LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Les mots sont-ils l'essence des choses ? Les mots sont-ils sans pouvoir contre la for ... >>


Partager

Les mots sont-ils pour la pensée une condition ou un obstacle ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Les mots sont-ils pour la pensée une condition ou un obstacle ?



Publié le : 13/11/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Les mots sont-ils pour la pensée une condition ou un obstacle	?
Zoom

Analyse.


•    Notre sujet demande une définition, en premier lieu des notions de mots et de pensée.
o    Les mots sont des groupes de son correspondant à un sens, entre lesquels se distribue le langage. Le mot a deux dimensions : signifiant (le son) et signifié (le sens). Aussi les mots ont-il pour objet la signification d’une représentation. Ils sont les signes de ce que l’on ressent.
o    La pensée, elle, se définit comme étant tout ce qui affecte la conscience. C’est une activité de l’esprit ayant pour objet la connaissance. C’est une fonction de l’entendement, qui se manifeste dans la production de concepts et de jugements.
•    On comprend ici que la production de concepts peut difficilement se faire sans langage. Aussi les mots sont-ils nécessaire à cette production.
•    Le sujet que nous avons à étudier ici porte sur le rapport des mots à la pensée. Il nous faudrait déterminer si la pensée est aidée ou ralentie par les mots.
•    Mais la problématique qui nous touche ici porte sur le statut de chacune de ces notions. La pensée est plus libre que le langage. Les mots sont finis et définis. La pensée peut vagabonder et créer à l’infini. Comment peut-on alors lier les mots à la pensée ?
•    Car le problème est là : si on ne peut penser sans les mots, cela peut signifier que l’on s’entrave. L’entrave se conçoit comme étant nécessaire. Or la pensée est libre. D’où le paradoxe suivant :
o    Soit on admet que la pensée n’est pas libre, mais il est alors difficile de comprendre comment elle peut être créatrice de concepts sil elle ne possède pas de liberté ;
o    Soit elle est libre, mais dans ce cas, li apparaît difficile de ne pouvoir penser qu’avec les mots.
•    Le statut du langage devra donc être questionné ici. Car si les mots ont une valeur, c’est dans le fait qu’ils définissent clairement. Or, la pensée peut avancer et faire un usage opposé à la définition originelle de certains mots. Comment conserver alors l’équilibre apporté par les mots pour clarifier et assurer la pensée ?
•    Enfin, la pensée elle-même devra être définie à la foi en fonction des mots, puisque l’on ne peut se passer des mots pour penser, mais aussi en fonction de sa propre « capacité « à dépasser la barrière du langage.


Problématisation.


Lorsque nous pensons, nos conceptualisons. Ce faisant, nous utilisons les mots, pour notre propre usage afin de connaitre l’objet de notre propre pensée. Mais les mots, contrairement à la pensée, sont limités. Comment peut-on alors penser tout en restant dans un domaine donné du langage ? Tout d’abord, les mots sont-ils le seul moyen que nous ayons pour penser ? Ensuite, quel clivage existe entre les mots et la pensée ? Enfin, les mots ont-il un statut de condition ou d’obstacle pour la pensée ?



Comment peut-on alors penser tout en restant dans un domaine donné du langage ? Tout d'abord, les mots sont-ils le seul moyen que nous ayons pour penser ? Ensuite, quel clivage existe entre les mots et la pensée ? Enfin, les mots ont-il un statut de condition ou d'obstacle pour la pensée ?   Proposition de plan.   1.      Quelle est la fonction des mots pour la pensée ?   ·         Les mots sont l'outil nécessaire à la pensée. Le fait de penser revenant à conceptualiser, acquérir une connaissance, nous ne pouvons que reconnaitre la nécessité des mots pour ce faire. « L'usage courant de la parole est de transformer le discours mental en discours verbal, ou l'enchaînement de nos pensées en suite de mots, et cela présente deux avantages.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1303 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Les mots sont-ils pour la pensée une condition ou un obstacle ?" a obtenu la note de :

9 / 10

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit