LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La certitude est-elle le signe d'une pensée ... La certitude peut-elle être une garantie de ... >>


Partager

La certitude peut elle-être un critère de vérité ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La certitude peut elle-être un critère de vérité ?



Publié le : 21/9/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	La certitude peut elle-être un critère de vérité 	?
Zoom

• De quoi peut-on parler lorsqu'on parle de « certitude «? Cf. article certitude du Vocabulaire technique et critique de la philosophie de Lalande.
 A. « État de l'esprit à l'égard d'un jugement qu'il tient pour vrai sans aucun mélange de doute. « Cet état peut concerner soit un jugement tenu pour évident par lui-même, soit un jugement démontré ou jugé tel. La certitude est appelée dans le premier cas immédiate ou intuitive; dans le second cas, médiate ou discursive.
 B. « État de l'esprit qui adhère à une assertion vraie, en reconnaissant avec évidence qu'elle est telle. « Lalande rapporte que Brochard (ainsi que Lachelier, Brunschvicg) disait que « L'adhésion de l'âme ne mérite le nom de certitude que si la chose pensée est vraie. Par là elle diffère de la croyance. «
 
 • Si la certitude n'est qu'une espèce (psychologique) de la croyance « sans aucun mélange de doute « comment pourrait-elle être « un critère de vérité « ?
 
 • Si la certitude, au sens propre du terme, ne peut être appliquée qu'à des assertions connues pour vraies, en quoi la certitude pourrait-elle être « critère « de vérité ?
 
 • Méditer sur quelle(s) appréhension(s) de « la vérité « (et de « la croyance «) peut être fondée une telle question.
 
 • Méditer la position de Spinoza.
 Selon lui tout dérive avec nécessité de la nature divine, tout est déterminé. L'apparence de hasard et de liberté est le fruit de notre ignorance : si nous savions, nous verrions que tout est nécessaire. Il ne saurait donc être question de commencer par le doute; il ne saurait même être question qu'on cherche un critère de la vérité — l'évidence — car cela deviendrait un cercle vicieux (recherche d'un critère du critère).
 Cf. les textes suivants de Spinoza : « Comme la lumière se manifeste elle-même, et les ténèbres, ainsi la vérité est à elle-même son critérium, et elle est aussi celui de l'erreur : ut lux seipsam manifestât, et tenebras, sic verum index sui et falsi.
 Celui qui a une idée vraie sait en même temps qu'il a une idée vraie, et il ne peut douter de la vérité de la chose qu'elle représente. «
 « ...La volonté et l'entendement sont une seule et même chose. Je nie que nous ayons le libre pouvoir de suspendre notre jugement.
 Le doute ne résulte pas de l'opposition de l'entendement et de la volonté, mais de l'opposition de deux idées. Quand nous disons qu'une personne suspend son jugement, nous ne disons rien autre chose sinon qu'elle ne perçoit pas d'une façon adéquate l'objet de son intuition. La suspension du jugement, c'est donc réellement un acte de perception, et non de libre volonté. «



* Méditer la position de Spinoza. Selon lui tout dérive avec nécessité de la nature divine, tout est déterminé. L'apparence de hasard et de liberté est le fruit de notre ignorance : si nous savions, nous verrions que tout est nécessaire. Il ne saurait donc être question de commencer par le doute; il ne saurait même être question qu'on cherche un critère de la vérité - l'évidence - car cela deviendrait un cercle vicieux (recherche d'un critère du critère). Cf. les textes suivants de Spinoza : « Comme la lumière se manifeste elle-même, et les ténèbres, ainsi la vérité est à elle-même son critérium, et elle est aussi celui de l'erreur : ut lux seipsam manifestât, et tenebras, sic verum index sui et falsi. Celui qui a une idée vraie sait en même temps qu'il a une idée vraie, et il ne peut douter de la vérité de la chose qu'elle représente. » « ...La volonté et l'entendement sont une seule et même chose. Je nie que nous ayons le libre pouvoir de suspendre notre jugement.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3615 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " La certitude peut elle-être un critère de vérité ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit