LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Gabriel Rey écrit dans Humanisme et surhumani ... Nietzsche, qui fut grand lecteur des moralist ... >>


Partager

«L'art classique, estimait Paul Valéry, se reconnaît à l'existence, à l'absolutisme de ses conventions.» Raymond Naves, dans sa thèse sur Le Goût de Voltaire, explique pourquoi il n'admet pas ce jugement : «C'est, écrit-il, considérer le classicisme français comme une plante fragile et anormale... Dans son âge historique, s'il a été l'expression d'une aristocratie, il n'a jamais été l'idole d'une chapelle ; il a reposé non sur des conventions, qui sont les décisions abstraites d'un choix intellectuel, mais sur des convenances, qui résultent de l'observation concrète d'une société ; loin de réclamer l'atmosphère close d'un cabinet de collectionneur ou d'une chambre de malade, il s'est accommodé des planches et du plein air, et d'un public parfois remuant et moqueur... Le classicisme français n'est ni le résultat d'une doctrine, ni l'½uvre d'une coterie, c'est l'expression d'un goût.» Vous définirez le problème que posent ces deux textes et vous indiquerez comment vous le tranchez pour votre compte.

Anthologie

Aperçu du corrigé : «L'art classique, estimait Paul Valéry, se reconnaît à l'existence, à l'absolutisme de ses conventions.» Raymond Naves, dans sa thèse sur Le Goût de Voltaire, explique pourquoi il n'admet pas ce jugement : «C'est, écrit-il, considérer le classicisme français comme une plante fragile et anormale... Dans son âge historique, s'il a été l'expression d'une aristocratie, il n'a jamais été l'idole d'une chapelle ; il a reposé non sur des conventions, qui sont les décisions abstraites d'un choix intellectuel, mais sur des convenances, qui résultent de l'observation concrète d'une société ; loin de réclamer l'atmosphère close d'un cabinet de collectionneur ou d'une chambre de malade, il s'est accommodé des planches et du plein air, et d'un public parfois remuant et moqueur... Le classicisme français n'est ni le résultat d'une doctrine, ni l'½uvre d'une coterie, c'est l'expression d'un goût.» Vous définirez le problème que posent ces deux textes et vous indiquerez comment vous le tranchez pour votre compte.



Publié le : 2/3/2011 -Format: Document en format HTML protégé

«L'art classique, estimait Paul Valéry, se reconnaît à l'existence, à l'absolutisme de ses conventions.» Raymond Naves, dans sa thèse sur Le Goût de Voltaire, explique pourquoi il n'admet pas ce jugement : «C'est, écrit-il, considérer le classicisme français comme une plante fragile et anormale... Dans son âge historique, s'il a été l'expression d'une aristocratie, il n'a jamais été l'idole d'une chapelle ; il a reposé non sur des conventions, qui sont les décisions abstraites d'un choix intellectuel, mais sur des convenances, qui résultent de l'observation concrète d'une société ; loin de réclamer l'atmosphère close d'un cabinet de collectionneur ou d'une chambre de malade, il s'est accommodé des planches et du plein air, et d'un public parfois remuant et moqueur... Le classicisme français n'est ni le résultat d'une doctrine, ni l'½uvre d'une coterie, c'est l'expression d'un goût.» Vous définirez le problème que posent ces deux textes et vous indiquerez comment vous le tranchez pour votre compte.
Zoom

«L'art classique, estimait Paul Valéry, se reconnaît à l'existence, à l'absolutisme de ses conventions.« Raymond Naves, dans sa thèse sur Le Goût de Voltaire, explique pourquoi il n'admet pas ce jugement : «C'est, écrit-il, considérer le classicisme français comme une plante fragile et anormale... Dans son âge historique, s'il a été l'expression d'une aristocratie, il n'a jamais été l'idole d'une chapelle ; il a reposé non sur des conventions, qui sont les décisions abstraites d'un choix intellectuel, mais sur des convenances, qui résultent de l'observation concrète d'une société ; loin de réclamer l'atmosphère close d'un cabinet de collectionneur ou d'une chambre de malade, il s'est accommodé des planches et du plein air, et d'un public parfois remuant et moqueur... Le classicisme français n'est ni le résultat d'une doctrine, ni l'œuvre d'une coterie, c'est l'expression d'un goût.« Vous définirez le problème que posent ces deux textes et vous indiquerez comment vous le tranchez pour votre compte.




Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Corrigé : Corrigé de 5 pages directement accessible

Le corrigé du sujet "«L'art classique, estimait Paul Valéry, se reconnaît à l'existence, à l'absolutisme de ses conventions.» Raymond Naves, dans sa thèse sur Le Goût de Voltaire, explique pourquoi il n'admet pas ce jugement : «C'est, écrit-il, considérer le classicisme français comme une plante fragile et anormale... Dans son âge historique, s'il a été l'expression d'une aristocratie, il n'a jamais été l'idole d'une chapelle ; il a reposé non sur des conventions, qui sont les décisions abstraites d'un choix intellectuel, mais sur des convenances, qui résultent de l'observation concrète d'une société ; loin de réclamer l'atmosphère close d'un cabinet de collectionneur ou d'une chambre de malade, il s'est accommodé des planches et du plein air, et d'un public parfois remuant et moqueur... Le classicisme français n'est ni le résultat d'une doctrine, ni l'½uvre d'une coterie, c'est l'expression d'un goût.» Vous définirez le problème que posent ces deux textes et vous indiquerez comment vous le tranchez pour votre compte." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit