Arendt: travail et culture

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< ALAIn: L'art de l'artiste et le métier d'art ... DESCARTES, Principes de la philosophie >>


Partager

Arendt: travail et culture

Philosophie

Aperçu du corrigé : Arendt: travail et culture



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé - Ecoutez ce PODCAST:Ecoutez ce PODCAST

	Arendt: travail et culture
Zoom

Dans ce texte Hannah Arendt met tout d’abord en évidence la corrélation et l’opposition entre les deux sortes de produits purement et proprement humains, la création en vue d’une utilité courante et la création artistique.

A ses yeux, le seul point commun réel qui existe entre eux serait l’origine de sa fabrication, l’homme. L’objet d’usage courant a été créé en vue d’une fin précise, à savoir satisfaire le besoin pour lequel il a été créé et donc sitôt qu’il a accompli son unique but, il se détruit par la même occasion, ou du moins il perd tout intérêt selon Arendt.

 



"Parmi les choses qu'on ne rencontre pas dans la nature, mais seulement dans le monde fabriqué par l'homme, on distingue entre objets d'usage et oeuvres d'art ; tous deux possèdent une certaine permanence qui va de la durée ordinaire à une immortalité potentielle dans le cas de l'oeuvre d'art. En tant que tels, ils se distinguent d'une part des produits de consommation, dont la durée au monde excède à peine le temps nécessaire à les préparer, et d'autre part, des produits de l'action, comme les événements, les actes et les mots, tous en eux-mêmes si transitoires qu'ils survivraient à peine à l'heure ou au jour où ils apparaissent au monde, s'ils n'étaient conservés d'abord par la mémoire de l'homme, qui les tisse en récits, et puis par ses facultés de fabrication. Du point de vue de la durée pure, les oeuvres d'art sont clairement supérieures à toutes les autres choses ; comme elles durent plus longtemps au monde que n'importe quoi d'autre, elles sont les plus mondaines des choses. Davantage, elles sont les seules choses à n'avoir aucune fonction dans le processus vital de la société ; à proprement parler, elles ne sont pas fabriquées pour les hommes, mais pour le monde, qui est destiné à survivre à la vie limitée des mortels, au va-et-vient des générations. Non seulement elles ne sont pas consommées comme des biens de consommations, ni usées comme des objets d'usage : mais elles sont délibérément écartées des procès de consommation et d'utilisation, et isolées loin de la sphère des nécessités de la vie humaine" Hannah ARENDT, La crise de la culture.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Arendt: travail et culture	Corrigé de 1628 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Arendt: travail et culture " a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Arendt: travail et culture

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit