NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La religion peut-elle servir de fondement à ... La représentation de l'art est-elle conforme ... >>


Partager

La représentation de la réalité dans l'art est-elle illusoire ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La représentation de la réalité dans l'art est-elle illusoire ?



Publié le : 11/10/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	La représentation de la réalité dans l'art est-elle illusoire 	?
Zoom

L'illusion est un état mental de celui qu’on abuse et qu’on trompe. Elle se différencie de l’erreur, acte de l’esprit jugeant vrai ce qui en réalité est faux. Il peut y avoir une positivité de l’illusion, cela apparaît moins possible pour l’erreur. L’illusion produit du réel. Cette croyance possède une fonction et un contenu positif. Néanmoins, même connue l’illusion peut se perpétuer sans vraiment se dissiper. Si l’erreur de jugement provoquée par l’illusion peut être corrigée, l’illusion, elle, persiste et n’est pas dissipée. L’illusion n’est donc pas la même chose qu’une erreur. Il y a en elle quelque chose de positif, alors que est  simplement une « privation de connaissance «. Elle n’est pas non plus le mensonge qui procède essentiellement avec une intentionnalité, mais surtout par la présence d’un interlocuteur. Cependant, l’illusion pose le problème du mensonge à soi-même dans la mesure où illusion vient du latin « Illudere «, c’est-à-dire : jouer, abuser, tromper.

Or qu’est-ce à dire de définir l’art comme une représentation illusoire de la réalité ? C’est insister sur le rapport d’imitation et le caractère trompeur de l’art. autrement dit, il s’agit dans une première lecture d’une vision critique de l’art notamment dans sa fécondité cognitive et gnoséologique. L’art ne serait qu’un divertissement ne permettant pas d’accéder à la vérité où à la réalité de la chose représenté. En effet, la « re-présentation « exprime bien ce rapport de dualité entre l’art et le réel : l’art serait un double, un reflet, un miroir du réel. Mais alors à quoi bon ? N’est-ce pas une entreprise démesurée de vouloir rivaliser avec la nature réduisant l’art à une simple question d’habileté ? N’est-ce pas réduire la portée conceptuelle de l’art et en faire un concept négatif ? L’art pourrait manifester l’essence des choses. Taxer l’art d’apparence est peut-être vrai mais il n’en reste pas moins qu’il permettrait de rendre sensible l’idée ce qui serait une tentative pour ressaisir positivement le concept d’art dans toute son acception et toute sa valeur. Et pourquoi aller plus loin en montrant que l’art en tant qu’illusion est nécessaire et cela peut-être en raison de la déception éprouvée face à un réel ne faisant plus ou pas sens pour nous. Dans ce cas, l’illusion serait un pieux mensonge : une illusion consolatrice.

C’est donc suivant ces trois moments que nous entendons traiter de la question : « l’art est-il une représentation illusoire de la réalité ? «

 



Les images-copies ne cherchent pas à tendre parfaitement vers le double ou la simulation du double, donc à tromper, contrairement aux images-simulacres. L'effet d'illusion est volontaire et est recherché par l'artiste comme on peut le voir aussi en République X, 602b. Ainsi la perspective est condamnée comme elle apparaître dans le tombeau de Philipe II à Vergina. Or si l'illusion de l'art est  efficace chez les enfants et les hommes privés de raison, elle peut aussi corrompre les honnêtes gens. L'art s'adresse toujours à la partie inférieure de l'âme, au bas ventre, il touche l'homme là où il est fragile : dans son corps. L'art produit donc des illusions de la réalité et notamment ce que l'on peut saisir à travers le fameux cas du « mythe de la caverne » dans la République (livre VI) de Platon. En effet, il y a utilisation d'un artifice qui s'efface dans l'illusion du vrai. Le naturel est le produit du plus grand artifice. Alors la définition la plus étroite de l'illusion que l'on puisse produire est celle d'une perception erronée de la perception sensorielle. Elle est donc tromperie et erreur.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2494 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " La représentation de la réalité dans l'art est-elle illusoire ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit