LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< On constate fréquemment que tout régime autor ... Préférez-vous les oeuvres littéraires dans le ... >>


Partager

Bernard Pingaud, dans la préface de l'Expérience romanesque écrit : «Le bon lecteur n'est pas seulement celui qui se laisse entraîner. C'est aussi celui qui discute, qui, à chaque page, à chaque phrase, trouve des raisons de s'interrompre et de questionner, qui va et vient dans l'oeuvre sans respect pour sa belle ordonnance, y relève des similitudes et des contradictions, des obscurités et des échos, et ne cesse finalement de trouver à cette étrange machine des usages nouveaux que l'auteur n'avait vraisemblablement pas imaginés. » Vous expliquerez, commenterez et au besoin discuterez cette définition du lecteur, en vous appuyant sur l'analyse précise d'exemples tirés des oeuvres étudiées en classe ou de vos lectures personnelles.

Littérature

Aperçu du corrigé : Bernard Pingaud, dans la préface de l'Expérience romanesque écrit : «Le bon lecteur n'est pas seulement celui qui se laisse entraîner. C'est aussi celui qui discute, qui, à chaque page, à chaque phrase, trouve des raisons de s'interrompre et de questionner, qui va et vient dans l'oeuvre sans respect pour sa belle ordonnance, y relève des similitudes et des contradictions, des obscurités et des échos, et ne cesse finalement de trouver à cette étrange machine des usages nouveaux que l'auteur n'avait vraisemblablement pas imaginés. » Vous expliquerez, commenterez et au besoin discuterez cette définition du lecteur, en vous appuyant sur l'analyse précise d'exemples tirés des oeuvres étudiées en classe ou de vos lectures personnelles.



document rémunéré

Document transmis par : Jerome15506


Format: Document en format HTML protégé

Bernard Pingaud, dans la préface de l'Expérience romanesque écrit : «Le bon lecteur n'est pas seulement celui qui se laisse entraîner. C'est aussi celui qui discute, qui, à chaque page, à chaque phrase, trouve des raisons de s'interrompre et de questionner, qui va et vient dans l'oeuvre sans respect pour sa belle ordonnance, y relève des similitudes et des contradictions, des obscurités et des échos, et ne cesse finalement de trouver à cette étrange machine des usages nouveaux que l'auteur n'avait vraisemblablement pas imaginés. »
Vous expliquerez, commenterez et au besoin discuterez cette définition du lecteur, en vous appuyant sur l'analyse précise d'exemples tirés des oeuvres étudiées en classe ou de vos lectures personnelles.
Zoom

Introduction La formule de B. Pingaud ne s'applique pas seulement au roman. Elle engage toute une théorie de la lecture et des rôles, spécifiques mais également actifs, de l'auteur et du lecteur. En tout cas, le lecteur est partie-prenant, et les livres les plus réussis sont ceux qui lui donnent l'occasion de participer d'une façon ou d'une autre à la création de l'oeuvre. Cette idée n'est d'ailleurs pas neuve, et Voltaire écrivait déjà : « Les livres les plus utiles sont ceux dont les lecteurs font eux-mêmes la moitié. » Cette conception de la lecture va évidemment à l'encontre de celle que peut inspirer une infra-littérature lénifiante, voire aliénante, qui suppose au contraire un lecteur passif, soumis à toutes les pressions idéologiques et à tous les chantages sentimentaux : romans de la collection Arlequin ou de Guy des Cars, certains romans d'espionnage type G. de Villiers, etc. Il va de soi que le sujet élimine à priori tout cette production pour ne considérer que les « grandes » oeuvres. En fait, il y a plusieurs formes envisageables de participation du lecteur, soit qu'il fasse travailler son imagination, soit qu'il mène une réflexion organisée sur l'économie du texte, soit qu'il opère une véritable reconstruction de l'ouvrage. Ces différentes formes ne s'excluent d'ailleurs pas l'une l'autre.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2172 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Bernard Pingaud, dans la préface de l'Expérience romanesque écrit : «Le bon lecteur n'est pas seulement celui qui se laisse entraîner. C'est aussi celui qui discute, qui, à chaque page, à chaque phrase, trouve des raisons de s'interrompre et de questionner, qui va et vient dans l'oeuvre sans respect pour sa belle ordonnance, y relève des similitudes et des contradictions, des obscurités et des échos, et ne cesse finalement de trouver à cette étrange machine des usages nouveaux que l'auteur n'avait vraisemblablement pas imaginés. » Vous expliquerez, commenterez et au besoin discuterez cette définition du lecteur, en vous appuyant sur l'analyse précise d'exemples tirés des oeuvres étudiées en classe ou de vos lectures personnelles." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit