NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Emmanuel KANT, De la faculté de prévoir (pra ... Bergson: société et communauté >>


Partager

Alain: Ces temps de destruction mécanique

Philosophie

Aperçu du corrigé : Alain: Ces temps de destruction mécanique



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

	Alain: Ces temps de destruction mécanique
Zoom

Quelle serait la part de vrai dans l’idée déterministe populaire ? Puisque par définition elle s’écarte rationnellement de l’idée déterministe scientifique, Alain, s’interroge sur sa fiabilité. Si l’idée scientifique est rationnelle et s’appuie sur une réalité concrète et matérielle, l’idée populaire s’en éloigne. Cette dernière se laisse influencer par des éléments peu rigoureux et irrationnels : « Seulement l'idée fataliste s'y mêle, on voit bien pourquoi, à cause des actions et des passions qui sont toujours mêlées aux événements que l'on remarque «. Les Passions des hommes sont la source même du dérangement de l’idée déterministe. Car si le scientifique s’appuie sur des théories, l’idée populaire s’appuie sur des croyances. Ainsi par peur de devoir affronter une réalité trop difficile on ajoute à la réalité d’un accident une part de superstition.



Ces temps de destruction mécanique ont offert des exemples tragiques de cette détermination par les causes sur lesquels des millions d'hommes ont réfléchi inévitablement. Un peu moins de poudre dans la charge, l'obus allait moins loin, j'étais mort. L'accident le plus ordinaire donne lieu à des remarques du même genre ; si ce passant avait trébuché, cette ardoise ne l'aurait point tué. Ainsi se forme l'idée déterministe populaire, moins rigoureuse que la scientifique, mais tout aussi raisonnable. Seulement l'idée fataliste s'y mêle, on voit bien pourquoi, à cause des actions et des passions qui sont toujours mêlées aux événements que l'on remarque. On conclut que cet homme devait mourir là, que c'était sa destinée, ramenant ainsi en scène cette opinion de sauvage que les précautions ne servent pas contre le dieu, ni contre le mauvais sort. Cette confusion est cause que les hommes peu instruits acceptent volontiers l'idée déterministe ; elle répond au fatalisme, superstition bien forte et bien naturelle comme on l'a vu. Ce sont pourtant des doctrines opposées ; l'une chasserait l'autre si l'on regardait bien. L'idée fataliste, c'est que ce qui est écrit ou prédit se réalisera quelles que soient les causes... Au lieu que, selon le déterminisme, le plus petit changement écarte de grands malheurs, ce qui fait qu'un malheur bien clairement prédit n'arriverait point. ALAIN, Elements de philosophie.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1113 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Alain: Ces temps de destruction mécanique " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit