NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La liberté est-elle notre destin ? La conscience de soi >>


Partager

Le bonheur est-il le bien suprême ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le bonheur est-il le bien suprême ?



Publié le : 9/3/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Le bonheur est-il le bien suprême ?
Zoom

Tout homme recherche son propre bien. Le bonheur, compris comme état de plénitude, peut être identifié au bien suprême s’il est la première finalité poursuivie par l’individu, celle qui surpasse toutes les autres, celle qui est la plus importante. Le qualificatif suprême suppose qu’il n’y a rien au-dessus. Mais si être heureux constitue le bien suprême qu’en est-il des moyens ? Tous les moyens sont-ils bons pour être heureux ? La recherche du bonheur et celle de la vertu peuvent s’opposer l’une à l’autre. Le tyran peut faire de son bonheur le bien suprême et pour l’atteindre employer des moyens immoraux. Comment des moyens immoraux peuvent-ils servir le bien ? C’est cette difficulté que nous devons résoudre. Il s’agit d’analyser quelles seraient les conséquences de l’élévation du bonheur au statut de bien suprême et de voir si cette élévation implique contradiction ou non. Pour ce faire nous procèderons en trois étapes. La première consiste à examiner l’hypothèse qui tend à faire du bonheur la fin première de chaque individu. La deuxième nuance la première hypothèse en soulignant les difficultés qu’elle implique. Enfin la troisième interroge une autre acception du bien suprême mettant au premier plan la moralité.



« De cette solution de l'antinomie de la raison pure pratique, il résulte que, dans les principes pratiques, on peut penser, du moins comme possible, une liaison naturelle et nécessaire entre la conscience de la moralité et l'attente d'un bonheur proportionné à la moralité dont il serait la conséquence (sans pour autant la connaître et la comprendre) ; qu'il est, au contraire, impossible que des principes de la recherche du bonheur produisent de la moralité ; que, par conséquent, le Bien suprême (comme première condition du souverain Bien) consiste en la moralité, tandis que le bonheur forme certes le second élément du souverain Bien, mais de façon à être seulement la conséquence, moralement conditionnée et pourtant nécessaire, de la moralité. Ce n'est qu'au terme de cette subordination que le souverain Bien est l'objet tout entier de la raison pure pratique, qui doit nécessairement se le représenter comme possible, puisqu'elle nous ordonne de travailler, autant que nous le pouvons, à le réaliser. » KANT, Critique de la raison pratique.   3.2 Le Bien propre de l'homme : la raison.   En tant qu'être raisonnable, l'homme doit agir conformément à ce que lui dicte sa raison, ce qui est une condition de son bonheur. « La raison, qui, lorsqu'elle est droite et parfaite, constitue la somme complète du bonheur humain. Donc si chaque chose, quand elle possède son bien propre parfait, est digne d'éloge et a atteint la fin de sa propre nature, et si le bien propre de l'homme est la raison, alors, s'il a amené sa raison à la perfection, il est digne d'éloge et il a atteint la fin de sa nature. Cette raison parfaite s'appelle la vertu et elle est identique à la beauté morale. » SENEQUE, Lettre 76.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1928 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Le bonheur est-il le bien suprême ? " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit