NoCopy.net

Aristote: Pourquoi philosophe-t-on ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Germain NOUVEAU, Valentines, « Dernier madri ... Platon: La philosophie est-elle libératrice ... >>


Partager

Aristote: Pourquoi philosophe-t-on ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Aristote: Pourquoi philosophe-t-on ?



Publié le : 8/3/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Aristote: Pourquoi philosophe-t-on ?
Zoom

Pourquoi philosophe-t-on ? Aristote suggère ici une réponse ultérieurement reconnue comme pertinente: le questionnement philosophique est déterminé par un étonnement. Platon l'avait déjà dit : « cet état, qui consiste à s'émerveiller, est tout à fait d'un philosophe; la philosophie en effet ne débute pas autrement« (Théétète, 155d), et c'est en fait Socrate qui a montré la fécondité de cet étonnement.
 
 
Mais de quoi s'étonner ? La réponse est simple: de n'importe quoi, et donc de tout. On s'étonne de l'acception d'un mot, d'un désaccord sur une conduite, de la marche des étoiles, de la présence d'une chose, d'un événement. Au-delà de ces exemples, l'étonnement concerne l'ensemble de ce qui peut exister, c'est-à-dire le tout (la totalité); il ouvre alors sur la métaphysique, qui désigne étymologiquement ce qui est au-delà (meta) des choses physiques (ta phusika) ou de la nature, en même temps que ce dont l'étude peut être entreprise après (autre sens de meta) celle des choses physiques.
 L'étonnement débouche ainsi sur des questions concernant le principe ultime de ce qui est, ou sur ce qui en fonde la nécessité; c'est ce que Leibniz formule de la façon suivante : « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? «
 



C'est, en effet, l'étonnement qui poussa, comme aujourd'hui, les premiers penseurs aux spéculations philosophiques. Au début, leur étonnement porta sur les difficultés qui se présentaient les premières à l'esprit ; puis, s'avançant ainsi peu à peu, ils étendirent leur exploration à des problèmes plus importants, tels que les phénomènes de la Lune, ceux du Soleil et des Étoiles, enfin la genèse de l'Univers. Or, apercevoir une difficulté et s'étonner, c'est reconnaître sa propre ignorance [...]. Ainsi donc, si ce fut bien pour échapper à l'ignorance que les premiers philosophes se livrèrent à la philosophie, c'est qu'évidemment ils poursuivaient le savoir en vue de la seule connaissance et non pour une fin utilitaire. Et ce qui s'est passé en réalité en fournit la preuve : presque toutes les nécessités de la vie, et les choses qui intéressent son bien-être et son agrément avaient reçu satisfaction, quand on commença à rechercher une discipline de ce genre.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Aristote: Pourquoi philosophe-t-on ?	Corrigé de 1797 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Aristote: Pourquoi philosophe-t-on ? " a obtenu la note de : aucune note

Aristote: Pourquoi philosophe-t-on ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit