NoCopy.net

Est-il bon d'avoir peur ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Est-il bien utile de se connaître soi-même ? Est-il contradictoire d'affirmer que les con ... >>


Partager

Est-il bon d'avoir peur ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Est-il bon d'avoir peur ?



Publié le : 4/9/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Est-il bon d'avoir peur 	?
Zoom

Analyse du sujet
 

      Le sujet s'interroge sur une notion (la peur) et il nous demande la valeur de cette notion (est-ce quelque chose de désirable, « faut-il «, donc de bon, ou non). Il s'agira alors d'évaluer cette notion en la confrontant à ses opposés : la confiance et l'indifférence. Cette notion renvoie à un sentiment : on se pose donc la question de la valeur d'un sentiment.

      La peur : la peur est le sentiment que l'on ressent face à une menace ou un risque qui met en jeu notre existence. On a peur de ce qui est susceptible de nous détruire. La peur est alors source de violence à l'égard de l'objet qui nous menace. L'idée de peur renvoie donc à l'idée de menace, de violence et de survie. Enfin, elle renvoie à l'idée d'une faiblesse qui s'oppose alors à la puissance. La peur est toujours une réaction. Elle est seconde par rapport à la menace.

      La menace : contrairement au risque, mesurable et quantifiable (on prend un risque en connaissance de cause), la menace est source d'angoisse par l'incertitude qu'elle porte en elle. L'angoisse est alors la forme la plus achevée de la peur, c'est-à-dire une peur sans fuite possible.

 

Problématique

 

            L'existence de l'homme se caractérise par le fait qu'elle est orientée vers la mort, consciente de sa finitude et par conséquent animée par la peur. Celle-ci se constitue en effet essentiellement dans le rapport possible à la destruction de notre être, que ce sentiment vise à conserver par la fuite ou l'agression. De ce point de vue, l'être qui ne connaît pas la peur, le téméraire ou l'inconscient, ne peut conserver son existence bien longtemps. La peur renvoie à la connaissance d'un risque qu'elle permet d'éviter. Néanmoins, la peur renvoie également à la lâcheté : la conservation de son être ne va pas sans effort ni sans risque, certes calculé, mais nécessaire. La fuite permanente est impossible et vient toujours le moment où la conservation de soi suppose l'affrontement. Ainsi, la liberté suppose le courage d'affronter l'adversité et l'héroïsme n'est possible que pour celui qui maîtrise ses impulsions fondamentales, dont la peur. Alors, faut-il avoir peur ou bien la peur n'est-elle qu'impulsion irrationnelle que la raison doit maîtriser ?



Les précautions que l'on prend sont la marque du respect, de la peur de mal faire, qui instaurent le sentiment d'une distance, plutôt que celui d'une menace ou d'un risque. C'est ainsi le domaine du sacré qui peut faire l'objet de peur, et non plus le domaine du mal. Cette peur peut alors être caractérisée comme effroi, comme en témoigne l'émotion religieuse qu'analyse Otto dans Le sacré : ce qu'il y a de plus intime et profond dans toute émotion religieuse « peut devenir le silencieux et humble tremblement de la créature qui demeure interdite...en présence de ce qui est, dans un mystère ineffable, au-dessus de toute créature ». Le sacré est source d'effroi et de fascination. C'est le tout autre. Cette pure émotion renvoie au « numineux » (du latin numen : la divinité), elle indique le sentiment de dépendance, l'effroi devant une grandeur incommensurable. C'est donc bien ici le respect qui est la forme de cette peur qui ne revoie plus à un mal, mais à un bien qui nous dépasse infiniment. -      La peur, ici encore, renvoie à de l'incompréhensible, mais non plus par défaut. Il s'agit bien ici d'un excès.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Est-il bon d'avoir peur 	? Corrigé de 1773 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Est-il bon d'avoir peur ?" a obtenu la note de : aucune note

Est-il bon d'avoir peur ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit