NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< PAUL FEYERABEND : CONTRE LA METHODE (Résumé ... ALAIN FINKIELKRAUT : LA SAGESSE DE L'AMOUR ( ... >>


Partager

ALAIN FINKIELKRAUT : LA DEFAITE DE LA PENSEE (Résumé & Analyse)

Fiche de lecture

Aperçu du corrigé : ALAIN FINKIELKRAUT : LA DEFAITE DE LA PENSEE (Résumé & Analyse)



Publié le : 26/2/2006 -Format: Document en format HTML protégé

	ALAIN FINKIELKRAUT : LA DEFAITE DE LA PENSEE (Résumé & Analyse)
Zoom

La Culture se trouve à présent dépossédée de sa majuscule singulière pour subir l\'action d\'un possessif particularisant; elle est devenue ma culture, c\'est-à-dire l\'expression de la communauté à laquelle j\'appartiens. A. Finkielkraut va montrer ainsi comment cette activité spirituelle et créatrice, d\'une valeur universelle, qu\'on appelle Culture, a cédé devant le relativisme culturel qui désormais nivelle tous les modes d\'expression humaine en les valorisant pareillement. L\'abandon du caractère universel de la Culture, telle est cette « défaite de la pensée » qui s\'est effectuée en deux temps. La première bataille est livrée dans le passage de l\'Esprit des Lumières au Romantisme. Sous l\'influence de Herder puis de Fichte qui affirmèrent ne pas pouvoir faire abstraction du contexte historique et national dans lequel apparaît une oeuvre de l\'esprit, les romantiques vont faire de la culture le moyen d\'expression privilégié de leur singularité : « Sous le nom de culture, il ne s\'agit plus pour eux de faire reculer le préjugé et l\'ignorance, mais d\'exprimer dans sa singularité irréductible, l\'âme unique du peuple dont ils sont les gardiens. » Pourtant, Goethe, en 1827, confie à Eckermann qu\'il lui semble percevoir quelque chose qui transcende les conditions particulières de l\'apparition d\'un poème ou d\'un roman, ce quelque chose qui lui permet de retrouver dans le roman chinois qu\'il est en train de lire « l\'esprit » de son propre poème épique intitulé Hermann et Dorothée.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1521 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " ALAIN FINKIELKRAUT : LA DEFAITE DE LA PENSEE (Résumé & Analyse)" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit