LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La banalité du mal. ? La beauté est-elle naturelle ? >>


Partager

La beauté est-elle dans le regard que l'on porte sur les choses ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La beauté est-elle dans le regard que l'on porte sur les choses ?



Publié le : 20/9/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	La beauté est-elle dans le regard que l'on porte sur les choses 	?
Zoom

 

 La beauté est la norme sur laquelle prend appui l'appréciation positive du jugement de goût, que ce jugement porte sur des réalités naturelles ou sur des produits de l'art.. Quand on se demande si la beauté est dans le regard que l'on porte sur les choses, on affirme deux thèses :

1)       que la beauté est dépendante en premier lieu, sinon exclusivement du regard qui la perçoit,

2)       qu'il faut rechercher une définition de la beauté non pas dans les choses belles (comme un point commun entre elles) mais dans sa manifestation (comme un mode d'apparition).

Ces deux thèses ont une portée différente selon la signification des termes, en particulier pour le regard :

1)       Le regard peut désigner aussi bien l'acte de regarder que la manière dont on regarde.

2)       Le regard peut être sentiment (réceptivité et réaction à un objet) ou jugement (sur la nature et la valeur de l'objet).

3)       Le regard peut être connaissance (d'une règle ou d'un concept qui rend compte de l'objet particulier) ou reconnaissance (de soi dans l'objet). 

À cela s'ajoute le problème de l'extension que l'on donne :

1)       au sujet du regard (« on «) : tout le monde, l'artiste, le critique, le public ;

2)       à l'objet du regard (« les choses «) : les œuvres d'art, les choses naturelles, les idéalités, les actes ou encore des situations de la vie courante.

 



BEAU (lat. bellus, charmant)

Adj. Désigne ce qui, dans un être ou un objet, est susceptible de procurer un sentiment de plaisir à celui qui le contemple. Cependant, selon Kant, contrairement au plaisir lié à ce qui est simplement agréable, le plaisir est désintéressé et universel. Dire qu'une chose est belle, ce n'est pas simplement dire qu'elle nous plaît, mais supposer au contraire que tout autre homme pourrait éprouver le même plaisir que nous, et appeler cette.universalité de ses voeux.
Subst. Ainsi, le
beau est la valeur à laquelle se réfère tout jugement. Il est défini par Kant comme « ce qui plaît universellement sans concept ». Voir sublime.

CHOSE

Gén. Tout ce dont on pose l'existence.
Méta. Pour Kant, la « chose en soi » subsiste indépendamment du sujet qui se la représente. Ne pouvant être l'objet d'aucune Expérience , elle n'est pas un objet de connaissance.
Mor. La chose s'oppose à la personne. Elle se définit comme un moyen, et la personne comme une fin. Ainsi, sa valeur est son prix : elle peut être possédée et échangée. La personne, au contraire, est inaliénable, n'a pas de prix mais une dignité.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1559 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " La beauté est-elle dans le regard que l'on porte sur les choses ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit