LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Alain: l'idee deterministe Alain: Démocratie et droit de vote >>


Partager

Alain: Opinion publique et citoyenneté

Philosophie

Aperçu du corrigé : Alain: Opinion publique et citoyenneté



Publié le : 18/4/2009 -Format: Document en format HTML protégé

	Alain: Opinion publique et citoyenneté
Zoom

La problématique s'élabore à partir de la notion d'opinion publique. Celle-ci est-elle l'opinion de tous les citoyens?
 D'une majorité d'entre eux ? Quel est donc le "public" qui serait l'auteur d'une opinion générale ?
 
 Ce problème débouche, dans le dernier paragraphe, sur un autre, concernant directement la pratique du pouvoir politique.
 Qui gouverne ? Les gouvernants ou cette opinion publique dont personne n'est véritablement l'auteur ?
 
 On en vient même à se demander, avec ALAIN, si l'Etat peut être tenu pour une entité responsable. Ne risque-t-il pas toujours, au contraire de sombrer dans la folie de la "dictature d'opinion" ?
 



Chacun a pu remarquer, au sujet des opinions communes, que chacun les subit et que personne ne les forme. Un citoyen, même avisé et énergique quand il n'a à conduire que son propre destin, en vient naturellement et par une espèce de sagesse à rechercher quelle est l'opinion dominante au sujet des affaires publiques. "Car, se dit-il, comme je n'ai ni la prétention ni le pouvoir de gouverner à moi tout seul, il faut que je m'attende à être conduit ; à faire ce qu'on fera, à penser ce qu'on pensera." Remarquez que tous raisonnent de même, et de bonne foi. Chacun a bien peut-être une opinion ; mais c'est à peine s'il se la formule à lui-même ; il rougit à la seule pensée qu'il pourrait être seul de son avis. Le voilà donc qui honnêtement écoute les orateurs, lit les journaux, enfin se met à la recherche de cet être fantastique que l'on appelle l'opinion publique. "La question n'est pas de savoir si je veux ou non faire la guerre." Il interroge donc le pays. Et tous les citoyens interrogent le pays au lieu de s'interroger eux-mêmes. Les gouvernants font de même, et tout aussi naïvement. Car, sentant qu'ils ne peuvent rien tout seuls, ils veulent savoir où ce grand corps va les mener. Et il est vrai que ce grand corps regarde à son tour vers le gouvernement, afin de savoir ce qu'il faut penser et vouloir. Par ce jeu, il n'est point de folle conception qui ne puisse quelque jour s'imposer à tous, sans que personne pourtant l'ait jamais formée de lui-même et par libre réflexion. Bref, les pensées mènent tout, et personne ne pense. D'où il résulte qu'un État formé d'hommes raisonnables peut penser et agir comme un fou. Et ce mal vient originairement de ce que personne n'ose former son opinion par lui-même ni la maintenir énergiquement, en lui d'abord, et devant les autres aussi. Alain

Dès le début de ce texte, Alain annonce clairement qu'il écrit ces quelques lignes pour attirer notre attention « au sujet des opinions communes «. Le sens de cette formule est en effet plus problématique qu'on pourrait le croire. Dans son usage le plus courant, elle désigne le système des opinions qui circulent dans la société. Mais si l'on interroge l'adjectif « communes «, on comprend qu'il peut tout autant être entendu en un sens objectif et en un sens subjectif. Autrement dit , la société est à la fois le sujet et l'objet de ces opinions qui circulent en son sein. Les « opinions communes «, ce serait ainsi les opinions que la société forme et entretient elle-même, en elle-même, et sur elle-même ...
 A mesure qu'il progresse, le texte expose l'aspect effectivement problématique de ce que cette formule signifie, le caractère énigmatique de la réalité qu'elle désigne, et, ce faisant, il contribue à en proposer une détermination plus précise.



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1203 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Alain: Opinion publique et citoyenneté " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit