LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Un personnage du roman de Roger lkor, Les pou ... Théâtre, roman, poésie : lequel de ces trois ... >>


Partager

Arabes campés sur la place; feux qui s'allument ; fumées presque invisibles dans le soir. — Caravanes ! Caravanes venues le soir ; caravanes parties le matin ; caravanes horriblement lasses, ivres de mirages, et maintenant désespérées ! Caravanes ! que ne puis-je partir avec vous, caravanes ! Il y en avait qui partaient vers l'Orient, chercher le santal et les perles, les gâteaux au miel de Bagdad, les ivoires, les broderies. Il y en avait qui partaient vers le Sud chercher l'ambre et le musc, la poudre d'or et les plumes d'autruches. Il y en avait vers l'Occident, qui partaient le soir, et qui se perdaient dans l'éblouissement dernier du soleil. J'ai vu revenir les caravanes harassées; les chameaux s'agenouillaient sur les places ; on déchargeait enfin leur fardeau. C'était des ballots en toile épaisse et on ne savait pas ce qu'il pouvait y avoir dedans. D'autres chameaux portaient des femmes, cachées dans une sorte de palanquin. D'autres portaient le matériel des tentes et on déployait cela pour le soir. — 0 fatigues splendides, immenses, dans l'incommensurable désert ! — Des feux s'allument sur les places pour le repos du soir. • André GIDE, Les nourritures terrestres, Gallimard. Vous montrerez, sous forme de commentaire composé, comment l'auteur a su faire de ce texte une véritable invitation au voyage.

Echange

Aperçu du corrigé : Arabes campés sur la place; feux qui s'allument ; fumées presque invisibles dans le soir. — Caravanes ! Caravanes venues le soir ; caravanes parties le matin ; caravanes horriblement lasses, ivres de mirages, et maintenant désespérées ! Caravanes ! que ne puis-je partir avec vous, caravanes ! Il y en avait qui partaient vers l'Orient, chercher le santal et les perles, les gâteaux au miel de Bagdad, les ivoires, les broderies. Il y en avait qui partaient vers le Sud chercher l'ambre et le musc, la poudre d'or et les plumes d'autruches. Il y en avait vers l'Occident, qui partaient le soir, et qui se perdaient dans l'éblouissement dernier du soleil. J'ai vu revenir les caravanes harassées; les chameaux s'agenouillaient sur les places ; on déchargeait enfin leur fardeau. C'était des ballots en toile épaisse et on ne savait pas ce qu'il pouvait y avoir dedans. D'autres chameaux portaient des femmes, cachées dans une sorte de palanquin. D'autres portaient le matériel des tentes et on déployait cela pour le soir. — 0 fatigues splendides, immenses, dans l'incommensurable désert ! — Des feux s'allument sur les places pour le repos du soir. • André GIDE, Les nourritures terrestres, Gallimard. Vous montrerez, sous forme de commentaire composé, comment l'auteur a su faire de ce texte une véritable invitation au voyage.



Document transmis par : anouar46512


Publié le : 1/2/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Arabes campés sur la place; feux qui s'allument ; fumées presque invisibles dans le soir.
— Caravanes ! Caravanes venues le soir ; caravanes parties le matin ; caravanes horriblement lasses, ivres de mirages, et maintenant désespérées ! Caravanes ! que ne puis-je partir avec vous, caravanes !
Il y en avait qui partaient vers l'Orient, chercher le santal et les perles, les gâteaux au miel de Bagdad, les ivoires, les broderies.
Il y en avait qui partaient vers le Sud chercher l'ambre et le musc, la poudre d'or et les plumes d'autruches.
Il y en avait vers l'Occident, qui partaient le soir, et qui se perdaient dans l'éblouissement dernier du soleil.
J'ai vu revenir les caravanes harassées; les chameaux s'agenouillaient sur les places ; on déchargeait enfin leur fardeau. C'était des ballots en toile épaisse et on ne savait pas ce qu'il pouvait y avoir dedans. D'autres chameaux portaient des femmes, cachées dans une sorte de palanquin. D'autres portaient le matériel des tentes et on déployait cela pour le soir. — 0 fatigues splendides, immenses, dans l'incommensurable désert ! — Des feux s'allument sur les places pour le repos du soir.
• André GIDE, Les nourritures terrestres, Gallimard.
Vous montrerez, sous forme de commentaire composé, comment l'auteur a su faire de ce texte une véritable invitation au voyage.
Zoom




Ce passage de Gide est une véritable prose poétique : le candidat au cours d'une lecture attentive doit apprécier les éléments exotiques, la magie suggestive attachée à certains mots (caravane, santal, ambre, musc...) et le mouvement du texte dont les phrases successives, qui s'étendent comme les horizons lointains, sont coupées d'exclamations personnelles et lyriques.
Il découvrira peu à peu l'état d'âme qui anime l'auteur; désir d'évasion et de voyage; espoir de beautés et de richesses inconnues, nuancés d'inquiétudes et de tristesses...




Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Corrigé : Corrigé de 294 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Arabes campés sur la place; feux qui s'allument ; fumées presque invisibles dans le soir. — Caravanes ! Caravanes venues le soir ; caravanes parties le matin ; caravanes horriblement lasses, ivres de mirages, et maintenant désespérées ! Caravanes ! que ne puis-je partir avec vous, caravanes ! Il y en avait qui partaient vers l'Orient, chercher le santal et les perles, les gâteaux au miel de Bagdad, les ivoires, les broderies. Il y en avait qui partaient vers le Sud chercher l'ambre et le musc, la poudre d'or et les plumes d'autruches. Il y en avait vers l'Occident, qui partaient le soir, et qui se perdaient dans l'éblouissement dernier du soleil. J'ai vu revenir les caravanes harassées; les chameaux s'agenouillaient sur les places ; on déchargeait enfin leur fardeau. C'était des ballots en toile épaisse et on ne savait pas ce qu'il pouvait y avoir dedans. D'autres chameaux portaient des femmes, cachées dans une sorte de palanquin. D'autres portaient le matériel des tentes et on déployait cela pour le soir. — 0 fatigues splendides, immenses, dans l'incommensurable désert ! — Des feux s'allument sur les places pour le repos du soir. • André GIDE, Les nourritures terrestres, Gallimard. Vous montrerez, sous forme de commentaire composé, comment l'auteur a su faire de ce texte une véritable invitation au voyage." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit