NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Marx et les pouvoirs de l'argent Le langage est le propre de l'homme - DESCAR ... >>


Partager

Bergson: Conscience, animal et liberté

Philosophie

Aperçu du corrigé : Bergson: Conscience, animal et liberté



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

	Bergson: Conscience, animal et liberté
Zoom
Eléments d'introduction   Les animaux sont dans l'ordre biologique ceux que l'on dit être les plus près des hommes. Les théories de l'évolution ont alimenté cette relation étroite entre homme et animal, pourtant une chose semble être acquise: On refuse à l'animal la conscience. Mais de quelle sorte de conscience prive-t-on l'animal? Pourquoi la conscience ne serait que le propre de l'homme? Qu'y a t-il derrière cette idée de conscience animal qui la rend si inacceptable?   Objet du texte               Bergson s'intéresse ici à la conscience et en donne une définition originale. En effet, la conscience est selon lui coextensive à la vie : là où il y a vit, il y a conscience. Pourtant, ce commun partage de la conscience entre les êtres doués de vie ne se fait pas sans nuance. Il détermine ainsi les conditions d'actualisation de la conscience afin de mieux faire comprendre quelle en est son essence propre.

Je crois que tous les êtres vivants, plantes et animaux, la [la conscience] possèdent en droit ; mais beaucoup d'entre eux y renoncent en fait, - bien des animaux d'abord, surtout parmi ceux qui vivent en parasites sur d'autres organismes et qui n'ont pas besoin de se déplacer pour trouver leur nourriture, puis la plupart des végétaux : ceux-ci ne sont-ils pas, comme on l'a dit, parasites de la terre ? Il me paraît donc vraisemblable que la conscience, originellement immanente à tout ce qui vit, s'endort là où il n'y a plus de mouvement spontané, et s'exalte quand la vie appuie vers l'activité libre. // Chacun de nous a d'ailleurs pu vérifier cette loi sur lui-même. Qu'arrive-t-il quand une de nos actions cesse d'être spontanée pour devenir automatique ? La conscience s'en retire. Dans l'apprentissage d'un exercice, par exemple, nous commençons par être conscients de chacun des mouvements que nous exécutons, parce qu'il vient de nous, parce qu'il résulte d'une décision et implique un choix; puis, à mesure que ces mouvements s'enchaînent davantage entre eux et se déterminent plus mécaniquement les uns les autres, nous dispensant ainsi de nous décider et de choisir, la conscience que nous en avons diminue et disparaît. Quels sont, d'autre part les moments où notre conscience atteint le plus de vivacité ? Ne sont-ce pas les moments de crise intérieure, où nous hésitons entre deux ou plusieurs partis à prendre, où nous sentons que notre avenir sera ce que nous l'aurons fait? // Les variations d'intensité de notre conscience semblent donc bien correspondre à la somme plus ou moins considérable de choix ou, si vous voulez de création, que nous distribuons sur notre conduite. Tout porte à croire qu'il en est ainsi de la conscience en général. Si conscience signifie mémoire et anticipation, c'est que conscience est synonyme de choix. BERGSON


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2773 mots (soit 4 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Bergson: Conscience, animal et liberté " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit