LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Article de presse: La rigueur accrue du régim ... Article de presse: La famine nord-coréenne et ... >>


Partager

Article de presse: La si longue patience du dalaï-lama

Ressources gratuites

Aperçu du corrigé : Article de presse: La si longue patience du dalaï-lama



Format: Document en format HTML protégé

Article de presse: La si longue patience du dalaï-lama
Zoom

- C'est une petite ville au-dessus des nuages. En hiver, elle semble toute proche du grand ciel himalayen. En été, elle disparaît, noyée dans les brumes de la mousson. McLeod Ganj, au nord de l'Inde, est accrochée à flanc de montagne, dominant le gros bourg de Dharamsala, dans l'Etat de l'Himachal Pradesh. McLeod Ganj, du nom d'un ancien officier de l'armée des Indes qui installa ici au temps du "raj" britannique une de ces "stations d'altitude" pour gentlemen avides de fraîcheur, est devenue la capitale des Tibétains qui se sont installés en Inde pour fuir la répression chinoise. Car McLeod Ganj est le chef-lieu du "gouvernement en exil" de Sa Sainteté le dalaï-lama, chef de l'Eglise tibétaine, installée en Inde depuis sa fuite du Tibet durant la révolte de Lhassa, il y a trente-huit ans. Il sont aujourd'hui plus de cent quarante mille en Inde, dont quelques milliers à McLeod Ganj. Le gouvernement indien, qui a toujours aidé la communauté tibétaine et fourni des terrains et de l'aide financière, ne reconnaît cependant pas, real politik oblige, le gouvernement du dalaï-lama : iI faut tout de même ménager le géant chinois, un ancien ennemi avec lequel les relations se sont réchauffées ces dernières années. New Delhi utilise ainsi le terme discret et pudique d' "administration centrale tibétaine" pour désigner ce qui est en réalité le lieu du pouvoir exécutif et parlementaire de l'autorité tibétaine en exil. Le dalaï-lama, chef spirituel et temporel, "coiffe", en effet, un "conseil des ministres", le Kashag, composé de huit responsables ministériels (intérieur, affaires étrangères, finances, etc.). Parallèlement, un Parlement, ou Tchitu lhankang, symbolise la mise en place d'un système de représentation démocratique pour la communauté des exilés tibétains, en Inde mais aussi de par le monde. Les quarante-six députés, élus au suffrage universel direct par les membres de la communauté résidant à l'étranger, restent cependant soumis à un quota destiné à équilibrer la représentation parlementaire entre les différentes régions du Tibet occupé et les quatre grandes sectes du bouddhisme lamaïque et de l'antique religion Bön-po : trente députés sont originaires, même s'ils sont nés en Inde et ne connaissent pas le Tibet, des provinces d'U Tsang, d'Amdo et de Kham, six autres appartiennent aux quatre grandes écoles du bouddhisme tibétain, quatre représentent la communauté en exil de l'Europe et de l'Amérique du Nord et, enfin, les trois derniers sont directement nommés par le dalaï-lama. Les élections de mai 1996 ont permis de renouveler la "Chambre". Celle-ci choisit désormais directement les ministres du Kashag, contrairement à l'ancienne pratique, qui voulait que le dalaï-lama désigne lui-même les titulaires de portefeuilles. "On est certes encore dans une situation de démocratie partielle, mais on évolue de plus en plus vers un plus grand équilibre des pouvoirs, entre ceux traditionnellement dévolus à Sa Sainteté et ceux des politiques", explique Tupten Sampel, un responsable du "ministère" des affaires étrangères. Le dalaï-lama lui-même encourage ses compatriotes à plus d'audace : "Nous sommes dans une phase de démocratisation. Je veux créer un plus grand sens des responsabilités chez mes compatriotes. Et je suis très heureux des résultats des dernières élections : la participation électorale s'est élevée à environ 60 %. De nombreux députés sont des jeunes bien éduqués, et il y a aussi de nombreuses femmes parmi eux. C'est un très bon signe", explique le chef de l'Eglise tibétaine dans le bureau de sa résidence qui domine McLeod Ganj. "Les Tibétains ne possèdent pas encore d'expérience de la démocratie, ajoute Tupten Sampel, ils ont trop tendance à s'en remettre à Sa Sainteté, et leur immense respect pour lui les force à s'imposer une trop grande autocensure dans les débats qui peuvent surgir." Elle s'appelle Nawang Lhamo. Charmante, la quarantaine, vêtue de la longue chuba et du tablier à rayures traditionnel, elle est l'une de ces députés femmes élues dans un Parlement où la gent féminine est proportionnellement bien mieux représentée qu'au Palais-Bourbon. "Certains candidats à la députation ont fait, l'année dernière, une campagne beaucoup plus active, établissant ...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Article de presse: La si longue patience du dalaï-lama" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit