NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< COLLETTE: Les vrilles de la vigne Intervention de Henri MICHAUX, Mes Propriétés >>


Partager

Allégorie de Paul VERLAINE, Parallèlement

Littérature

Aperçu du corrigé : Allégorie de Paul VERLAINE, Parallèlement



Publié le : 22/5/2010 -Format: Document en format HTML protégé

Allégorie de Paul VERLAINE, Parallèlement
Zoom

S'inspirant surtout de Watteau, Verlaine transposait, dans Les Fêtes Galantes, l'atmosphère de rêve tiède, de vie retirée, propre à ces scènes de mythologie galante, de théâtre ou de mascarade. Dans Allégorie, rien de tout cela. D'emblée, le poète installe au premier plan la réalité d'une « tapisserie usée et surannée « dont la matière, le canevas sur lequel un « ouvrier morose « et sans génie recopia jadis quelque carton dessiné, révèle la vétusté. Corrodée par les ans, elle apparaît tout de suite comme la toile fanée d' « un décor d'opéra « : nul charme susceptible d'entraîner loin du monde, celui qui la regarde. Elle porte en ses couleurs ternies, les marques du temps qui passe : le temple a pâli, revêtant un aspect terne. A l'origine, les rayons du soleil inondaient le sommet du mont, à la manière d'un Claude Gelée ou d'un Turner.



Un très vieux temple antique s'écroulant
Sur le sommet indécis d'un mont jaune,
Ainsi qu'un roi déchu pleurant son trône,
Se mire, pâle, au tain d'un fleuve lent.
Grâce endormie et regard somnolent,
Une naïade âgée, auprès d'un aulne,
Avec un brin de saule agace un faune
Qui lui sourit, bucolique et galant.
Sujet naïf et fade qui m'attristes,
Dis, quel poète entre tous les artistes,
Quel ouvrier morose t'opéra,
Tapisserie usée et surannée,
Banale comme un décor d'opéra,
Factice, hélas ! comme ma destinée?


Paul VERLAINE (1844-1896), Parallèlement, 1889.


Vous ferez de ce poème un commentaire composé. Vous pourrez, par exemple, étudier comment le détour par l'allégorie permet au poète d'exprimer ses sentiments.
Parallèlement, dernier recueil important écrit par Verlaine, regroupe des pièces bien différentes, tant par la date de leur rédaction que par l'origine de leur inspiration. Postulant à la fois vers l'érotisme — tonalité dominante — et vers le rêve, l'ailleurs, ce livre témoigne de l'intime division de son auteur et de son impuissance à unifier des mouvements divers.
Allégorie, qui remonte en fait à 1867, est une « fête galante « à l'antique d'un genre particulier : Verlaine n'y feint plus d'épouser le libertinage nonchalant et détaché des peintures du XVIIIe siècle. Dissipée la buée scintillante du songe. Son oeil se dessille, la toile se décolore, et le poète, traduisant ses conflits intérieurs, porte sur son univers poétique passé et sur lui-même un regard décapant qui, peut-être, ne résout rien...



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1480 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Allégorie de Paul VERLAINE, Parallèlement" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit