NoCopy.net

Aristote: Tous les hommes desirent naturellement savoir

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Aristote : choix et volonté Aristote: Justice et amitié >>


Partager

Aristote: Tous les hommes desirent naturellement savoir

Philosophie

Aperçu du corrigé : Aristote: Tous les hommes desirent naturellement savoir



Publié le : 19/10/2009 -Format: Document en format FLASH protégé

	Aristote: Tous les hommes desirent naturellement savoir
Zoom

Ce texte inaugural de la Métaphysique est l’un des plus connus et des plus difficile du corpus aristotélicien. Au cours de ce texte, Aristote nous propose en quelque sorte de définir les prémisses de son épistémologie ou plus exactement, nous rappelle les points importants qu’il a déjà développé dans la Physique ainsi que dans les Seconds analytiques. Ainsi, l’épistémologie du Stagirite se confond sur la fécondité cognitive et gnoséologique de la sensation ce qui marque une rupture radicale avec Platon (1ère partie : du début du texte à « La cause en est que la vue est, de tous nos sens, celui qui nous fait acquérir le plus de connaissances et nous découvre une foule de différences «). Puisque la sensation est commune aux hommes et aux autres animaux il convient alors de comprendre pourquoi les animaux ne possèdent autant de connaissances que l’homme ce qui permettra à Aristote de mettre en exergue la spécificité de la condition humaine et la valeur primordiale de la mémoire (2nd partie : de «Par nature, les animaux sont doués de sensation « à « tandis que le genre humain s'élève jusqu'à l'art et aux raisonnements «), définissant ainsi l’art à l’aune de cette notion d’expérience ; l’art au sens de technè (technique) (3ème partie : de «C'est de la mémoire que provient l'expérience pour les hommes « à la fin ) produisant une véritable théorie de la connaissance reposant sur le fait qu’il y a de science que du général et non du particulier. C’est suivant ces trois moments logiques que nous entendons rendre compte du texte.



Tous les hommes désirent naturellement savoir ; ce qui le montre, c'est le plaisir causé par les sensations, car, en dehors même de leur utilité, elles nous plaisent par elles-mêmes, et, plus que toutes les autres, les sensations visuelles. En effet, non seulement pour agir, mais même lorsque nous ne nous proposons aucune action, nous préférons, pour ainsi dire, la vue à tout le reste. La cause en est que la vue est, de tous nos sens, celui qui nous fait acquérir le plus de connaissances et nous découvre une foule de différences. Par nature, les animaux sont doués de sensation, mais chez les uns, la sensation n'engendre pas la mémoire, tandis qu'elle l'engendre chez les autres. Et c'est pourquoi ces derniers sont à la fois plus intelligents et plus aptes à apprendre que ceux qui sont incapables de se souvenir ; sont seulement intelligents, sans posséder la faculté d'apprendre, les êtres incapables d'entendre les sons, tels que l'abeille et tout autre genre d'animaux pouvant se trouver dans le même cas ; au contraire, la faculté d'apprendre appartient à l'être qui, en plus de la mémoire, est pourvu du sens de l'ouïe. Quoi qu'il en soit, les animaux autres que l'homme vivent réduits aux images et aux souvenirs ; ils ne participent que faiblement à la connaissance empirique, tandis que le genre humain s'élève jusqu'à l'art et aux raisonnements. C'est de la mémoire que provient l'expérience pour les hommes : en effet, une multiplicité de souvenirs de la même chose arrive à constituer finalement une seule expérience ; et l'expérience paraît bien être à peu près de même nature que la science et l'art, avec cette différence toutefois que la science et l'art adviennent aux hommes par l'intermédiaire de l'expérience, car l'expérience a créé l'art, comme le dit Polos avec raison, et le manque d'expérience, la chance. L'art naît lorsque d'une multitude de notions expérimentales se dégage un seul jugement universel, applicable à tous les cas semblables. En effet, former le jugement que tel remède a soulagé Callias, atteint de telle maladie, puis Socrate, puis plusieurs autres pris individuellement, c'est le fait de l'expérience ; mais juger que tel remède a soulagé tous les individus de telle constitution, rentrant dans les limites d'une classe déterminée, [...] cela relève de l'art. Aristote


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Aristote: Tous les hommes desirent naturellement savoir	Corrigé de 2762 mots (soit 4 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Aristote: Tous les hommes desirent naturellement savoir " a obtenu la note de : aucune note

Aristote: Tous les hommes desirent naturellement savoir

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit