LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Egon SCHIELE, Autoportrait Umberto BOCCIONI: Autoportrait (étude du tabl ... >>


Partager

BERNANOS - Journal d'un curé de campagne: « N'était la vigilante pitié de Dieu, il me semble qu'à la première conscience qu'il aurait de lui-même l'homme retomberait en poussière ».

Philosophie

Aperçu du corrigé : BERNANOS - Journal d'un curé de campagne: « N'était la vigilante pitié de Dieu, il me semble qu'à la première conscience qu'il aurait de lui-même l'homme retomberait en poussière ».



Format: Document en format HTML protégé

BERNANOS - Journal d'un curé de campagne: « N'était la vigilante pitié de Dieu, il me semble qu'à la première conscience qu'il aurait de lui-même l'homme retomberait en poussière ».
Zoom

    Analyse :               Cette citation est profondément ancrée dans la thématique religieuse en tant qu'elle faire référence à Dieu et à l'idée que la mort de l'homme correspond à cet état de retour à la poussière : « tu es poussière et tu redeviendras poussière ». Ainsi l'existence de Dieu, hypothèse métaphysique, est tenue pour vraie et essentielle en tant qu'il permet seul l'existence continuée de l'homme.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 366 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "BERNANOS - Journal d'un curé de campagne: « N'était la vigilante pitié de Dieu, il me semble qu'à la première conscience qu'il aurait de lui-même l'homme retomberait en poussière »." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit