NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Est-il vrai que le travail permette à l'homm ... Est-il vrai que l'on ne se refait pas ? >>


Partager

Est-il vrai que l'ignorance de notre histoire nous condamne à la revivre ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Est-il vrai que l'ignorance de notre histoire nous condamne à la revivre ?



Publié le : 7/9/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Est-il vrai que l'ignorance de notre histoire nous condamne à la revivre 	?
Zoom

Analyse du sujet

·        Eléments de définition

Ignorance = Ignorer, c’est ne pas savoir. Mais l’ignorance n’est pas simplement absence de connaissance, elle est privation : le non savoir de ce qu’on devrait savoir, la pire ignorance étant celle qui s’ignore elle-même.

-         Platon, Alcibiade.

-         Platon, Ménon.

Histoire = Du grec historia, qui signifie recherche, chercher à savoir, rapporter ce qu’on sait.

1-     Transformation dans le temps des sociétés humaines ; succession des états par lesquels passe une réalité (individu, pays, civilisation, théorie, champ culturel, etc.)

2-     Discipline scientifique qui est l’étude de l’histoire en ce premier sens et qui a pour objet  sa reconstitution et son explication.

·        Angles d’analyse

L’ignorance est donc précisément cette forme de privation qui condamne l’accès au savoir : or, ce qu’il s’agit d’interroger ici, c’est le rapport qu’une telle définition de l’ignorance entretient avec l’histoire –a fortiori avec la « nécessité « de connaître son histoire, son passé, c’est-à-dire encore d’où l’on vient et comment on est arrivé à tel état.

Il faut prendre ici le terme d’histoire en en double sens : il s’agit avant tout de l’histoire comme discipline, c’est-à-dire comme ensemble des faits conservés du passé et qui forme l’histoire collective ; mais il s’agit aussi de l’histoire personnelle constitutive d’un sujet. En ce sens on peut se demander si un sujet qui ignore d’où il vient, et dans quelles circonstances il a grandi, peut se connaître lui-même.

Il s’agit donc, dans les deux cas, de savoir si la connaissance de l’histoire est constitutive de notre propre présent et future. C’est donc ici la question, au fond, du « devoir de mémoire « que l’on interroge : car si l’ignorance de notre histoire nous condamne effectivement à la revivre (comme un éternel retour), alors il est un devoir pour l’homme (en tant qu’homme et en tant qu’individu) non seulement de connaître son passé mais encore de le conserver.

C’est donc aussi, en creux, les rapports entre mémoire et histoire qui sont ici à la question. Puisque la connaissance du passé suppose nécessairement cette intervention de la mémoire.

Car, en effet, que l’on songe aux mille détails de notre existence qui meurent avec l’instant que nous venons de vivre : on verra que l’oubli dévore souvent la plus grande partie de notre passé. Seule la mémoire peut lutter contre cette disparition perpétuelle, mais elle est aussi limitée.

Problématique

            En quel sens et dans quelle mesure peut-on affirmer que l’ignorance de notre histoire – tant personnelle que collective – nous condamne à la revivre éternellement ? Est-ce donc que la connaissance de notre histoire suffit pour en tirer des leçons ? Peut-on seulement tirer des leçons de notre histoire, de sorte qu’on ne commette pas deux fois les mêmes erreurs ? En sommes, la connaissance l’histoire est-elle capable, à elle seule, de nous apprendre quelque chose sur nous et sur les progrès que nous devons faire ? Et dans cette perspective, quel est donc le rôle de la mémoire ?

 



La mémoire oublie autant qu'elle se souvient, elle réélabore le passé parce qu'elle se préoccupe surtout du présent. ·        Au contraire, l'historien étudie le passé pour lui-même. Il ne cherche pas directement l'efficacité dans le présent. Il déjoue les pièges de la mémoire, toujours trop prompte à donner au passé un sens utile mais faux : un mythe historique, ouvrage de la mémoire, comme celui de Bonaparte, utile au pouvoir de Napoléon III, est le pire ennemi de l'histoire. ·        On comprend alors que d'un point de vue personnel, l'ignorance de l'histoire peut être, en tant qu'elle est d'une certaine manière refoulement, salutaire pour la vie présente et future d'un homme déjà tourmenté par le simple fait d'exister. Mais d'un point de vue collectif, cette ignorance est bien plu problématique. ·        Cependant, si les individus cherchent à fuir la vérité parfois dérangeante de leur histoire, ne risque-t-elle pas de perdre le sens de son passé ? Si les désirs de ses membres abandonnent la scène historique et sa cantonne à la sphère privée, le passé, lui aussi, devient une affaire purement individuelle. Et l'identité collective s'estompe, la société vacille : dès que Rome cessa sa politique de conquête, les citoyens ne vécurent désormais plus pour la gloire de l'Etat. L'oubli de sa tradition conquérante marqua le début de sa décadence et la dissolution de son identité.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1986 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Est-il vrai que l'ignorance de notre histoire nous condamne à la revivre ?" a obtenu la note de :

10 / 10

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit