LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Quelle Écriture Argumentative Est La Plus Eff ... Un Héros De Roman Doit-il Être Moral ? >>


Partager

Si le classicisme impose des contraintes en littérature, c'est parce qu'elles sont bénéfiques, aussi bien à l'auteur qu'au lecteur.

Echange

Aperçu du corrigé : Si le classicisme impose des contraintes en littérature, c'est parce qu'elles sont bénéfiques, aussi bien à l'auteur qu'au lecteur.



Document transmis par : meelissa19938


Publié le : 18/9/2010 -Format: Document en format HTML protégé

Si le classicisme impose des contraintes en littérature, c'est parce qu'elles sont bénéfiques, aussi bien à l'auteur qu'au lecteur.
Zoom

 

 

Le classicisme est un courant artistique (littérature et art principalement) qui est apparu durant la seconde moitié du 17è siècle. Il se caractérise notamment par la formation de l’honnête homme, qui doit se gardé de choquer par son comportement agressif ou même sa mauvaise humeur, il doit aussi se distinguer par la maîtrise de soi, l'éclat de sa conversation et la finesse de sa culture, il saura sans hypocrisie s'adapter à la société mondaine, puisque son sens de la mesure lui fera connaître et accepter les faiblesses humaines. Ces règles et codes de la vie sociale de l’époque furent adaptés en littérature par Boileau avec son œuvre : L’art poétique. Ces règles imposent donc des contraintes aux auteurs que ça soit dans l’écriture de romans comme La Princesse de Clèves (Mme De Lafayette), dans la composition de poésies ou de fables comme Le Chêne et le Roseau (La Fontaine), ou bien l’écriture de pièces de théâtres tel que Les fourberies de Scapin (Molière) ou Cinna (Corneille). Les contraintes alors imposées aux auteurs permettent au personnage principal de devenir un être exceptionnel pour son temps. Pour commencer nous pouvons illustrer cette thèse avec l’exemple de Cinna, qui est amoureux d’Émilie et qui pour conserver l’amour de celle-ci doit assassiner l’empereur Auguste (qui a fait exécuter le père d’Émilie). En pleine préparation de son complot, Cinna est trahi par son allié Maxime, qui le dénonce auprès d’Auguste. Nous pouvons donc qualifier Cinna comme un héro cornélien en tout point. Le héro cornélien se définit par un personnage qui devient extraordinaire, grâce à sa capacité de sacrifice des sentiments & passions individuelles en faveur du bien-être collectif. Ensuite pour confirmer cet argument nous pouvons citer le roman d’analyse de Mme de Lafayette, La Princesse de Clèves, dont l’héroïne incarne un modèle de vertu et de sacrifice de sa passion au profit de l’honneur et du respect des autres. En effet Mme de Clèves maitrise ses sentiments et ses passions pour Mr. De Nemours durant la totalité de l’œuvre. Même après la mort de son Mari (Mr. De Clèves), celle-ci plutôt que de pouvoir enfin vivre son amour avec Mr. De Nemours au grand jour, préfère se retirer dans la campagne et finir seule, par respect pour son défunt mari. Nous avons dans cette œuvre à cheval entre le roman classique et le roman d’analyse, une héroïne vertueuse qui sacrifie ses espoirs et ses envies au profit du respect des normes de l’époque. En plus du roman de Mme. De Lafayette pour illustrer la thèse des contraintes imposées par le classicisme nous avons aussi les fables de La Fontaine, notamment Le Chêne et le Roseau. Cette fable nous raconte l’histoire d’un chêne qui se vantait dans la démesure d’être invincible par rapport à un roseau. Le roseau resta insensible à ces provocations. Puis le destin voulu que le roseau vaincu le chêne lors d’une tempête. La morale de cette fable vise à dire que ce n’est pas forcément le plus fort et le plus vaniteux qui l’emporte. Cette comparaison entre un roseau et un chêne, vise, une fois le renversement de situation effectué à grandir et assainir le roseau de qualités telles que l’agilité, la patience, l’intelligence et la vertu. Ce « personnage « prend donc une tournure exceptionnelle dans cet apologue divertissant. Enfin pour terminer les exemples qui permettent de confirmer l’argument principal nous citerons l’œuvre théâtrale de Molière, Les fourberies de Scapin. Le personnage principal et qui dans cette pièce est extraordinaire est un serviteur du nom de Scapin. C’est un personnage habile, rusé, intelligent, compréhensif et tolérant. En effet celui-ci brave les traditions, et les préjugés de ses maitres, afin d’aider ceux qui en ont besoin. Et il y parvient notamment en usant de fin stratagèmes. Puisqu’il réussit en même temps à obtenir d’Argante « l’acceptation « du mariage de Hyacinte & d’Octave (son fils) et à lui soutirer de l’argent afin de payer une partie de la rançon pour Zerbinette (qui est la femme de Léandre, fils de Géronte), le reste de l’argent nécessaire, Scapin l’obtiendra en faisant croire à Géronte que son fils à été enlevé par des Turques. Grâce à ses « coups de génie « et sa ruse Scapin est un personnage exceptionnel. Ce sont alors dans tout ces cas de figure que les codes imposés par le classicisme permettent aux auteurs de faire de leurs héros des personnages hors du commun pour leurs temps.

En plus de rendre les personnages exceptionnels et emplit de vertu, le classicisme, en imposant ses règles (Bienséance, V actes, règle des 3 unités) dans l’art du théâtre, permet de donner aux spectateurs une émotion particulièrement dense grâces aux péripéties (tragique, pathétique ou comiques). Ces règles, notamment celle des trois unités, permettent alors au spectateur de se focalisé sur une seule histoire, une seule action, et donc de s’en « éprendre « plus intensément. De plus la composition en V actes présente un schéma bien précis dans l’organisation de l’histoire. Ces émotions plus accentuées se font ressentir dans de nombreuses pièces classiques, à commencer par Tartuffe, de Molière. Molière est un auteur qui utilise la comédie afin de faire appel au jugement moral de ses spectateurs, son but est de corriger les hommes tout en les divertissants. Dans son œuvre Tartuffe, Molière nous formule une satire sociale envers le Clergé de l’époque, en nous racontant l’histoire d’une famille qui est sous l’influence d’un dévot nommé Tartuffe. Celui-ci cherche à voler la femme d’Orgon et à lui soutirer sa fortune. Mais l’intervention de Dorine (la servante) qui a démantelée le stratagème de Tartuffe, va permettre à Orgon d’ouvrir les yeux au sujet de celui-ci et de le mettre « hors d’état de nuire «. Cette pièce est riche en émotion, notamment au niveau comique, puisque celle-ci mélange à la fois le comique de geste et le comique de caractère (en montrant l’hypocrisie humaine, et en utilisant le « franc parl&e...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Si le classicisme impose des contraintes en littérature, c'est parce qu'elles sont bénéfiques, aussi bien à l'auteur qu'au lecteur." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit