Alain: Perception et Anticipation

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Alain: les travaux et les oeuvres Alain: La route en lacets. >>


Partager

Alain: Perception et Anticipation

Philosophie

Aperçu du corrigé : Alain: Perception et Anticipation



Publié le : 12/4/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Alain: Perception et Anticipation
Zoom

Ce texte, contrairement à ce qu'une première impression pourrait laisser penser, ne pose pas de difficulté majeure. L'enjeu principal du commentaire sera de bien distinguer tous les termes qu'il met en œuvre : “ perception, sensation, anticipation, connaissance, mouvement ”. Nous pourrons ainsi comprendre le processus de perception décrit par Alain.



La perception est exactement une anticipation de nos mouvements et de leurs effets. Et sans doute la fin est toujours d'obtenir ou d'écarter quelque sensation, comme si je veux cueillir un fruit ou éviter le choc d'une pierre. Bien percevoir, c'est connaître d'avance quel mouvement j'aurai à faire pour arriver à ces fins. Celui qui perçoit bien sait d'avance ce qu'il a à faire. Le chasseur perçoit bien s'il sait retrouver ses chiens qu'il entend, il perçoit bien s'il sait atteindre la perdrix qui s'envole. L'enfant perçoit mal lorsqu'il veut saisir la lune entre ses mains et ainsi du reste. Donc ce qu'il y a de vrai ou de douteux, ou de faux dans la perception, c'est cette évaluation, si sensible surtout à la vue dans la perspective et le relief, mais sensible aussi pour l'ouïe et l'odorat, et même sans doute pour un toucher exercé, quand les mains d'un aveugle palpent. Quant à la sensation elle-même, elle n'est ni douteuse, ni fausse ni par conséquent vraie ; elle est actuelle1 toujours dès qu'on l'a. Ainsi ce qui est faux dans la perception d'un fantôme, ce n'est point ce que nos yeux nous font éprouver, lueur fugitive ou tache colorée, mais bien notre anticipation. Voir un fantôme c'est supposer, d'après les impressions visuelles, qu'en allongeant la main on toucherait quelque être animé (...). Mais pour ce que j'éprouve actuellement, sans aucun doute je l'éprouve ; il n'y a point de science de cela puisqu'il n'y a point d'erreur de cela. Toute étude de ce que je ressens consiste toujours à savoir ce que cela signifie et comment cela varie avec mes mouvements. Alain

*De façon classique, Alain commence par énoncer sa thèse (“ La perception est exactement...le choc d'une pierre ”) : la perception est par nature anticipation du mouvement ; elle répond à une fin.


 *Dans un deuxième temps (“ Bien percevoir...et ainsi du reste ”), l'auteur explique ce qu'est bien percevoir. Alain n'y définit donc pas la nature de la perception, mais plus précisément détermine ce qu'est la vraie perception. Il finit par conclure (“ Donc ce qu'il y a...aveugle palpent ”) que la vérité ou la fausseté d'une perception découlent de cette anticipation qui l'accompagne.


 *Dans un troisième temps (“ Quant à la sensation... être animé ”), l'auteur fait voir que la sensation, considérée en elle-même, ne contient ni vérité ni fausseté. Il détermine ainsi le rôle de la sensation dans la perception.


 *Enfin, l'auteur conclut en deux phrases (“ Mais pour ...mes mouvements ”).
 



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Alain: Perception et Anticipation	Corrigé de 2406 mots (soit 4 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Alain: Perception et Anticipation " a obtenu la note de : aucune note

Alain: Perception et Anticipation

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit