NoCopy.net

Y a-t-il un bon usage du doute?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< toutes les opinions ont-elles la même valeur ... Sur quoi se fonde le sentiment d'identité >>


Partager

Y a-t-il un bon usage du doute?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Y a-t-il un bon usage du doute?



Publié le : 9/3/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Y a-t-il un bon usage du doute?
Zoom

Le doute cartésien a la valeur d'une pédagogie de l'ascèse qui vise à nous délivrer provisoirement des pensées pour révéler que nous avions l'esprit que nous sommes. Le doute cartésien est méthodique (le malin génie n'est lui-même qu'un « patin méthodologique « (Gouhier), c'est une technique mise au service de la recherche du vrai. Le doute cartésien est un doute optimiste et héroïque, un déblaiement préalable qui précède la construction de l'édifice philosophique, une décision volontaire de faire table rase de toutes les connaissances antérieures pour bâtir une philosophie nouvelle. Les arguments des sceptiques grecs. Tout  au contraire, le scepticisme absolu des pyrrhoniens et de leurs disciples n'est pas un point de départ mais une conclusion -la conclusion d'échec- au terme de l'aventure du savoir. Enésidème avait groupé les arguments sous dix titres ou « tropes que Sexus Empiricus réduisit à cinq. Il faut connaître ces arguments qu'on retrouve chez Montaigne, chez Pascal et chez Anatole France. (a)  La contradiction des opinions. Les sophistes grecs frappés par la contradiction des opinions des philosophes (par exemple : Héraclite disait que le réel n'est que changement, alors que Parménide niait le changement) aboutissent à la conclusion pessimiste que la vérité (qui devrait être universelle) est inaccessible. Les sceptiques ont été parfois de grands voyageurs qui, à force d'avoir vu les gens les plus divers professer des opinions contradictoires, adopter des valeurs différentes, ne croient plus à rien.


  • I) D'un mauvais usage du doute: le scepticisme antique. Douter pour douter.
  • II) D'un bon usage du doute : Douter pour dcouvrir la vérité.
  • III) Le doute comme manifestation de la liberté humaine.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Y a-t-il un bon usage du doute?	Corrigé de 4298 mots (soit 6 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Y a-t-il un bon usage du doute? " a obtenu la note de : aucune note

Y a-t-il un bon usage du doute?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit