NoCopy.net

Faire respecter le droit par la force, est-ce fonder le droit sur la force ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Faire régner la justice est-il du ressort du ... Faire son devoir sans etre heureux, est-ce t ... >>


Partager

Faire respecter le droit par la force, est-ce fonder le droit sur la force ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faire respecter le droit par la force, est-ce fonder le droit sur la force ?



Publié le : 11/9/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Faire respecter le droit par la force, est-ce fonder le droit sur la force  	?
Zoom

 

« La justice sans la force est impuissante : la force sans la justice est tyrannique « écrit Pascal (§9 des Pensées). Ainsi, le droit ne peut se contenter de formuler des règles à suivre : il doit, le cas échéant, imposer la loi par la contrainte. Mais si l’Etat impose le respect du droit par l’usage de la force, s’ensuit-il qu’il fonde le droit par la force ? Il faut ici distinguer la force, en tant qu’usage contrôlé et raisonné de la violence, du soi-disant « droit du plus fort «, où le droit serait fondé par la force, c’est-à-dire dicté par le plus fort. Mais n’y a-t-il pas contradiction à fonder le droit sur la force, dans la mesure où le concept de fondation implique une certaine légitimité, le droit n’ayant dès lors plus besoin de la force pour se faire respecter ?

 

 

 



Marx a ainsi critiqué l'Etat en affirmant qu'il était au service de la classe dominante (la bourgeoisie), la police et l'armée fonctionnant ainsi comme les « chiens de garde » de la bourgeoisie.   - Néanmoins, même cette critique marxiste ne prétend pas qu'en contraignant au respect de la légalité (droit positif, dont la formulation serait déterminée par les intérêts de la bourgeoisie) le droit lui-même soit fondé sur la force. L'idée de fondation implique en effet celle de justice et de légitimité (le droit naturel - ou les lois non écrites d'Antigone - fonde ainsi le droit positif). Si Marx critique le caractère injuste de la loi dans les régimes dits « bourgeois », ce droit imparfait n'est pas fondé sur le « droit du plus fort », mais sur la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen. On ne saurait en effet fonder la légitimité du droit sur la force, comme le montre Rousseau (Du contrat social, III, « Du droit du plus fort »). Si tel était le cas, quiconque aurait la force de désobéir en aurait le droit, et alors il n'y aurait pas de droit, car « qu'est-ce qu'un droit qui périt quand la force cesse ? ». C'est là le sens de l'analyse marxienne : les appareils répressifs d'Etat (armée, etc.) ne peuvent se maintenir qu'en trouvant leur légitimité hors du domaine de la violence, c'est-à-dire dans l'idéologie (cf. L'idéologie allemande).


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Faire respecter le droit par la force, est-ce fonder le droit sur la force  	? Corrigé de 1467 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Faire respecter le droit par la force, est-ce fonder le droit sur la force ?" a obtenu la note de : aucune note

Faire respecter le droit par la force, est-ce fonder le droit sur la force ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit