NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La libération passe t-elle par le refus de l ... La liberté consiste-t-elle a s'affranchir du ... >>


Partager

La liberté consiste-t-elle a s'affranchir de toute autorité ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La liberté consiste-t-elle a s'affranchir de toute autorité ?



Publié le : 6/9/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	La liberté consiste-t-elle a s'affranchir de toute autorité 	?
Zoom

La liberté d’un individu est généralement comprise comme étant une absence de contraintes. Un homme pour être dit libre ne doit pas être empêché, c’est-à-dire être confronté à des obstacles, dans ses mouvements et dans ses actions. La liberté n’est pas seulement liberté d’agir mais aussi liberté de pensée. Elle ne concerne donc pas seulement le corps mais aussi l’esprit. Agir librement consiste à ne pas se soumettre à un principe extérieur, autrement dit elle s’oppose à l’obéissance. L’autorité quant à elle se rapproche de l’idée de commander et donc suppose qu’on lui obéisse. Elle exerce un pouvoir sur quelqu’un et l’exhorte à agir selon ce qu’elle lui ordonne de faire. Elle suppose donc un agent et un patient. L’agent commande et le patient obéit. L’autorité met donc en évidence une relation entre deux êtres, la relation pouvant concerner un ensemble d’individus, par exemple nous parlerons de l’autorité sociale sur l’individu. Elle semble donc, dans la mesure où elle détermine autrui, s’opposer à l’expression de sa liberté. L’autorité peut aussi correspondre à une relation de soi à soi, par exemple quand on se fait un devoir d’agir de telle ou telle manière. Notre action est commandée alors par un principe. Plusieurs problèmes se posent quand nous essayons d’identifier la liberté au rejet de toute autorité. En effet dans ce cas comment se peut-il qu’à l’intérieur d’une société, régie par des lois que l’individu doit respecter, ce même individu soit dit libre ? D’autre part nous donner par exemple des principes à nos actions est-ce contrevenir à notre liberté ? La véritable liberté consisterait-elle à rejeter à la fois la détermination extérieure (la société) et la détermination intérieure (l’individu lui-même) ? Dans ce cas nous aurions affaire à une liberté indéterminée car illimitée. L’absence d’autorité ne nuit-elle pas au sens même de la liberté ? Plusieurs solutions sont possibles. Soit nous excluons toute autorité, qu’elle soit intérieure ou extérieure, et dans ce cas la liberté serait illimitée mais indéterminée. Soit nous n’excluons qu’une forme d’autorité, à savoir l’autorité extérieure, dans ce cas l’individu devrait vivre en dehors de la société dans la mesure où elle implique l’obéissance à des lois. Une telle solitude est-elle envisageable ? Soit nous conservons les deux formes d’autorité et nous expliquons de quelle manière elles sont compatibles avec la liberté.



1.2 La liberté sans autorité peut être rapprochée de la liberté d'indifférence qui en réalité est une illusion.   « Il ne faut pas s'imaginer cependant que notre liberté consiste dans une indétermination ou dans une indifférence d'équilibre ; comme s'il fallait être incliné également du côté du oui et du non, et du côté des différents partis, lorsqu'il y en a plusieurs à prendre. Cet équilibre en tout sens est impossible ; car si nous étions également portés pour les parties A, B et C, nous ne pourrions pas être également portés pour A et pour non A. Cet équilibre est aussi absolument contraire à l'expérience, et, quand on s'examinera, l'on trouvera qu'il y a toujours eu quelque cause ou raison qui nous a incliné vers le parti qu'on a pris, quoique bien souvent on ne s'aperçoive pas de ce qui nous meut ; tout comme on ne s'aperçoit guère pourquoi, en sortant d'une porte, on a mis le pied droit avant le gauche, ou le gauche avant le droit. « LEIBNIZ, Essais de théodicée, I §35   Transition : Si la vraie liberté est l'absence de contraintes alors toute autorité doit être rejetée. Cependant cette solution reste insatisfaisante dans la mesure où cette absence d'autorité coïncide avec une absence de détermination. La liberté illimitée est une liberté négative, son indétermination remet en cause sa signification.   Deuxième partie : Se libérer de l'autorité extérieure est-ce possible et souhaitable ?   2.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1942 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " La liberté consiste-t-elle a s'affranchir de toute autorité ?" a obtenu la note de :

6 / 10

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit