NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< ► Un metteur en scène s’adresse à ... ► Le directeur du Théâtre national de S ... >>


Partager

► Vous commenterez l’extrait de la scène 4 de l’acte I de George Dandin

Littérature

Aperçu du corrigé : ► Vous commenterez l’extrait de la scène 4 de l’acte I de George Dandin



Publié le : 8/9/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
► Vous commenterez l’extrait de la scène 4 de l’acte I de George Dandin
Zoom

l’avenir d’un mariage et de sa survie. Pourtant, Molière adopte le ton de l’humour, voire même, selon certaines mises en scène, du comique appuyé. Celui-ci repose d’abord sur la situation de Dandin : il veut expliquer son affaire mais en est constamment empêché et ne peut pas parler, ce qui cause des retardements, énervants pour lui mais amusants pour le spectateur. Ainsi s’enchaînent une suite d’obstacles : d’abord, il oublie de « saluer » ; puis il utilise une mauvaise forme d’adresse et de salut ; enfin, i emploie à mauvais escient le mot « ma femme ». Cette succession d’atermoiements, par la répétition du même schéma, crée ce que le philosophe Bergson appelle le « mécanique plaqué sur du vivant », générateur de rire.

 

À la fin de l’extrait, Dandin ne mâche pas ses mots («vos affaires (...) étaient fort délabrées ») et finit par exploser et devenir grossier. C’est bien le comble après la leçon de courtoisie qu’il a reçue : i est fort mauvais élève et la leçon n’a pas le résultat escompté ! Le comique provient, là encore, du contraste.



MADAME DE SOTENVILLE.- Mon Dieu, notre gendre, que vous avez peu de civilité de ne pas saluer les gens quand vous les approchez.

GEORGE DANDIN.- Ma foi, ma belle-mère, c’est que j’ai d’autres choses en tête, et...

MADAME DE SOTENVILLE.- Encore ! Est-il possible, notre gendre, que vous sachiez si peu votre monde, et qu’il n’y ait pas moyen de vous instruire de la manière qu’il faut vivre parmi les personnes de qualité [i]  ?

GEORGE DANDIN.- Comment ?

MADAME DE SOTENVILLE.- Ne vous déferez-vous jamais avec moi de la familiarité de ce mot de ma belle-mère, et ne sauriez-vous vous accoutumer à me dire Madame.

GEORGE DANDIN.- Parbleu, si vous m’appelez votre gendre, il me semble que je puis vous appeler ma belle-mère.

MADAME DE SOTENVILLE.- Il y a fort à dire, et les choses ne sont pas égales. Apprenez, s’il vous plaît, que ce n’est pas à vous à vous servir de ce mot-là avec une personne de ma condition ; que tout notre gendre que vous soyez, il y a grande différence de vous à nous, et que vous devez vous connaître [9] .

MONSIEUR DE SOTENVILLE.- C’en est assez mamour, laissons cela.

MADAME DE SOTENVILLE.- Mon Dieu, Monsieur de Sotenville, vous avez des indulgences qui n’appartiennent qu’à vous, et vous ne savez pas vous faire rendre par les gens ce qui vous est dû.

MONSIEUR DE SOTENVILLE.- Corbleu, pardonnez-moi, on ne peut point me faire de leçons là-dessus, et j’ai su montrer en ma vie par vingt actions de vigueur, que je ne suis point homme à démordre jamais d’une partie de mes prétentions [10] . Mais il suffit de lui avoir donné un petit avertissement. Sachons un peu, mon gendre, ce que vous avez dans l’esprit.

GEORGE DANDIN.- Puisqu’il faut donc parler catégoriquement, je vous dirai, Monsieur de Sotenville, que j’ai lieu de...

MONSIEUR DE SOTENVILLE.- Doucement, mon gendre. Apprenez qu’il n’est pas respectueux d’appeler les gens par leur nom, et qu’à ceux qui sont au-dessus de nous il faut dire Monsieur tout court.

GEORGE DANDIN.- Hé bien, Monsieur tout court, et non plus Monsieur de Sotenville, j’ai à vous dire que ma femme me donne...

MONSIEUR DE SOTENVILLE.- Tout beau. Apprenez aussi que vous ne devez pas dire ma femme, quand vous parlez de notre fille.

GEORGE DANDIN.- J’enrage. Comment, ma femme n’est pas ma femme [11]  ?

MADAME DE SOTENVILLE.- Oui, notre gendre, elle est votre femme, mais il ne vous est pas permis de l’appeler ainsi, et c’est tout ce que vous pourriez faire, si vous aviez épousé une de vos pareilles.

GEORGE DANDIN.- Ah ! George Dandin, où t’es-tu fourré ? Et [12] de grâce, mettez pour un moment votre gentilhommerie à côté, et souffrez que je vous parle maintenant comme je pourrai. Au diantre soit la tyrannie de toutes ces histoires-là. Je vous dis donc que je suis mal satisfait de mon mariage.

MONSIEUR DE SOTENVILLE.- Et la raison, mon gendre.

MADAME DE SOTENVILLE.- Quoi parler ainsi d’une chose dont vous avez tiré de si grands avantages ?

GEORGE DANDIN.- Et quels avantages, Madame, puisque Madame y a ? L’aventure n’a pas été mauvaise pour vous, car sans moi vos affaires, avec votre permission, étaient fort délabrées, et mon argent a servi à reboucher d’assez bons trous ; mais moi de quoi y ai-je profité, je vous prie, que [13] d’un allongement de nom, et au lieu de George Dandin, d’avoir reçu par vous le titre de Monsieur de la Dandinière ?

MONSIEUR DE SOTENVILLE.- Ne comptez-vous rien, mon gendre, l’avantage d’être allié à la maison de Sotenville ?


Trouver les idées directrices

 

• Faites la « définition » du texte (voir guide méthodologique).

 

• Extrayez de cette « définition » des questions à se poser sur le texte ou ses centres d’intérêt ; elles pourront vous aider à trouver les idées directrices de votre commentaire.

 

• Vous pouvez partir de la « définition » suivante :

Scène d’affrontement (genre) entre un riche paysan et ses beaux-parents nobles qui lui font des reproches (thème), polémique, comique, satirique, pathétique ? (registres), caricatirale, burlesque (adjectifs), pour faire rire le public et dresser la satire des nobliaux provinciaux (buts).

■ Pistes de recherche

 

Première piste : scène d’affrontement ; l’efficacité sur scène

 

• Étudiez l’identité des personnages et leurs Hens, leurs différences.

 

• Analysez l’enjeu de départ de la discussion puis son thème réel.

 

• Analysez d’où viennent la vivacité et la théâtralité de la scène.

 

• Analysez la progression dans l’affrontement : étudiez la distribution de la parole : qui parle le plus ? quand ?

 

• Étudiez le comique de cette situation.

 

Deuxième piste : scène satirique ; comédie de mœurs

 

• Analysez la façon de parler des SotenviHe.

 

• Quelles sont leurs valeurs ? Quels sont leurs traits de caractère ?

 

• Que critique Molière ?

 

• Quelle vision de la société et du monde propose Molière ?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 998 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "► Vous commenterez l’extrait de la scène 4 de l’acte I de George Dandin" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit