Charles BAUDELAIRE : L'invitation au voyage

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< LE PANTOUM BAUDELAIRE: L'ennemi >>


Partager

Charles BAUDELAIRE : L'invitation au voyage

Littérature

Aperçu du corrigé : Charles BAUDELAIRE : L'invitation au voyage



document rémunéré

Document transmis par : Pons17267


Publié le : 16/9/2006 -Format: Document en format HTML protégé

Charles BAUDELAIRE : L'invitation au voyage
Zoom

« L'Invitation au Voyage « se compose de trois évocations successives, trois petits volets d'un grand tableau qu'on a souvent comparé à un triptyque hollandais. Le premier décrit les « ciels brouillés« du pays mystérieux, semblables aux yeux de la bien-aimée ; le second imagine la chambre rêvée où les amants abriteraient leur intimité ; le troisième est une vue sur le port, puis sur la ville entière au crépuscule.
 

Mais cette claire succession ne nous donne qu'une vague idée du mouvement du poème, de sa dynamique paradoxale — puisqu'en fin de compte, comme dans « Harmonie du soir«, tout le mouvement du texte ne fait que tendre à l'immobilisation finale. Si l'on examine de façon plus détaillée la composition de cette « invitation « au voyage, on distinguera plusieurs linéaments qui se développent conjointement :

 

  • C'est d'abord un voyage dans l'espace dont on vient de dire les trois étapes. Mais il faut préciser. Dans la première strophe, la description est mouvante : l'idée de départ («aller là-bas«) engendre le tableau des «ciels brouillés«, qui lui-même se fond dans l'image des yeux « brillant à travers leurs larmes«; ainsi s'opère une première boucle visuelle, qui ramène la dynamique de la rêverie à une sorte d'arrêt-sur-image.

 



Mon enfant, ma soeur,
 Songe à la douceur
 D'aller là-bas vivre ensemble !
 Aimer à loisir,
 Aimer et mourir
 Au pays qui te ressemble !
 Les soleils mouillés
 De ces ciels brouillés
 Pour mon esprit ont les charmes
 Si mystérieux
 De tes traîtres yeux,
 Brillant à travers leurs larmes.
 
 Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
 Luxe, calme et volupté.
 
 Des meubles luisants,
 Polis par les ans,
 Décoreraient notre chambre ;
 Les plus rares fleurs
 Mêlant leurs odeurs
 Aux vagues senteurs de l'ambre,
 Les riches plafonds,
 Les miroirs profonds,
 La splendeur orientale,
 Tout y parlerait
 À l'âme en secret
 Sa douce langue natale.
 
 Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
 Luxe, calme et volupté.
 
 Vois sur ces canaux
 Dormir ces vaisseaux
 Dont l'humeur est vagabonde ;
 C'est pour assouvir
 Ton moindre désir
 Qu'ils viennent du bout du monde.
 - Les soleils couchants
 Revêtent les champs,
 Les canaux, la ville entière,
 D'hyacinthe et d'or ;
 Le monde s'endort
 Dans une chaude lumière.
 
 Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
 Luxe, calme et volupté.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Charles BAUDELAIRE : L'invitation au voyage Corrigé de 5586 mots (soit 8 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Charles BAUDELAIRE : L'invitation au voyage" a obtenu la note de : aucune note

Charles BAUDELAIRE : L'invitation au voyage

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit