NoCopy.net

Aristote: Vivre ensemble !

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Aristote: Homme et politique Aristote: Connaissance scientifique et sensa ... >>


Partager

Aristote: Vivre ensemble !

Philosophie

Aperçu du corrigé : Aristote: Vivre ensemble !



Publié le : 17/4/2009 -Format: Document en format HTML protégé

	Aristote: Vivre ensemble !
Zoom

Où que l’on regarde, l’homme semble toujours avoir vécu en communauté. L’individualisme n’est-il pas d’ailleurs, paradoxalement, un phénomène « de société « ? Dès lors on peut légitimement se demander si l’homme n’est pas par nature un animal politique. C’est ce que soutient Aristote dans un passage des Politiques. Pour le Stagirite, le propre des hommes est de vivre ensemble, qui plus est dans un certain type de communauté, la cité.
 Pour démontrer sa thèse, Aristote en passe par deux moments principaux. Dans un premier temps, conjuguant un fait (le langage) et un axiome (« la nature ne fait rien en vain «), le Philosophe distingue l’homme de l’animal et spécifie ainsi en quoi l’homme est par nature porté à vivre en communauté. Mais cela n’est pas suffisant pour démontrer sa thèse, car toute communauté n’est pas une cité (politique vient de polis, la cité). Il lui reste en effet à préciser dans quelle mesure c’est bien la cité qui est l’espèce de communauté la plus naturelle pour l’homme, et c’est ce dont s’occupe le second paragraphe.
 



«Il est évident que l'homme est un animal politique plus que n'importe quelle abeille et que n'importe quel animal grégaire. Car, comme nous le disons, la nature ne fait rien en vain; or seul parmi les animaux l'homme a un langage. Certes la voix est le signe du douloureux et de l'agréable, aussi la rencontre-t-on chez les animaux; leur nature en effet est parvenue jusqu'au point d'éprouver la sensation du douloureux et de l'agréable et de se les signifier mutuellement. Mais le langage existe en vue de manifester l'utile et le nuisible, et par suite aussi le juste et l'injuste. Il n'y a en effet qu'une chose qui soit propre aux hommes par rapport aux animaux : le fait que seuls ils ont la perception du bien et du mal, du juste et de l'injuste et des autres notions de ce genre. Avoir de telles notions en commun, c'est ce qui fait une famille et une cité. De plus une cité est par nature antérieure à une famille et à chacun de nous. Le tout, en effet, est nécessairement antérieur à la partie, car le corps entier une fois détruit, il n'y a plus ni main ni pied, sinon par homonymie, comme quand on parle d'une main de pierre, car toutes les choses se définissent par leur fonction et leur vertu, de sorte que quand elles ne les ont plus, il ne faut pas dire qu'elles sont les mêmes, mais qu'elles n'ont que le même nom. Que donc la cité soit à la fois par nature et antérieure à chacun de ses membres, c'est clair. S'il est vrai, en effet, que chacun pris séparément n'est pas autosuffisant, il sera dans la même situation que les autres parties vis-à-vis du tout, alors que celui qui n'est pas capable d'appartenir à une communauté ou qui n'en a pas besoin parce qu'il se suffit à lui-même n'est en rien une partie d'une cité, si bien que c'est soit une bête soit un dieu. C'est donc par nature qu'il y a chez les hommes une tendance vers une communauté de ce genre. » Aristote, Aristote, Les Politiques, I, 2 - Trad. P. Pellegrin


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Aristote: Vivre ensemble !	Corrigé de 3232 mots (soit 5 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Aristote: Vivre ensemble ! " a obtenu la note de : aucune note

Aristote: Vivre ensemble !

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit