Aragon : L'amour qui n'est pas un mot (commentaire)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Sous quelles conditions penser c'est dire non ... La foi doit-elle primer la raison ? >>


Partager

Aragon : L'amour qui n'est pas un mot (commentaire)

Littérature

Aperçu du corrigé : Aragon : L'amour qui n'est pas un mot (commentaire)



document rémunéré

Document transmis par : fortune16068


Publié le : 8/9/2006 -Format: Document en format FLASH protégé

Aragon : L'amour qui n'est pas un mot (commentaire)
Zoom

La première strophe se caractérise par l'effacement de la première personne et l'absence de la seconde. Certes, un indice de la première personne se retrouve dans le premier mot du poème, mais sous la forme d'une prière (« Mon Dieu «), formule toute faite qui ne renvoie explicitement ni à Dieu, ni à un « moi « qui s'adresserait à lui. Il s'agit plutôt d'une plainte, d'un soupir à l'idée de constater « jusqu'au dernier moment « (v. 2) la faiblesse extrême du moi : l'expression « ce coeur débile et blême « (v. 3) le montre, par le sens des adjectifs, mais aussi par l'emploi du démonstratif « ce «, qui s'oppose à « mon «, soulignant ainsi quelle difficulté éprouve ce coeur à s'appartenir ou même à s'identifier. 



Mon Dieu jusqu'au dernier moment
 Avec ce coeur débile et blême
 Quand on est l'ombre de soi-même
 Comment se pourrait-il comment
 Comment se pourrait-il qu'on aime
 Ou comment nommer ce tourment
 
 Suffit-il donc que tu paraisses
 De l'air que te fait rattachant
 Tes cheveux ce geste touchant
 Que je renaisse et reconnaisse
 Un monde habité par le chant
 Elsa mon amour ma jeunesse
 
 O forte et douce comme un vin
 Pareille au soleil des fenêtres
 Tu me rends la caresse d'être
 Tu me rends la soif et la faim
 De vivre encore et de connaître
 Notre histoire jusqu'à la fin
 
 C'est miracle que d'être ensemble
 Que la lumière sur ta joue
 Qu'autour de toi le vent se joue
 Toujours si je te vois je tremble
 Comme à son premier rendez-vous
 Un jeune homme qui me ressemble
 
 M'habituer m'habituer
 Si je ne le puis qu'on m'en blâme
 Peut-on s'habituer aux flammes
 Elles vous ont avant tué
 Ah crevez-moi les yeux de l'âme
 S'ils s'habituaient aux nuées
 
 Pour la première fois ta bouche
 Pour la première fois ta voix
 D'une aile à la cime des bois
 L'arbre frémit jusqu'à la souche
 C'est toujours la première fois
 Quand ta robe en passant me touche
 
 Prends ce fruit lourd et palpitant
 Jettes-en la moitié véreuse
 Tu peux mordre la part heureuse
 Trente ans perdus et puis trente ans
 Au moins que ta morsure creuse
 C'est ma vie et je te la tends
 
 Ma vie en vérité commence
 Le jour que je t'ai rencontrée
 Toi dont les bras ont su barrer
 Sa route atroce à ma démence
 Et qui m'as montré la contrée
 Que la bonté seule ensemence
 
 Tu vins au coeur du désarroi
 Pour chasser les mauvaises fièvres
 Et j'ai flambé comme un genièvre
 A la Noël entre tes doigts
 Je suis né vraiment de ta lèvre
 Ma vie est à partir de toi
 Aragon -




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Aragon : L'amour qui n'est pas un mot (commentaire) Corrigé de 2037 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Aragon : L'amour qui n'est pas un mot (commentaire)" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Aragon : L'amour qui n'est pas un mot (commentaire)

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit