NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Article de presse: Le premier Plan Article de presse: Le scandale du vin >>


Partager

Article de presse: Le départ du général de Gaulle

Ressources gratuites

Aperçu du corrigé : Article de presse: Le départ du général de Gaulle



Format: Document en format HTML protégé

Article de presse: Le départ du général de Gaulle
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Article de presse: Le départ du général de Gaulle




20 janvier 1946 - Le général de Gaulle a quitté officiellement ses fonctions de président du gouvernement provisoire de la République le dimanche 20 janvier 1946. Il adresse en effet ce jour-là une lettre à Félix Gouin, président de l'Assemblée nationale constituante, pour l'aviser officiellement qu'il se démet. Il explique notamment que " la France, après d'immenses épreuves, n'est plus en situation d'alarme ". Le matin de ce même dimanche, le général avait exceptionnellement convoqué le conseil des ministres dans la " salle des armures " du ministère de la défense nationale, rue Saint-Dominique, où il s'était installé depuis la libération de Paris. Les conseils se tenaient pourtant normalement à l'Hôtel Matignon. Serrant, comme à son habitude, les mains des ministres, de Gaulle, cette fois-ci, ne les invite pas à s'asseoir. Lui-même debout, revêtu de son uniforme de général, il s'adresse à eux en ces termes : " Le régime exclusif des partis a reparu. Je le réprouve. Mais, à moins d'établir par la force une dictature dont je ne veux pas et qui, sans doute, tournerait mal, je n'ai pas les moyens d'empêcher cette expérience. Il me faut donc me retirer. Aujourd'hui même, j'adresserai au président de l'Assemblée nationale une lettre lui faisant connaître la démission du gouvernement. Je remercie bien sincèrement chacun de vous du concours qu'il m'a prêté et je vous prie de rester à vos postes pour assurer l'expédition des affaires jusqu'à ce que vos successeurs soient désignés. " Le général refait un tour de table pour serrer la main de chacun des membres du gouvernement. Aucun ne prononce une parole. Tous semblent frappés par l'intensité du moment et leurs visages sont plus tristes qu'étonnés. Le général quitte aussitôt le ministère pour gagner le domicile de fonction où il s'est installé, route du Champ-d'Entraînement, à Neuilly. Maurice Thorez, ministre d'Etat et chef de file des ministres communistes, rompt le silence en laissant tomber, à la fois ému et admiratif : " Voilà un départ qui ne manque pas de grandeur ! " Jules Moch, ministre socialiste des travaux publics et des transports, semble presque soulagé et fait remarquer : " Cette retraite est grave, à coup sûr ! Mais d'un mal peut sortir un bien. La personnalité du général étouffait l'Assemblée nationale. Celle-ci va maintenant pouvoir se révéler librement. " M. René Pleven, compagnon de Londres, ministre des finances, ne cache pas son désaccord avec son collègue et laisse exprimer son amertume : " Voyez, lance-t-il aux représentants du MRP et des socialistes, à quoi vos groupes ont abouti. " Deux ministres MRP, MM. Francisque Gay, ministre d'Etat, et Pierre-Henri Teitgen, ministre de la justice, protestent : " Nous sommes placés devant la lourde responsabilité de succéder à de Gaulle. Notre mouvement tâchera d'en être digne. " Maurice Thorez intervient de nouveau pour trancher le débat sur un ton désabusé : " Du moment qu'avec le général vous ne pouviez pas en sortir, comment le ferez-vous sans lui? " De Gaulle s'installe dans le pavillon de Marly, qu'il loue au service des Beaux-Arts, et il y résidera jusqu'au mois de mai, avant de retrouver sa maison de Colombey-les-deux-Eglises, en Haute-Marne, dont il fait réparer les dégâts causés par l'occupation allemande. Si de Gaulle a décidé de quitter le pouvoir sans s'adresser aux Français, sans prononcer la moindre allocution à la radio, c'est qu'il pensait que son silence pèserait plus lourd. Dans ses Mémoires, il décrit ainsi le sentiment supposé de la masse française : " Avec de Gaulle s'éloigneraient ce souffle venu des sommets, cet espoir de réussite, cette ambition de la France qui soutenaient l'âme nationale. Chacun, quelle que fût sa tendance, avait, au fond, le sentiment que ...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Article de presse: Le départ du général de Gaulle" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit