Rousseau: Amour de soi et amour propre

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< [De la généralité de la loi] MARC-AURÈLE, Pensées pour moi-même >>


Partager

Rousseau: Amour de soi et amour propre

Philosophie

Aperçu du corrigé : Rousseau: Amour de soi et amour propre



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

	Rousseau: Amour de soi et amour propre
Zoom

• Ce texte, extrait de l'Émile, se rapporte au thème de éducation, dans ses relations avec la genèse des passions. Le problème qu'il soulève est celui de savoir si l'éducation peut vraiment favoriser les passions naturelles et conjurer les passions négatives, nées de l'amour-propre et des besoins artificiels. l'éducation peut-elle restaurer, sinon l'état d'innocence originel, tout au moins une certaine plénitude et harmonie ?
 • Quelle est idée directrice du texte ? On peut maîtriser les passions et les intégrer dans le processus éducatif si l'on comprend bien leur double origine (instinct de conservation et désir de paraître, de se comparer, etc.). Loin de la dépravation sociale liée à l'amour-propre, un état de « pureté « s'avère possible.
 • On saisit, du même coup, enjeu du texte : nous faire gagner, éventuellement, une possibilité de maîtrise de l'affectivité. Les retombées de ce pouvoir sont évidentes ; n'y gagnons-nous pas éventuellement la liberté et l'autonomie ? De même que le vrai contrat social rend possible la formation d'un être raisonnable connaissant le bonheur d'une société droitement organisée, de même l'éducation bien conduite assure un gain de liberté.
 



« L'amour de soi, qui ne regarde qu'à nous, est content quand nos vrais besoins sont satisfaits ; mais l'amour-propre, qui se compare, n'est jamais content et ne saurait l'être, parce que ce sentiment, en nous préférant aux autres, exige aussi que les autres nous préfèrent à eux, ce qui est impossible. Voilà comment les passions douces et affectueuses naissent de l'amour de soi, et comment les passions haineuses et irascibles naissent de l'amour-propre. Ainsi, ce qui rend l'homme essentiellement bon est d'avoir peu de besoins et de peu se comparer aux autres ; ce qui le rend essentiellement méchant est d'avoir beaucoup de besoins et de tenir beaucoup à l'opinion. Sur ce principe, il est aisé de voir comment on peut diriger au bien ou au mal toutes les passions des enfants et des hommes. Il est vrai que ne pouvant vivre toujours seuls, ils vivront difficilement toujours bons : cette difficulté même augmentera nécessairement avec leurs relations, et c'est en ceci surtout que les dangers de la société nous rendent les soins plus indispensables pour prévenir dans le coeur humain la dépravation qui naît de ses nouveaux besoins. » Jean-Jacques ROUSSEAU, Émile, Livre quatrième.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Rousseau: Amour de soi et amour propre	Corrigé de 1728 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Rousseau: Amour de soi et amour propre " a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Rousseau: Amour de soi et amour propre

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit