NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Aristote et l'étude des animaux Aristote: Science et universel >>


Partager

Aristote: La loi, le juste et l'équitable

Philosophie

Aperçu du corrigé : Aristote: La loi, le juste et l'équitable



Publié le : 15/4/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Aristote: La loi, le juste et l'équitable
Zoom

1) Un problème : n'y a-t-il pas contradiction à distinguer entre "le juste" (c'est-à-dire ce qui est simplement conforme à la loi, ce qui est légal) et "l'équitable" (ce qui est juste sans être rigoureusement conforme à la loi) ?
 
 2) Solution : l'équité ne s'oppose pas à la justice légale, mais la parachève car elle en est le correctif.
 
 3) Explication : la loi étant par définition générale, elle ne peut prévoir tous les cas particuliers ; il est donc nécessaire que la loi soit précisée ou corrigée en fonction des cas particuliers : l'équité est une application de la justice légale qui tient compte de la particularité de chacun.



Il y a identité du juste et de l'équitable, et tous deux sont bons, bien que l'équitable soit le meilleur des deux. Ce qui fait la difficulté, c'est que l'équitable, tout en étant juste, n'est pas le juste selon la loi, mais un correctif de la justice légale. La raison en est que la loi est toujours quelque chose de général, et qu'il y a des cas d'espèces pour lesquels il n'est pas possible de poser un énoncé général qui s'y applique avec rectitude. Dans les matières, donc, où on doit nécessairement se borner à des généralités et où il est impossible de le faire correctement, la loi ne prend en considération que les cas les plus fréquents, sans ignorer d'ailleurs les erreurs que cela peut entraîner. La loi n'en est pas moins sans reproche, car la faute n'est pas à la loi, ni au législateur, mais tient à la nature des choses, puisque par leur essence même la matière des choses de l'ordre pratique revêt ce caractère d'irrégularité. Quand, par suite, la loi pose une règle générale, et que là-dessus survient un cas en dehors de la règle générale, on est alors en droit, là où le législateur a omis de prévoir le cas et a péché par excès de simplification, de corriger l'omission et de se faire l'interprète de ce qu'eût dit le législateur lui-même s'il avait été présent à ce moment, et de ce qu'il aurait porté dans sa loi s'il avait connu le cas en question. De là vient que l'équitable est juste, et qu'il est supérieur à une certaine espèce de juste, non pas supérieur au juste absolu, mais seulement au juste où peut se rencontrer l'erreur due au caractère absolu de la règle. Telle est la nature de l'équitable : c'est d'être un correctif de la loi, là où la loi a manqué de statuer à cause de sa généralité. Aristote


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1948 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Aristote: La loi, le juste et l'équitable " a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit