Candide, Voltaire, Chapitre I (Incipit)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< VOLTAIRE : CANDIDE : CHAPITRE 14 : "[DEBUT] . ... Les Caractéristiques Du Baroque >>


Partager

Candide, Voltaire, Chapitre I (Incipit)

Echange

Aperçu du corrigé : Candide, Voltaire, Chapitre I (Incipit)



Document transmis par : fredj16671


Publié le : 11/9/2006 -Format: Document en format HTML protégé

Candide, Voltaire, Chapitre I (Incipit)
Zoom

Introduction

 

Le texte dont il est ici question est l’incipit de Candide de Voltaire. Voltaire est un des grands hommes du mouvement des Lumières, il dénoncera sans relâche et en utilisant différents genres, les injustices, les inégalités et l’intolérance. Il écrira des contes philosophiques, comme Candide et Micromégas, mais aussi des traités, des essais, des lettres ainsi que des articles de l’Encyclopédie.

 

Candide est donc un conte philosophique, une des formes possibles de l’apologue, qui se doit d’être un récit divertissant comportant une moralité, un enseignement explicite ou non. Ce conte est représentatif de l’esprit des Lumières et de ses grands combats, puisque Voltaire y dénonce en particulier la philosophie Leibnitzienne, mais également diverses formes d’injustices comme les abus de la religion (chapitre 6 : “L’autodafé”), du pouvoir (chapitre 3 : “La guerre”), ainsi que l’esclavage (chapitre 19 : “Le nègre de Surinam”). De plus, c’est une œuvre qui propose constamment un double niveau de lecture par le recours à l’ironie, une arme formelle dont Voltaire a souvent usé.

 

L’incipit nous donne à voir les éléments traditionnels du conte pour mieux les subvertir et mettre à jour une réalité déceptive cachée derrière des illusions, qui sont ainsi dénoncée.

 

I. L’univers du conte

 

Avant toute chose, l’incipit met en avant un univers du conte traditionnel, qui est illustré dans le texte par les formules du conte, les éléments spatio-temporels et les poncifs ainsi que des personnages représentatifs de ce genre très codé, qui fait partie des références culturelles du lecteur.

 

A. Les formules traditionnelles du conte

 

Tout d’abord, Voltaire a recours à la formule traditionnelle du conte : « Il y avait en Westphalie « pour débuter son récit. Il l’inscrit de cette façon dans un genre codé auquel il le rattache et à partir duquel le lecteur pourra mesurer l’écart. Il reprend également toutes les tendances langagières de celui-ci. Il utilise des comparatifs et des superlatifs, comme « les moeurs les plus douces «/ « l’esprit le plus simple «/ « un des plus puissants «/ « le plus beaux des châteaux «/ « la meilleurs des baronnes possibles «, qui doivent participer à la création d’un monde manichéen, ce qui présente l’intérêt de proposer des repères simples.

 

De même, le texte est littéralement envahi par une caractérisation positive qui passe par la multiplication d’adjectifs mélioratifs comme « beau «, « bon «, « honnête «, « douce «, etc.

 

On retrouve aussi le temps de la description du conte, l’imparfait, avec par exemple, « avait «, « annonçait «, «soupçonnaient«. L’incipit est dominé par l’imparfait ce qui souligne sa vocation, car il s’agit de présenter la situation initiale et tous ses éléments avant d’évoquer l’élément perturbateur, qui amènera l’utilisation du passé simple.

 

B. Les éléments traditionnels du conte

 

Ensuite, si le lecteur retrouve d’emblée le langage du conte, il retrouve aussi tous ses éléments. En effet, les lieux sont dignes d’un conte de fée, le récit débute dans un pays peu connu, « la Westphalie «, et surtout se déroule dans un « château «, lieu emblématique du conte où l’on trouve, bien sûr, une « grande salle « avec sa « tapisserie «.

 

Non seulement les personnages font pratiquement tous partie de la noblesse, on trouve ainsi le « baron «, la « baronne « et leurs enfants, mais de plus cette noblesse est mise en relief par le refus de la sœur du baron d’épouser un « bon et honnête gentilhomme du voisinage « car celui-ci « n’avait pu prouver que soixante et onze quartiers, et que le reste de son arbre généalogique avait été perdu par l’injure du temps «. La noblesse est donc à la fois la caractéristique principale des personnages mais elle commande aussi leurs actions. La présence d’un précepteur va dans ce sens, en faisant partie des attributs inséparables de la noblesse.

 

De même, Voltaire choisit l’intemporalité propre à l‘univers du conte et l’absence de précision pour plus d’irréalité. L’univers qu’il construit est clos sur lui-même et fantasmatique, il permet de placer une philosophie au centre de ce microcosme et sa clôture même fait de cette philosophie la seule explication du monde connue, donc valable pour les habitants du château : « Il prouvait admirablement qu’il n’y a point d’effets sans causes, et que dans ce meilleur des mondes possibles, le château de monseigneur le baron était le plus beaux des châteaux et madame la meilleure des baronnes possibles «.

 

On peut lire en filigrane dans cette description, une image du paradis qui sera confirmée par l’exclusion de Candide.

 

C. Une présentation de personnages de contes

 

En dernier lieu, les personnages sont assez peu décrits et se résument en général à une caractéristique principale, ce qui les rapproche des personnages de conte qui sont généralement réduits à des types et n’ont aucune nuance ni complexité. C’est dans ce sens que Candide est présenté par une périphrase : « un jeune homme à qui la nature avait donné les moeurs les plus douces «. De plus, on note une complète coïncidence entre son apparence et son caractère : « Sa physionomie annonçait son âme «.

 

Le personnage du baron se réduit à son appartenance à la noblesse, qui est soulignée de manière insistante. Le baron est un personnage puissant et digne qui est définit comme « un des plus puissants seigneurs de Westphalie «, qui jouit de la c...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Candide, Voltaire, Chapitre I (Incipit)" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Candide, Voltaire, Chapitre I (Incipit)

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit