NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Usage du terme: BAGASSIÈRE, substantif fémini ... Définition: BABIOLE, substantif féminin. >>


Partager

Usage du terme: BAGATELLE, substantif féminin.

Publié le : 1/11/2015 Format: Document en format PDF protégé


Usage du terme:
BAGATELLE, substantif féminin.
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Usage du terme: BAGATELLE, substantif féminin.




ProblematiqueUsage du terme:
BAGATELLE, substantif féminin.
A.— Vieilli. Objet de peu de valeur ou de peu d'utilité.
1. Objet futile, bibelot, babiole :
Ø 1. Bien que la loi sur les accidents ne soit à ses yeux qu'une bagatelle, un bibelot de carton, il y voit une reconnaissance première de la pensée socialiste :...
JEAN JAURÈS, Études socialistes, 1901, page 68.
· Bagatelles de bouche. Amuse-gueules il touche du bout du doigt une de ces pâtisseries, puis une autre, et il fait envelopper ces bagatelles de bouche dans une feuille de papier (ANATOLE-FRANÇOIS THIBAULT, DIT ANATOLE FRANCE, L'Orme du mail, 1897, page 37 ).
— Spécialement (Canada) " Entremets composé de biscuits ou de morceaux de gâteau, et de crème. Manger de la bagatelle " (Canada).
Remarque : Attesté dans DICTIONNAIRE GÉNÉRAL DE LA LANGUE FRANÇAISE AU CANADA (LOUIS-ALEXANDRE BÉLISLE) 1957.
2. [Généralement au pluriel] Parures, frivolités féminines. Synonymes : colifichets, fanfreluches :
Ø 2. — Mon cher père, dit-elle [Modeste] ... allez savoir des nouvelles de monsieur de La Brière et reportez-lui, je vous en prie, son cadeau. Vous pouvez alléguer que mon peu de fortune autant que mes goûts m'interdisent de porter des bagatelles qui ne conviennent qu'à des reines ou à des courtisanes.
HONORÉ DE BALZAC, Modeste Mignon, 1844, page 256.
SYNTAXE : Coûteuses bagatelles (BALZAC, Autre étude de femme, 1842, page 391); bagatelles les plus riches (BALZAC, Une fille d'Ève, 1839, page 83); riche bagatelle (MURGER, Les Nuits d'hiver, 1861, page 93).
3. Somme d'argent dérisoire. Bagatelle de + indication de prix. Le tout pour la bagatelle de deux sous (VICTOR-JOSEPH ÉTIENNE, DIT DE JOUY, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, tome 1, 1811, page 283 ).
— Souvent par antiphrase et ironique. Somme fabuleuse :
Ø 3. — Je suis au bord de la ruine et vous me parlez de construire! une bagatelle qui me coûtera trois cent mille francs. Ma chère, vous devenez folle.
GEORGES DUHAMEL, Chronique des Pasquier, La Passion de Joseph Pasquier, 1945, page 146.
B.— Par extension et courant. [Généralement au pluriel] Acte, parole, écrit de faible valeur, et plus généralement toute chose frivole ne méritant pas qu'on lui accorde une grande importance.
1. Préoccupations légères, divertissements futiles, propos souvent oiseux et dépourvus d'intérêt. S'arrêter, s'intéresser, s'occuper à des bagatelles. Synonymes : futilité, jeu, rien, vétille; baliverne, billevesée, fadaise, plaisanterie, sornette :
Ø 4. À quoi diantre s'en vont mes journées et mes saisons? Elles se consument en choses de néant, lectures sans trace, causeries sans objet, hésitations sans nécessité, visites sans nombre, commencements sans suite, rêveries sans profit, en somme bagatelles, fariboles, vanités, nugae de toutes sortes. Tout mon temps est donné à l'imprévu, aux sottises quotidiennes et, au bout d'un hiver, je me trouve plus vieux, mais non plus sage ni plus avancé.
HENRI-FRÉDÉRIC AMIEL, Journal intime, 1866, page 199.
— Spécialement, au singulier et absolument. La bagatelle. Ensemble des petits riens de l'existence qui ne méritent pas qu'on s'y arrête :
Ø 5. Je suis toute à votre service : il s'agit seulement de savoir, si vous êtes pour la bagatelle ou pour le solide!
— Je n'entends pas cela? — Je veux dire, si vous êtes pour le plaisir ou pour l'argent?
NICOLAS-EDME RESTIF, DIT RESTIF DE LA BRETONNE, Les Contemporaines par gradation, 1783, page 154.
· S'amuser à la bagatelle. Perdre son temps à des riens.
Remarque : Expression attestée dans presque tous les dictionnaires depuis le Dictionnaire de l'Académie Française 1798.
2. LITTÉRATURE et BEAUX-ARTS. Composition légère, petite pièce agréable et facile, destinée à plaire plutôt qu'à édifier. Synonymes : badinage, badinerie.
a) LITTÉRATURE. vieilli. Bagatelle littéraire. D'agréables madrigaux, de faciles et ingénieuses bagatelles (CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE, Portraits littéraires, tome 2, 1844-64, page 100 ).
b) MUSIQUE. " Morceau de musique de caractère léger et de courte durée, sans forme précise " (Grand Larousse encyclopédique en dix volumes). L'intérêt musical de cette bagatelle est dans la mobilité perpétuelle des rythmes (ROMAIN ROLLAND, Beethoven, tome 2, 1928, page 509 ).
c) PEINTURE. Un dessin, une bagatelle (EUGÈNE DELACROIX. Journal, tome 2, 1856, page 232 ).
3. Au singulier. Chose facile à accomplir, qui ne nécessite aucun effort. C'est pure bagatelle, c'est une bagatelle de... :
Ø 6. Cette issue était sans doute fermée à clef, mais pour lui c'était un détail de mince importance. Enfoncer une porte, crocheter une serrure, fausser un verrou, étaient pure bagatelle pour un homme que les pick-pockets de Londres avaient nommé jadis leur capitaine et qui avait fait merveille à New-York.
PIERRE-ALEXIS, VICOMTE PONSON DU TERRAIL, Rocambole, les drames de Paris, tome 3, Le Club des Valets de coeur, 1859, page 215.
— En particulier elliptiquement ou interjectivement. Bagatelle que cela, bagatelle!
a) Par ironie. [Souvent pour exprimer que l'on ne croit pas ce qui vient d'être dit ou qu'on y attache seulement une importance relative] Bagatelles tout cela, (...), crottes de bique... (ALEXANDRE ARNOUX, Roi d'un jour, 1956, page 131 ).
b) [Fonctionnant comme un adverbe à valeur de négation] :
Ø 7.... Vous savez ce qu'il en coûte à l'esprit pour se plier à des formes vulgaires, pour déroger, pour s'amoindrir.
— Bagatelle! môsieur, bagatelle pure! Quand vous aurez fait un feuilleton avec cette couleur, cela coulera comme de source; vous en ferez vingt, trente, sans le moindre effort.
LOUIS REYBAUD, Jérôme Paturot à la recherche d'une position sociale, 1842, page 65.
4. Vieilli. Les bagatelles de la porte.
a) Boniments que débitent les forains à l'entrée de leur baraque pour inciter les gens à assister au spectacle :
Ø 8. Le spectacle des bagatelles de la porte n'était-il pas le seul spectacle des pauvres gens, la consolation de leur soirée, l'attrait tout puissant qui les empêchait de porter leur dernier sol au cabaret?
GÉRARD DE NERVAL, La Bohême galante, 1853, page 245.
b) Au figuré et familier. Choses accessoires, dont on peut très bien se passer ou du moins sur lesquelles il n'est pas besoin d'insister. S'amuser, s'arrêter, s'attarder aux bagatelles de la porte (Confer Honoré de Balzac, Lettres à l'étrangère, tome 1, 1850, page 193; Émile Zola, Contes à Ninon, 1864, page 272; Georges Courteline, Le Train de 8 h 47, 1888, page 159).
— Par analogie, créations d'auteur. Bagatelles du seuil (Pierre Loti, Quelques aspects du vertige mondial, 1917, page 15); bagatelles du vestibule (André Gide, Journal, 1917, page 615).
— Spécialement, très familier et avec une nuance de trivialité. Préliminaires de l'amour ou ébats amoureux. S'amuser, s'arrêter, s'attarder aux bagatelles de la porte (Confer Blaise Cendrars, Bourlinguer, 1948, page 66) :
Ø 9. Les jupons ne le dérangeaient guère. Quand le sang lui montait à la tête, parbleu! Il était comme tous les hommes, il aurait crevé une cloison d'un coup d'épaule, pour entrer dans une alcôve. Il n'aimait pas à s'attarder aux bagatelles de la porte. Puis, lorsque c'était fini, il redevenait bien tranquille.
ÉMILE ZOLA, Son Excellence Eugène Rougon, 1876, page 112.
Remarque : Ce sens n'est attesté que dans GEORGES DELESALLE, Dictionnaire argot-français et français-argot, 1896 et par G. Antoine dans Mélanges à Delbouille (M.), tome 1, 1964, page 27 qui relève comme une audace d'auteur l'utilisation qu'en fait A. M. Schmidt dans son Avant-propos de l'Amour noir : " Comme il est trop timide pour pousser ses avantages au-delà des bagatelles de la porte, un cuisant échec conclut chacune de ses téméraires initiatives. " Monsieur Antoine ajoute que ce " sous-entendu galant (...) n'était nullement dans l'esprit de Balzac, ni, semble-t-il, d'aucun écrivain de son époque ". L'exemple 9 paraît infirmer cette hypothèse.
C.— Par euphémisme, familier. domaine du sentiment et de l'amour.
1. Vieilli. [Généralement au pluriel] Galanteries, amourette :
Ø 10. Ne refusez pas ce que j'ai de meilleur, ma façon de faire la cour à une femme, de lui prodiguer les tendresses fugitives, les menus soins, les petits cadeaux, les galanteries, les bagatelles nécessaires, et de lui parler une langue inconnue d'elle.
JULES RENARD, Comédies, Le Pain de ménage, 1899, page 78.
2. Très familier. [Toujours au singulier, et absolument] La bagatelle. L'amour physique :
Ø 11.... la maîtresse actuelle de Jocquelet était tout bonnement une de ses camarades du Conservatoire,... qui se destinait à l'emploi tragique et ne permettait à son amant de songer à la bagatelle qu'après lui avoir infligé le songe d'Athalie,...
FRANÇOIS COPPÉE, Prose, tome 4, Toute une jeunesse, 1890, page 168.
· S'amuser à la bagatelle. Comment voulez-vous que j'arrive à élever mon petit monde, si je m'amuse à la bagatelle (ÉMILE ZOLA, L'Assommoir, 1877, page 403 ).
— Argot. Faire la bagatelle. Faire l'amour.
Remarque : 1. Attesté dans Charles Virmaître, Dictionnaire d'argot fin de siècle, 1894 et Lucien Rigaud, Dictionnaire du jargon parisien, 1878 et dans le composé amour-bagatelle chez Colette, La Jumelle noire, 1938, page 118. 2. Ce sens bien attesté n'est mentionné que sporadiquement par les dictionnaires, en particulier par ceux du XIXe. siècle (les Dictionnaire de l'Académie Française l'ignorent, Grand dictionnaire universel du XIXe. siècle (Pierre Larousse) précise : " L'introduction de cette nouvelle acception doit faire éviter d'employer le mot dans le sens ci-dessus (galanterie, amourette) qui est devenu fort équivoque ", Dictionnaire général de la langue française (Adolphe Hatzfeld, Arsène Darmesteter) le définit comme une " Galanterie légère "). Les dictionnaires qui le mentionnent lui donnent les nuances suivantes : Dictionnaire universel de la langue française (Louis-Nicolas Bescherelle) 1845 : " figuré et familier. ", Dictionnaire des dictionnaires (sous la direction de Paul Guérin) 1892 : " familier ", Grand dictionnaire universel du XIXe. siècle (Pierre Larousse) : " dans un sens plus vulgaire et plus libre ", Grand Larousse encyclopédique en dix volumes : " avec une nuance de trivialité ", Dictionnaire du français contemporain (Jean Dubois) : " familier " et " nuance triviale ".


Ressources Gratuites

Corrigé : Corrigé de 1686 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Usage du terme: BAGATELLE, substantif féminin." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit