardoises (VICTOR HUGO, Le Rhin, 1842, page 24 ). La tunique de cuir écaillée de plaquettes de bronze (THÉOPHILE GAUTIER, Le Roman de la momie, 1858, page 258 ).
· [Avec une métonymie de l'objet] Le tambour-major rouge écaillé d'or balançait sa canne à boule d'argent (PIERRE HAMP, Vin de Champagne, 1909, page 210 ).
STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 47.
DÉRIVÉS : Écaillage, substantif masculin. 1. a) Action d'ôter les écailles. Écaillage du poisson (Grand Larousse de la langue française en six volumes). b) Action d'ouvrir (les huîtres). Écaillage des huîtres (DICTIONNAIRE ALPHABÉTIQUE ET ANALOGIQUE DE LA LANGUE FRANÇAISE (PAUL ROBERT) ). 2. Fait de s'écailler. Il est bon d'ajouter un pour cent de glycérine, pour éviter l'écaillage de la colle (A.-MATTHIEU VILLON, Dessinateur et imprimeur lithographe, 1932, page 157 ).



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Corrigé : Corrigé de 652 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Dictionnaire en ligne: ÉCAILLÉ, -ÉE, participe passé et adjectif." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit