NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Aristote: l'étonnement comme source de la ph ... Aristote: Le choix et le souhait >>


Partager

Aristote: étonnement et philosophie

Philosophie

Aperçu du corrigé : Aristote: étonnement et philosophie



Publié le : 13/4/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Aristote: étonnement et philosophie
Zoom

Réagir

• Bien cerner les implications de l'« étonnement «.
• Préciser la relation entre mythe et philosophie.
• Que peut signifier que la philosophie « est sa propre fin « ?
• L'autonomie de la philosophie est-elle historiquement permanente ?

INTRODUCTION

• Platon l'affirmait déjà, Aristote le répète : la philosophie est « fille de l'étonnement «. Mais cette origine suffit-elle pour en définir les caractères ? Pour Aristote, il semble que oui. Ce qui est advenu de la philosophie à travers son histoire le confirme-t-il ?

 



Ce fut l'étonnement qui poussa, comme aujourd'hui, les premiers penseurs aux spéculations philosophiques. Au début, ce furent les difficultés les plus apparentes qui les frappèrent, puis, s'avançant ainsi peu à peu, ils cherchèrent à résoudre des problèmes plus importants, tels que les phénomènes de la Lune, ceux du Soleil et des étoiles, enfin la genèse de l'Univers. Apercevoir une difficulté et s'étonner, c'est reconnaître sa propre ignorance (et c'est pourquoi aimer les mythes est, en quelque manière se montrer philosophe, car le mythe est composé de merveilleux). Ainsi donc, si ce fut pour échapper à l'ignorance que les premiers philosophes se livrèrent à la philosophie, il est clair qu'ils poursuivaient la science en vue de connaître et non pour une fin utilitaire. Ce qui s'est passé en réalité en fournit la preuve: presque tous les arts qui s'appliquent aux nécessités, et ceux qui s'intéressent au bien-être et à l'agrément de la vie, étaient déjà connus, quand on commença à rechercher une discipline de ce genre. Il est donc évident que nous n'avons en vue, dans la philosophie, aucun intérêt étranger. Mais, de même que nous appelons homme libre celui qui est à lui-même sa fin et n'est pas la fin d'autrui, ainsi cette science est aussi la seule de toutes les sciences qui soit libre, car elle seule est sa propre fin. Aristote


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1133 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Aristote: étonnement et philosophie " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit