LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Peut-on se passer des autres ? L'intérêt que je porte à autrui tient-il au ... >>


Partager

Comment sait-on qu'un autre être est conscient ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Comment sait-on qu'un autre être est conscient ?



Publié le : 6/1/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Comment sait-on qu'un autre être est conscient ?
Zoom

De par sa formulation, le sujet semble sous-entendre qu’il ne part du principe selon lequel seuls les hommes seraient des êtres conscients, des êtres possédant une conscience. Il s’agit ici de trouver des critères permettant de déterminer quelles sont les caractéristiques de la conscience, et leurs manifestations, et de voir si ces dernières peuvent être repérées chez d’autres êtres que des hommes – on pourrait alors qualifier ces êtres de conscients.

            On pourrait se demander de quelle manière il serait possible savoir si les autres êtres ont une conscience, comment la reconnaîtrions nous, et qu’est-ce que cela impliquerait.



La première partie voudrait donc définir une forme de conscience spécifiquement humaine - conscience qui peut se penser elle-même -, ce qui permettra de déterminer certaines exigences que l'on a pour déclarer qu'un être est conscient.   Bergson, L'évolution créatrice   Comment n'être pas frappé du fait que l'homme est capable d'apprendre n'importe quel exercice, de fabriquer n'importe quel objet, enfin d'acquérir n'importe quelle habitude motrice, alors que la faculté de combiner des mouvements nouveaux est strictement limitée chez l'animal le mieux doué, même chez le singe ? La caractéristique cérébrale de l'homme est là. Le cerveau humain est fait, comme tout cerveau, pour monter des mécanismes moteurs et pour nous laisser choisir parmi eux, à un instant quelconque, celui que nous mettrons en mouvement par un jeu de déclic. Mais il diffère des autres cerveaux en ce que le nombre des mécanismes qu'il peut monter, et par conséquent le nombre des déclics entre lesquels il donne le choix, est indéfini. Or, du limité à l'illimité il y a toute la distance du fermé à l'ouvert. Ce n'est pas une différence de degré, mais de nature.Radicale aussi, par conséquent, est la différence entre la conscience de l'animal, même le plus intelligent, et la conscience humaine. Car la conscience correspond exactement à la puissance de choix dont l'être vivant dispose ; elle est coextensive à la frange d'action possible qui entoure l'action réelle : conscience est synonyme d'invention et de liberté. Or, chez l'animal, l'invention n'est jamais qu'une variation sur le thème de la routine.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3353 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Comment sait-on qu'un autre être est conscient ? " a obtenu la note de :

9 / 10

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit