Baruch SPINOZA: Les philosophes et la politique

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Baruch SPINOZA: Raison et Pouvoir Baruch SPINOZA: L'Etat, c'est la liberté >>


Partager

Baruch SPINOZA: Les philosophes et la politique

Philosophie

Aperçu du corrigé : Baruch SPINOZA: Les philosophes et la politique



Publié le : 10/4/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Baruch SPINOZA: Les philosophes et la politique
Zoom

DIRECTIONS DE RECHERCHE • Que signifie ici « affections « ? • Pourquoi les « philosophes « croient-ils « ainsi agir divinement et s'élever au faîte de la sagesse ? Que signifient, dans le texte, ? • Pourquoi, pour Spinoza, ont-ils tort de « croire « cela ? • Spinoza pense-t-il que « la nature humaine « n'existe pas ? • Qu'est-ce qu'écrire « une Éthique « ? • Pourquoi, pour Spinoza, la plupart des philosophes ont-ils écrit une «Satire« aux lieux et place d'«une Éthique« ? • Sont-ce les philosophes dont parle Spinoza qui pensent que « la Politique « doit être « tenue pour une Chimère, etc.. « ou est-ce Spinoza qui pense que « la Politique telle qu'ils la conçoivent « doit être tenue pour une Chimère, etc. ? • Qu'est-ce qu'une « Chimère «, le « pays d'Utopie «, l'« âge d'or « ? • En raison de quoi peut-on dire que Y « âge d'or « « est« « un temps où e institution n'était nécessaire « ? • Y a-t-il un lien de cause à effet, pour Spinoza, entre la façon dont « les philosophes conçoivent les affections « et leur incapacité à écrire une « Éthique «, à concevoir « en politique des vues qui puissent être mises en pratique « ? En cas de réponse positive, comment rendre compte de « la plupart « ? • Spinoza est-il « un philosophe « ? • L'intérêt philosophique du texte vient-il moins de la thématique du texte que de la façon de poser la thématique ?



Les philosophes conçoivent les affections qui se livrent bataille en nous, comme des vices dans lesquels les hommes tombent par leur faute ; c'est pourquoi ils ont accoutumé de les tourner en dérision, de les déplorer, de les réprimander, ou, quand ils veulent paraître plus moraux, de les détester. Ils croient ainsi agir divinement et s'élever au faîte de la sagesse, prodiguant toute sorte de louanges à une nature humaine qui n'existe e part, et flétrissant par leurs discours celle qui existe réellement. Ils conçoivent les hommes en effet, non tels qu'ils sont, mais tels qu'eux-mêmes voudraient qu'ils fussent : de là cette conséquence, que la plupart, (...) n'ont jamais eu en politique de vues qui puissent être mises en pratique, la politique, telle qu'ils la conçoivent, devant être tenue pour une chimère, ou comme convenant soit au pays d'Utopie, soit à l'âge d'or, c'est-à-dire à un temps où e institution n'était nécessaire. Entre toutes les sciences, donc, qui ont une application, c'est la politique où la théorie passe pour différer le plus de la pratique, et il n'est pas d'hommes qu'on juge moins propres à gouverner l'État, que les théoriciens, c'est-à-dire les philosophes. Baruch SPINOZA


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Baruch SPINOZA: Les philosophes et la politique	Corrigé de 933 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Baruch SPINOZA: Les philosophes et la politique " a obtenu la note de : aucune note

Baruch SPINOZA: Les philosophes et la politique

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit