ASSOMMONS LES PAUVRES ! BAUDELAIRE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< CONSEILS D'ÉCRITURE: COMMENT TRANSPOSER LE TE ... Le personnage de TYPHON ou TYPHÉE dans la myt ... >>


Partager

ASSOMMONS LES PAUVRES ! BAUDELAIRE

Littérature

Aperçu du corrigé : ASSOMMONS LES PAUVRES ! BAUDELAIRE



document rémunéré

Document transmis par : Marie26800


Publié le : 27/9/2010 -Format: Document en format HTML protégé

ASSOMMONS LES PAUVRES ! BAUDELAIRE
Zoom

 

• Le poète ou, du moins, son représentant dans ce poème narratif, ne supporte pas qu'on lui fasse la leçon en lui répétant des idées reçues faussement démocratiques et réellement démagogiques. La thèse, si thèse il y a, du mendiant, est exprimée dans le premier paragraphe. Elle constitue une manière de provocation dans la mesure où elle requiert du poète une réaction morale en le culpabilisant. Elle signifie à peu près ceci : si tu veux être un citoyen égal aux autres, prouve-1e en me donnant l'aumône ; ainsi, tu sauras te libérer de la tyrannie de l'argent. En effet, dans ce texte, Baudelaire se moque de Proudhon, rendu célèbre par sa formule : « La propriété, c'est le vol «.

 



 

Or, sa voix me chuchotait ceci: "Celui-là seul est l'égal d'un autre, qui le prouve, et celui-là seul est digne de la liberté, qui sait la conquérir."
Immédiatement, je sautai sur mon mendiant. D'un seul coup de poing, je lui bouchai un oeil, qui devint, en une seconde, gros comme une balle. Je cassai un de mes ongles à lui briser deux dents, et comme je ne me sentais pas assez fort, étant né délicat et m'étant peu exercé à la boxe, pour assommer rapidement ce vieillard, je le saisis d'une main par le collet de son habit, de l'autre, je l'empoignai à la gorge, et je me mis à lui secouer vigoureusement la tête contre un mur. Je dois avouer que j'avais préalablement inspecté les environs d'un coup d'oeil, et que j'avais vérifié que dans cette banlieue déserte je me trouvais, pour un assez long temps, hors de la portée de tout agent de police.
Ayant ensuite, par un coup de pied lancé dans le dos, assez énergique pour briser les omoplates, terrassé ce sexagénaire affaibli, je me saisis d'une grosse branche d'arbre qui traînait à terre, et je le battis avec l'énergie obstinée des cuisiniers qui veulent attendrir un beefteack.
Tout à coup, - ô miracle! ô jouissance du philosophe qui vérifie l'excellence de sa théorie! - je vis cette antique carcasse se retourner, se redresser avec une énergie que je n'aurais jamais soupçonnée dans une machine si singulièrement détraquée, et, avec un regard de haine qui me parut de bon augure, le malandrin décrépit se jeta sur moi, me pocha les deux yeux, me cassa quatre dents, et avec la même branche d'arbre me battit dru comme plâtre. - Par mon énergique médication, je lui avais donc rendu l'orgueil et la vie.
Alors, je lui fis force signes pour lui faire comprendre que je considérais la discussion comme finie, et me relevant avec la satisfaction d'un sophiste du Portique, je lui dis: "Monsieur, vous êtes mon égal! veuillez me faire l'honneur de partager avec moi ma bourse; et souvenez-vous, si vous êtes réellement philanthrope, qu'il faut appliquer à tous vos confrères, quand ils vous demanderont l'aumône, la théorie que j'ai eu la douleur d'essayer sur votre dos."
Il m'a bien juré qu'il avait compris ma théorie, et qu'il obéirait à mes conseils.

 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : ASSOMMONS LES PAUVRES ! BAUDELAIRE Corrigé de 2798 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "ASSOMMONS LES PAUVRES ! BAUDELAIRE" a obtenu la note de : aucune note

ASSOMMONS LES PAUVRES ! BAUDELAIRE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit