LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'état des réformes économiques en Russie Le procès Papon >>


Partager

Bulgarie : l'ultralibéralisme, une solution ultime à la crise ?

Economie

Aperçu du corrigé : Bulgarie : l'ultralibéralisme, une solution ultime à la crise ?



Publié le : 4/12/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Bulgarie : l'ultralibéralisme, une solution ultime à la crise ?
Zoom

Alors que la plupart des autres pays d’Europe centrale et orientale semblent retrouver le chemin de la croissance - certes, encore fragile -, la Bulgarie a, quant à elle, été confrontée en 1996 et 1997 à une crise économique et financière sans précédent. Les manifestations et grèves générales survenues entre décembre 1996 et février 1997 ont entraîné la démission du Premier ministre, le communiste Jan Videnov, et l\'organisation d’élections législatives anticipées, remportées par l’Union des forces démocratiques (UFD). Confirmant le résultat de l’élection présidentielle de novembre 1996, cette victoire de l’opposition a pour conséquence la mise en place d’une politique budgétaire et monétaire des plus restrictives.



dont un tiers était non recouvrable). Et les conséquences ne se sont pas fait attendre : rationnement draconien du crédit aux entreprises, se traduisant par la liquidation de onze d’entre elles provenant du secteur public et par des difficultés croissantes pour celles considérées pourtant comme viables.

 

La mise en place d’un currency board a, quant à elle, déclenché un comportement de fuite par rapport à la monnaie nationale, la BNB devant alors cesser de refinancer les banques. De plus, le principe du currency board s’avère contestable dans le cas de la Bulgarie : disposant de réserves de change très faibles, la Banque centrale n’a d’autre choix que de mener une politique monétaire restrictive. En outre, faute d’épargne nationale et de capitaux étrangers suffisants, la privatisation des actifs publics ne représentait que




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1098 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Bulgarie : l'ultralibéralisme, une solution ultime à la crise ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit