NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Peut-on parler du sens de l'histoire comme o ... Peut-on parler d'un droit a la vie ? >>


Partager

Peut-on parler d'un droit a la différence ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Peut-on parler d'un droit a la différence ?



Publié le : 20/12/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Peut-on parler d'un droit a la différence	?
Zoom
  • DIRECTIONS DE RECHERCHE


• S'agit-il d'une simple reconnaissance d'ordre moral ? d'une reconnaissance juridiquement instituée (avec son corollaire de sanctions)?
• S'interroger sur le « couple « différence et privilège :
— Le droit à la différence, est-ce le droit à être différent (mais qu'est-ce, que cela peut bien signifier ?)?
— Le droit à la différence est-ce le droit à vouloir quelque chose de différent dans la mesure où chacun est (ou serait) différent ?
Mais proclamer cela ne serait-ce pas proclamer l'arbitraire de chacun et le droit au privilège ?
— Le droit à la différence serait-ce le droit « à l'inégalité « et « à l'injustice «?
• « Le droit à la différence « serait-ce la révolte et la revendication d'un ordre institué contre la tyrannie de l'identique et de l'uniformisation, contre les différents « impérialismes « (raciaux, politiques, idéologiques, moraux...)?
• Si l'égalité, le juste ne peuvent être pensés sous le mode de l'égal au sens d'identique, comment penser « le droit à la différence « (et « l'égalité « et « le juste «) sans que le droit à la différence soit un droit d'inégalité et d'injustice (ou dissimule l'inégalité et l'injustice)?
 

  • Introduction

-Un droit constitue un principe auquel tout citoyen qui tombe sous la juridiction de ce droit doit se soumettre ; tous les citoyens sont donc égaux devant cette loi : le droit fonde l'égalité.

-La différence constitue l'altérité, mais au sein même de l'identité ; sans quoi il n'y aurait aucun référent commun à partir duquel on pourrait même parler de "différence" : la différence suppose donc l'identité, qui se décline en modes divers.

-Or, comme penser le lien entre le droit, qui fonde l'égalité des citoyens, et la différence, qui constitue ce par quoi un citoyen se distingue d'un autre citoyen, tout en restant identique à lui en tant précisément que citoyen ? La différence peut-elle se revendiquer sous la forme d'un droit ? Le droit à la différence n'irait-il pas contre la reconnaissance même de ce à partir de quoi toute différence peut précisément être reconnue comme telle ?

 



Le droit à la différence n'irait-il pas contre la reconnaissance même de ce à partir de quoi toute différence peut précisément être reconnue comme telle ? I. Le droit légitime constitue une négation de la différence (Rousseau). -La différence est un fait, elle constitue un donné naturel que l'on ne peut nier. Elle constitue une source d'inégalité entre les hommes, qui est légitimée lorsqu'elle est avalisée par l'institution du droit (Rousseau). -Le droit du contrat social légitime ne doit pas avaliser cette différence de fait ; elle doit au contraire l'effacer, au niveau juridique, afin qu'il y ait une égalité politique de chaque citoyen au sein de la cité. II. Les dangers et es contradictions du droit à la différence. -Le droit à la différence constitue l'envahissement de la sphère publique par la sphère privée, puisque l'on érige en droit une différence individuelle qui ne regarde en rien la communauté dans laquelle elle s'inscrit (Arendt). -Le droit à la différence peut évoluer jusqu'à la négation de ce principe même : car ceux qui exaltent ce droit et qui imposent aux membres de la communauté différenciée la norme de cette différence, refusent précisément que l'un de ces membres s'écarte de cette différence devenue norme pour évoluer selon une autre voie.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 743 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Peut-on parler d'un droit a la différence ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit