NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Article de presse: Le sans-faute de Gorbatche ... Article de presse: Le général Spinola, un con ... >>


Partager

Article de presse: La révolution des oeillets

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : Article de presse: La révolution des oeillets



Publié le : 3/3/2012 -Format: Document en format HTML protégé

Article de presse: La révolution des oeillets
Zoom

25 avril 1974 - Pour la première fois depuis quarante-huit ans, les journaux de Lisbonne sont sortis jeudi soir sans être soumis à la censure. Ils célébraient tous avec d'énormes manchettes la victoire totale du Mouvement des forces armées. Le gouvernement Caetano s'est effondré pour n'avoir pas défini à temps une politique africaine en accord avec le véritable rapport des forces au Portugal et dans le monde. Un demi-siècle de dictature cruelle et sournoise, la mise à l'écart de tous les courants libéraux, une répression impitoyable, soutenue par une police sans visage et pratiquant des tortures raffinées, des milliers d'opposants maintenus dans les cachots de Caxias ou de Peniche sur simple décision administrative, des élections préfabriquées où l'opposition, engluée dans des artifices de procédure, était invitée une fois tous les quatre ans à " jouer à la démocratie ", une nation saignée à blanc depuis plus de dix ans par des guerres coloniales poursuivies malgré les conseils des meilleurs amis du Portugal, toute une jeunesse fuyant le service militaire de quatre ans : voilà ce qu'a abattu en un instant un soulèvement militaire qui ne ressemble à aucun autre. Les combattants civils, vieux ou jeunes, de la lutte difficile pour une démocratie authentique et le respect des libertés élémentaires n'ont pas pris directement part à cette révolte de centurions exaspérés par l'impéritie et la superbe de leurs généraux. En d'autres temps, les soldats perdus des guerres coloniales reniées par la métropole franchissaient le Rubicon pour imposer la poursuite du combat armé à des chefs de gouvernement apeurés ou irrésolus. L'armée portugaise, reflet des angoisses de la nation, a trouvé un élan et un symbole lui permettant de passer outre aux prudences ou aux atermoiements de la très grande majorité des généraux. Ces derniers avaient réussi en mars dernier à persuader Marcelo Caetano, président du conseil, que le point de vue des ultras était le bon. Ils ont été balayés le 25 avril en même temps que le chef de l'Etat et les ministres accrochés aux derniers symboles du salazarisme. L'élan n'est pas niable. Il s'exprimait déjà avec vigueur dans les communiqués clandestins mais connus de tous à Lisbonne, du mouvement des capitaines allant jusqu'à revendiquer le droit à l'autodétermination pour les populations africaines des territoires d'outre-mer. Le symbole, le général Spinola, suscite encore des réserves dans les milieux politiques de l'opposition démocratique et libérale au régime déchu. Tous se félicitent sans doute sans réserve du succès de ce coup d'Etat voulu, préparé et réalisé par des officiers dont le langage n'est pas différent de celui des dirigeants du Parti socialiste portugais. Ils saluent la chute tant attendue d'un salazarisme entretenu après la mort du " Doutor " par un Marcelo Caetano incapable de réussir une " libéralisation " maintes fois proclamée. Mais ils attendent avec une prudence compréhensible et souhaitent juger la junte à ses actes. Les premières décisions sont encourageantes. Le général Spinola a décidé vendredi 26 avril la libération de tous les prisonniers politiques, la suppression de la direction générale de la sûreté (ex-PIDE) et la suppression totale de la censure de presse. Ajoutant qu'il n'avait pas l'intention " pour le moment " d'avoir des contacts avec les dirigeants des mouvements africains de libération, il a indiqué qu'il appartiendrait au peuple portugais de se prononcer sur la politique africaine. Les manifestations d'enthousiasme qui, à Lisbonne et à Porto, ont salué la victoire des rebelles permettent d'augurer dans quel sens il se prononcera. BULLETIN DE L'ETRANGER Le Monde du 27 avril 1974




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 4251 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Article de presse: La révolution des oeillets" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit