NoCopy.net

Aristote et les premiers principes

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La réminiscence Platonicienne Arthur SCHOPENHAUER , Aphorismes sur la sage ... >>


Partager

Aristote et les premiers principes

Philosophie

Aperçu du corrigé : Aristote et les premiers principes



Publié le : 13/5/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Aristote et les premiers principes
Zoom

Cette science doit être celle qui s'occupe des premiers principes et des causes, puisque le bien et le but final sont réellement une des causes qui produisent les choses. En second lieu, cette science n'a pas un objet directement pratique . C'est là ce qu'atteste évidemment l'exemple des plus anciens philosophes. A l'origine comme aujourd'hui, c'est l'étonnement et l'admiration qui conduisirent les hommes à la philosophie. Entre les phénomènes qu'ils ne pouvaient comprendre, leur attention, frappée de surprise, s'arrêta d'abord à ceux qui étaient le plus à leur portée; et, s'avançant pas à pas dans cette voie, ils dirigèrent leurs doutes et leur examen sur des phenomenes de plus en plus considérables. C'est ainsi qu'ils s'occupèrent des phases de la lune, du mouvement du soleil et des astres, et même de la formation de l'univers. Mais se poser des questions et s'étonner des phénomènes, c'est dèjà savoir qu'on les ignore;; et voilà comment c'est être encore ami de la sagesse, c'est être philosophe que d'aimer les fables qui cherchent à expliquer les choses, puisque la fable ou le mythe, ne se compose que d'élèments merveilleux et surprenants. Si donc, c'est pour dissiper leur ignorance que les hommes ont cherché à philosopher, il est évident qu'ils ne cultivèrent cette science si ardemment que pour savoir les choses, et non pour en tirer le moindre profit matériel. Ce qui s'est passé alors démontre bien ce désintéressement. Tous les besoins, ou peu s'en faut, étaient déjà datisfaits, en ce qui concerne la commodité de la vie et même son agrément, quand survint la pensée de ce genre d'investigations. Ainsi, il est bien clair que la philosophie n'est recherchée pour aucune utilité étrangère; mais, de même que nous appelons libre l'homme qui ne travaille que pour lui, et non pour un autre, de même cette science est, entre toutes, la seule qui soit vraiment libre, puisqu'elle est la seule qui n'ait absolument d'autre objet qu'elle même. Aristote


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Aristote et les premiers principes	Corrigé de 376 mots (soit 1 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Aristote et les premiers principes " a obtenu la note de : aucune note

Aristote et les premiers principes

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit