LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Etre libre est-ce se décider sans motif ? La formation des habitudes est-elle, pour no ... >>


Partager

Apprécier ce jugement de Rousseau : « Un raisonneur a beau me prouver que je ne suis pas libre, le sentiment intérieur, plus fort que tous ses arguments, les dément sans cesse. » ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Apprécier ce jugement de Rousseau : « Un raisonneur a beau me prouver que je ne suis pas libre, le sentiment intérieur, plus fort que tous ses arguments, les dément sans cesse. » ?



Publié le : 14/6/2009 -Format: Document en format HTML protégé

	Apprécier ce jugement de Rousseau : « Un raisonneur a beau me prouver que je ne suis pas libre, le sentiment intérieur, plus fort que tous ses arguments, les dément sans cesse. »	?
Zoom

Introduction. — Le romantisme commence avec Rousseau. A la raison, qui régnait en souveraine au siècle précédent et dont les encyclopédistes professaient le culte, se substitue déjà le sentiment. C'est lui qui empêche l'auteur de l' « Émile « de mettre en doute la liberté humaine, incompatible avec le matérialisme de maint « philosophe « de son temps : « Un raisonneur a beau me prouver que je ne suis pas libre, écrit-il, le sentiment intérieur, plus fort que tous les arguments, les dément sans cesse. «
Que faut-il penser de cette attitude ?

I. — L'ATTITUDE DE ROUSSEAU

A. Immédiatement et avant toute réflexion critique, Rousseau ne doute pas de sa liberté, c'est-à-dire de son pouvoir de se déterminer lui-même. Il partage en cela la croyance commune : tout homme, en effet, et même le philosophe déterministe dans sa vie pratique, se reproche et reproche aux autres les actes qu'il juge contraires à la règle morale ; or, ces reproches supposent nécessairement que ceux à qui ils s'adressent ont agi librement et qu'ils auraient pu se conformer à la règle.

B. Mais, à la réflexion, la thèse de la liberté suscite une certaine gêne, surtout dans un esprit soucieux de rationalité.
Tout d'abord, la raison de l'acte libre semble bien, à première vue, n'être autre que le vouloir lui-même. Or, le « je veux parce que je veux « ne se ramène-t-il pas à la reconnaissance du caractère irrationnel de la décision qu'on attribue à la liberté ? Dès lors, comment admettre que le vouloir propre à l'être doué de raison puisse être indépendant des motifs rationnels d'agir ?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1158 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Apprécier ce jugement de Rousseau : « Un raisonneur a beau me prouver que je ne suis pas libre, le sentiment intérieur, plus fort que tous ses arguments, les dément sans cesse. » ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit