Aristote: Le mythe du Protagoras

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Aristote: lois et justice Aristote et la généralité de la loi >>


Partager

Aristote: Le mythe du Protagoras

Philosophie

Aperçu du corrigé : Aristote: Le mythe du Protagoras



Publié le : 13/4/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Aristote: Le mythe du Protagoras
Zoom

• Tant pis si Epiméthée, dieu imprévoyant, étourdi, n'a rien distribué à l'homme pour survivre, alors qu'il donnait griffe, serre, corne aux différents animaux. Son frère Prométhée sauva la situation : il donna aux hommes le feu, c'est-à-dire les techniques. Et puisque l'homme était le plus intelligent de tous les vivants, il sut admirablement user de cet organe prodigieux : la main.
• Organon signifie outil en grec. La main est le premier outil de l'homme grâce auquel il en fabriqua de multiples, grâce auquel il survécut et devint maître de la nature.
• Cette prolifération de techniques qui permit à l'homme d'évoluer, n'a-t-elle pas une contrepartie ?

  • Le texte, au début du second paragraphe, fait allusion au récit mythologique de la naissance de l'espèce humaine, sous les auspices de Prométhée. Cette légende grecque est reprise par Platon (428-348 av. J.-C.) dans un de ses dialogues (Protagoras) et attribuée, par celui-ci, au sophiste Protagoras. Aristote conteste ici le bien-fondé de ce mythe qui attribue une origine non naturelle à l'intelligence technicienne de l'homme.


Ce n'est pas parce qu'il a des mains que l'homme est le plus intelligent des êtres, mais c'est parce qu'il est le plus intelligent qu'il a des mains. En effet, l'être le plus intelligent est celui qui est capable de bien utiliser le plus grand nombre d'outils : or, la main semble bien être non pas un outil, mais plusieurs. Car elle est pour ainsi dire un outil qui tient lieu des autres. C'est donc à l'être capable d'acquérir le plus grand nombre de techniques que la nature a donné l'outil de loin le plus utile, la main. Aussi, ceux qui disent que l'homme n'est pas bien constitué et qu'il est le moins bien partagé des animaux (parce que, dit-on, il est sans chaussures, il est nu et n'a pas d'armes pour combattre), sont dans l'erreur. Car les autres animaux n'ont chacun qu'un seul moyen de défense et il ne leur est pas possible de le changer pour un autre, mais ils sont forcés, pour ainsi dire, de garder leurs chaussures pour dormir et pour faire n'importe quoi d'autre, et ne doivent jamais déposer l'armure qu'ils ont autour de leur corps ni changer l'arme qu'ils ont reçue en partage. L'homme, au contraire, possède de nombreux moyens de défense, et il lui est toujours loisible d'en changer et même d'avoir l'arme qu'il veut et quand il le veut. Car la main devient griffe, serre, corne, ou lance ou épée ou toute autre arme ou outil. Elle peut être tout cela, parce qu'elle est capable de tout saisir et de tout tenir. Aristote


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Aristote: Le mythe du Protagoras	Corrigé de 2228 mots (soit 4 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Aristote: Le mythe du Protagoras " a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Aristote: Le mythe du Protagoras

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit