Alain: Le doute est le sel de l'esprit.

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< KANT: Comment sortir de l'état de minorité ? ... Epictète: Théorie & Pratique >>


Partager

Alain: Le doute est le sel de l'esprit.

Philosophie

Aperçu du corrigé : Alain: Le doute est le sel de l'esprit.



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

	Alain: Le doute est le sel de l'esprit.
Zoom

Comment garantir les connaissances, progresser dans la vérité, respecter la liberté, construire un monde de justice et de paix sans un doute délibéré et réfléchi ? Telle est la question à laquelle répond le texte en établissant une définition du doute formulée en termes métaphoriques : le doute est le sel de l'esprit.

Le texte s'emploie à justifier cette définition en opposant le doute qui y correspond au doute forcé. Il établit que le doute véritable est une tâche critique, un travail d'examen. Le texte se termine sur une alternative : douter ou « dire adieu à la liberté «. Une telle alternative correspond à une épreuve par les conséquences de la définition et redouble l'argument de la nécessité du doute dans le domaine de la connaissance afin d'emporter définitivement l'assentiment du lecteur. Mais Alain définit le doute contre toute croyance et fait de l'incroyance un impératif. Or, s'il est vrai qu'il n'est pas rigoureux d'entreprendre sans s'être auparavant interrogé, comment pourrait-on entreprendre sans croire ?
 

 



« Le doute est le sel de l'esprit ; sans la pointe du doute, toutes les connaissances sont bientôt pourries. J'entends aussi bien les connaissances les mieux fondées et les plus raisonnables. Douter quand on s'aperçoit qu'on s'est trompé ou que l'on a été trompé, ce n'est pas difficile ; je voudrais même dire que cela n'avance guère ; ce doute forcé est comme une violence qui nous est faite ; aussi c'est un doute triste ; c'est un doute de faiblesse ; c'est un regret d'avoir cru, et une confiance trompée. Le vrai c'est qu'il ne faut jamais croire, et qu'il faut examiner toujours. L'incrédulité n'a pas encore donné sa mesure. Croire est agréable. C'est une ivresse dont il faut se priver. Ou alors dites adieu à liberté, à justice, à paix. Il est naturel et délicieux de croire que la République nous donnera tous ces biens ; ou, si la République ne peut , on veut croire que Coopération, Socialisme, Communisme ou quelque autre constitution nous permettra de nous fier au jugement d'autrui, enfin de dormir les yeux ouverts comme fond les bêtes. Mais non. La fonction de penser ne se délègue point. Dès que la tête humaine reprend son antique mouvement de haut en bas, pour dire oui, aussitôt les rois reviennent. » Alain, « Libres propos »


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Alain: Le doute est le sel de l'esprit.	Corrigé de 1835 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Alain: Le doute est le sel de l'esprit. " a obtenu la note de : aucune note

Alain: Le doute est le sel de l'esprit.

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit